Forschungsstelle für Europäisches Zivilrecht
Prof. Dr. F. Ranieri

Home
Kontakt
Mitarbeiter
Veranstaltungen
Lehrangebote
Publikationen
Projekte
Links

Eule
Juristisches Internetprojekt Saarbrücken
(http://www.jura.uni-sb.de)

 


Version mit StyleSheets
(für Internet Explorer) 

Table des matières


Les Cours: 24/28 février et 2 mars:
La formation du contrat entre absents: Offre, acceptation et révocabilité de l‘offre 

Séminaire I/A, B: 24/26 février:
Bonne foi et exercice du droit dans la tradition du civil law 

Séminaire II/A, B: 2/4 mars:
La responsabilité civile et la réparation du préjudice purement économique 

Abréviations


A. C. Law Reports, Appeal Cases (depuis 1891)
AcP Archiv für die civilistische Praxis
AG Amtsgericht (Tribunal de première instance allemand)
All E. R. All England Law Reports
App. Corte d’Appello (l‘Italie)
BB Der Betriebs-Berater (périodique)
BG Bundesgericht (Tribunal fédéral/ Suisse)
BGB Bürgerliches Gesetzbuch (Code civil allemand)
BGE Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts 
BGH Bundesgerichtshof (Cour suprême fédérale allemande)
BGHZ Entscheidungen des Bundesgerichtshof in Zivilsachen
Bull. civ. Bulletin des arrêts de la Cour de cassation, Chambres civiles
c. civ. Code civil
Cass. civ.  Cour de Cassation, Chambre civil
Cass. civ. ass. plén. Cour de Cassation, Assemblée plénière
Cass. civ. ch. mixte Cour de Cassation, Chambre mixte
Cass. comm Cour de Cassation, Chambre commerciale et financière
Cass. crim. Cour de Cassation, Chambre criminelle
Cass. req. Cour de Cassation, Chambre de requêtes
Cassazione civ. Corte di Cassazione, sezioni civili
Cassazione civ., sez. un. Corte di Cassazione, sezioni unite
Cassazione pen. Corte di Cassazione, sezioni penale
Chap. Chapitre
CO Code des obligations (Suisse)
Cod. civ. Code civil
Cod. pén. Code pénal
Convention de Vienne Convention de Vienne sur les contrat de vente internationale de marchandises
D. Recueil Dalloz de doctrine, de jurisprudence et de législation (1945-1964); Recueil Dalloz et Sirey de doctrine, de jurisprudence et de législation (ab 1965)
D. P.  Dalloz, Recueil périodique et critique de jurisprudence, de législation et de doctrine (1825-1940)
DRiZ Deutsche Richterzeitung 
E. R. English Reports (1307-1865)
Enc. dir. Enciclopedia del Diritto, Milano
etc. et cetera
Foro it. Il Foro Italiano
Gaz. Pal. Gazette du Palais
Giur. it.  Giurisprudenza italiana
Giust. civ.  Giustizia civile
i. e.  id est
Int. Enc. Comp. Law International Encyclopedia of Comparative Law
IPRax Praxis des Internationalen Privat- und Verfahrensrechts 
JBl Juristische Blätter 
JCP Juris-Classeur périodique, La Semaine juridique
JR Juristische Rundschau
JuS Juristische Schulung 
JW Juristische Wochenschrift
JZ Juristenzeitung 
K. B. Law Reports, King’s Bench (1901-1952)
KG Kammergericht (Tribunal régional supérieur de Berlin)
LG Landgericht (Tribunal régional allemand)
lit. litera
LQR The Law Quarterly Review
NJW Neue Juristische Wochenschrift 
NJW-RR Neue Juristische Wochenschrift/ Rechtsprechungsreport
no.  numéro
Noviss. Dig. it. Novissimo Digesto Italiano, Torino 
Nuova giur. civ. comm. La nuova giurisprudenza civile commentata
OGH Oberster Gerichtshof (Cour suprême autrichienne)
ÖJZ Österreichische Juristen-Zeitung 
OLG Oberlandesgericht (Tribunal régional supérieur/Allemagne)
p. page (s)
Pra Die Praxis des Bundesgerichts
Pubbl. fac. giur. univ. Pubblicazioni della Facoltà di giurisprudenza dell’Università 
RabelsZ Zeitschrift für ausländisches und internationales Privatrecht (ab 26.1961: Rabels Zeitschrift für...) 
Rec. Recueil
Rep. Defrénois Répertoire du notariat Defrénois
Rep. Foro it.  Repertorio del Foro italiano
Req. Cour de Cassation, Chambre de requêtes
Rev. Revista
Rev. crit. de législation et de jurisprudence Revue critique de législation et de jurisprudence
Rev. int. dr. comp. Revue internationale de droit comparé
Rev. trim. civ. Revue trimestrielle de droit civil
RG Reichsgericht (Tribunal d’Empire/Allemagne)
RGZ Entscheidungen des Reichsgerichts (décisions du Tribunal d’Empire en matière civile)
Riv. dir. civ. Rivista di diritto civile
Riv. dir. comm. Rivista del Diritto Commerciale del Diritto Generale delle Obbligazioni
Riv. dir. pen. Rivista di diritto penale
Riv. giur. del lavoro Rivista giuridica del lavoro
Riv. trim. dir. proc. civ. Rivista trimestrale di diritto e procedura civile
Studi di dir. comparato Studi di diritto comparato
SZ Entscheidungen des österreichischen Obersten Gerichtshofes in Zivil- und Justizverwaltungssachen
SZ Germ. Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung
SZ Rom. Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Romanistische Abteilung
Trib. Tribunale (l‘Italie)
Trib. féd. Tribunal fédéral/ Suisse
Trib. gr. inst.  Tribunal de grande instance 
Trib. Supremo Tribunale Supremo (Espagne)
VersR Versicherungsrecht 
Vol.; vol. Volume
W. L. R. Weekly Law Reports
WM Zeitschrift für Wirtschafts- und Bankrecht, Wertpapiermitteilungen Teil IV
Zeit. für ausl. und intern. Privatrecht voir RabelsZ
ZEuP Zeitschrift für europäisches Privatrecht 
ZHR Zeitschrift für das gesamte Handels- und Wirtschaftsrecht; jusqu‘à 1933: Zentralblatt für Handelsrecht 
ZIP Zeitschrift für Wirtschaftsrecht; jusqu‘à 1982: Zeitschrift für Wirtschaftsrecht und Insolvenzpraxis
ZvglRWiss Zeitschrift für vergleichende Rechtswissenschaft 
ZVR Zeitschrift für Verkehrsrecht 
Les Cours: 24/ 28 février et 2 mars:

La formation du contrat entre absents: Offre, acceptation et révocabilité de l‘offre

 Tableau: 1. Le problème dans les codifications de l’Europe continentale, 2. Les solutions spécifiques dans la jurisprudence française et italienne, 3. La mort et l’incapacité du pollicitant, 4. La révocabilité de l’offre et la formation du contrat dans le Common Law, 5. L’offre et la formation du contrat dans la Convention de Vienne. Bibliographie généraleM. P. van ALSTINE, Fehlender Konsens beim Vertragsabschluß nach dem einheitlichen UN-Kaufrecht. Eine rechtsvergleichende Untersuchung auf der Grundlage des deutschen sowie des US-amerikanischen Rechts (Arbeiten zur Rechtsvergleichung, vol. 174), 1995; P. CARLINI, La formazione del contratto tra persone lontane: un aspetto della revisione della comparazione tra Common Law e Civil Law nel quadro di un diritto comune, dans: Riv. trim. dir. proc. civ. 1984, pp. 114-164; G. H. CHESHIRE/C. H. S. FIFOOT/M. P. FURMSTON, Law of Contract, 12e éd., London 1991, pp. 27-68; J. M. van DUNNE, Verbintenissenrecht. Deel 1, Contractenrecht, 2e éd., Deventer 1993, pp. 39-108; P. ENGEL, Traité des obligations en droit suisse. Dispositions générales du CO, 2e éd., Berne 1997, pp. 184-210; W. FLUME, Allgemeiner Teil des bürgerlichen Rechts. Das Rechtsgeschäft, Berlin-Heidelberg 1965, § 35, pp. 635-660; J. GHESTIN, Traité de droit civil. Les obligations. Le contrat: formation, 2e éd., Paris 1988; H. KÖTZ, Europäisches Vertragsrecht I, Tübingen 1996, pp. 24-50; E. A. KRAMER, Grundfragen der vertraglichen Einigung, München 1972; J. L. LACRUZ BERDEJO et autres, Elementos de derecho civil, II, Derecho de obligaciones, vol. 1er, pp. 369-376, 395-409; A. v. MEHREN, The Formation of Contracts, dans: International Encyclopedia of Comparative Law, vol. VII. Contracts in General, chap. 9, Tübingen-Dordrecht 1992, pp. 1-121; A. NEGRI, L’espressione unilaterale dell’impegno ossia »le consentement de la partie qui s’oblige«, I-II, (Pubblicazioni dell’Università di Pavia), Padova 1998; R. RODIERE (éd.), La formation du contrat. Harmonisation du droit des affaires dans les pays du Marché commun, Paris 1976; R. SACCO/G. DE NOVA, Il contratto, I-II, Torino 1993, en particulier tome Ier, pp. 37-267; R. B. SCHLESINGER, Formation of Contracts. A Study of the Common Core of Legal Systems, 1968; G. H. TREITEL, The Law of Contract, pp. 8-60; P. VITUCCI, I profili della conclusione del contratto, 1988, en particulier p. 49 s.; K. ZWEIGERT/H. KÖTZ, Einführung in die Rechtsvergleichung, 3ième éd., Tübingen 1996, pp. 350-358. 

1. Le problème dans les codifications de l’Europe continentale


Art. 1108 Code civilQuatre conditions sont essentielles pour la validité d’une convention:Le consentement de la partie qui s’oblige; (...) Code prussien, 1794, Part. I, Tit. 5 "Des Contrats"§ 4 Zur Wirklichkeit eines Vertrages wird wesentlich erfordert, daß das Versprechen gültig angenommen worden. (§. 78 ff.)§ 5 Bloße Gelübde haben, als bloß einseitige Versprechen, nach bürgerlichen Gesetzen keine Verbindlichkeit.§ 78 Alles, was zur Rechtsgültigkeit einer Willenserklärung überhaupt gehört, wird auch zur Gültigkeit der Annahme eines Versprechens erfordert.§ 79 Durch die Annahme eines gültigen Versprechens wird der Vertrag geschlossen.§ 80 Der Augenblick, in welchem die Annahme gehörig erklärt worden, bestimmt also auch den Zeitpunkt des geschloßnen Vertrags.§ 81 Handlungen, welche die Annahme des Versprechens voraussetzen, werden einer ausdrücklichen Annahme gleichgeachtet. § 4 Le contrat n‘existe que lorsque la promesse aura été valablement acceptée.§ 5 Les engagements, en tant que simples promesses unilatérales, ne créent pas d’obligations d’après le Code civil.§ 78 Toutes les conditions auxquelles une déclaration de volonté doit satisfaire afin d’être valable en droit doivent également être respectées lors de l’acceptation d‘une promesse. § 79 Le contrat est parfait par l‘acceptation d‘une promesse valable.§ 80 Le moment de l’accepation valable détermine donc également le moment de la formation du contrat. § 81 Les actes qui laissent supposer l’acceptation de la promesse équivalent à une accepation expresse.§ 862 Code civil général autrichien (version de 1811)Wenn zur Annahme des Versprechens kein Zeitraum bedungen worden ist; so muß ein mündliches Versprechen ohne Verzug angenommen werden. Bey dem schriftlichen kommt es darauf an, ob beyde Theile sich an demselben Orte befinden oder nicht. Im ersten Falle muß die Annahme in vierundzwanzig Stunden; im zweyten aber innerhalb jenes Zeitraumes, welcher zur zweymaligen Beantwortung nöthig ist, erfolgen, und dem versprechenden Theile bekannt gemacht werden; widrigen Falls ist das Versprechen erloschen. Vor Ablauf des festgesetzten Zeitraums kann das Versprechen nicht zurückgenommen werden. Quand aucun délai n’a été fixé pour l’acceptation, la promesse verbale doit être acceptée immédiatement. Si la promesse est écrite, elle doit être acceptée dans les 24 heures, si l’acceptant se trouve au même endroit; et dans le cas d’absence, il faudra le double du temps nécessaire pour recevoir une réponse; sinon, l’offre est caduque. L’offre ne peut être retractée avant la fin du délai d’acceptation.Art. 1261 Code civil espagnolNo hay contrato sino cuando concurren los requisitos siguientes:1. Consentimiento de los contratantes. (...)Art. 1262 Code civil espagnol(1) El consentimiento se manifiesta por el concurso de la oferta y de la aceptación sobre la cosa y la causa que han de constituir el contrato.(2 )La aceptación hecha por carta no obliga al que hizo la oferta, sino desde que llegó a su conocimiento. El contrato, en tal caso, se presume celebrado en el lugar en que se hizo la oferta.
§ 130 al. 1er, phrase 1ère Code civil allemand(1) Eine Willenserklärung, die einem anderen gegenüber abzugeben ist, wird, wenn sie in dessen Abwesenheit abgegeben wird, in dem Zeitpunkte wirksam, in welchem sie ihm zugeht.(1) Une déclaration de volonté qui doit être émise envers une autre personne devient efficace, à supposer quelle soit faite pendant l’absence de cette personne, au moment où elle lui parvient.§ 862 a phrase 1ère Code civil général autrichienAls rechtzeitig gilt die Annahme, wenn die Erklärung innerhalb der Annahmefrist dem Antragsteller zugekommen ist.L’acceptation est considérée comme faite à temps si la déclaration est parvenue au pollicitant au cours du délai d’acceptation.Art. 10 al. 1er Code des obligations suisse(1) Le contrat conclu entre absents déploie ses effets dès le moment où l'acceptation a été expédiée. Art. 1326 al. 1er Code civil italien(1) Il contratto è concluso nel momento in cui chi ha fatto la proposta ha conoscenza dell’accettazione dell’altra parte.Art. 1334 Code civil italienGli atti unilaterali producono effetto dal momento in cui pervengono a conoscenza della persona alla quale sono destinati.Art. 1335 Code civil italienLa proposta, l’accettazione, la loro revoca e ogni altra dichiarazione diretta a una determinata persona si reputano conosciute nel momento in cui giungono all’indirizzo del destinatario, se questi non prova di essere stato, senza sua colpa, nell’impossibilità di averne notizia. Art. 224 Code civil portugais(1) A declaração negocial que tem um destinatário torna-se eficaz logo que chega ao seu poder ou é dele conhecida; as outras, logo que a vontade do declarante se manifesta na forma adequada.(2) É também considerada eficaz a declaração que só por culpa do destinatário não foi por ele oportunamente recebida.(3) A declaração recebida pelo destinatário em condições de, sem culpa sua, não poder ser conhecida é ineficaz.Art. 235 Code civil portugais(1) Se o destinatário rejeitar a proposta, mas depois a aceitar, prevalece a aceitação, desde que esta chegue ao poder do proponente, ou seja dele conhecida, ao mesmo tempo que a rejeição, ou antes dela.(2) A aceitação pode ser revogada mediante declaração que ao mesmo tempo, ou antes dela, chegue ao poder do proponente ou seja dele conhecida. Art. 37 al. 3, livre 3, Nouveau code civil néerlandais(3) Een tot een bepaalde persoon gerichte verklaring moet, om haar werking te hebben, die persoon hebben bereikt. Nochtans heeft ook een verklaring die hem tot wie zij was gericht, niet tijdig heeft bereikt, haar werking, indien dit niet of niet tijdig bereiken het gevolg is van zijn eigen handeling, van de handeling van personen voor wie hij aansprakelijk is, of van andere omstandigheden die zijn persoon betreffen en rechtvaardigen dat hij het nadeel draagt.(3) Une déclaration adressée à une personne déterminée ne produit effet que si elle lui est parvenue. Toutefois, même la déclaration qui ne parvient pas à son destinataire ou qui lui parvient en retard produit effet si cette situation résulte du fait de ce dernier ou de personnes dont il est responsable ou encore d'autres circonstances qui le concernent et qui justifient qu'il en subisse le préjudice.
§ 130 al. 1er phrase 2 Code civil allemandSie wird nicht wirksam, wenn dem anderen vorher oder gleichzeitig ein Widerruf zugeht.Elle n’est pas efficace lorsqu’une révocation parvient à l’autre personne antérieurement ou en même temps.Art. 9 Code des obligations suisse(1) L'offre est considérée comme non avenue, si le retrait en parvient avant l'offre ou en même temps au destinataire, ou si, étant arrivé postérieurement, il est communiqué au destinaire avant que celui-ci ait pris connaissance de l'offre.(2) La même règle s'applique au retrait de l'acceptation. Art. 1328 al. 2 Code civil italien(2) L’accettazione può essere revocata, purchè la revoca giunga a conoscenza del proponente prima dell’accettazione. Art. 230 al. 2 Code civil portugais(2) Se, porém, ao mesmo tempo que a proposta, ou antes dela, o destinatário receber a retractação do proponente ou tiver por outro meio conhecimento dela, fica a proposta sem efeito. Art. 37 al. 5, livre 3, Nouveau code civil néerlandais(5) Intrekking van een tot een bepaalde persoon gerichte verklaring moet, om haar werking te hebben, die persoon eerder dan of gelijktijdig met de ingetrokken verklaring bereiken.(5) Le retraite d'une déclaration adressée à une personne déterminée ne produit effet que s'il parvient à cette personne avant la déclaration retirée ou en même temps que celle-ci.
§ 145 Code civil allemandWer einem anderen die Schließung eines Vertrags anträgt, ist an den Antrag gebunden, es sei denn, daß er die Gebundenheit ausgeschlossen hat.Quiconque offre à autrui de conclure un contrat est lié par son offre à moins qu’il ait exclu cette sujétion.§ 146 Code civil allemandDer Antrag erlischt, wenn er dem Antragenden gegenüber abgelehnt oder wenn er nicht diesem gegenüber nach den §§ 147 bis 149 rechtzeitig angenommen wird.L’offre s’éteint lorsqu’elle est refusée envers le pollicitant ou lorsqu’elle n’est pas acceptée envers lui en temps utile, conformément aux § 147 à 149.§ 147 Code civil allemand (1) Der einem Anwesenden gemachte Antrag kann nur sofort angenommen werden. Dies gilt auch von einem mittels Fernsprechers von Person zu Person gemachten Antrage.(2) Der einem Abwesenden gemachte Antrag kann nur bis zu dem Zeitpunkt angenommen werden, in welchem der Antragende den Eingang der Antwort unter regelmäßigen Umständen erwarten darf.(1) L’offre faite à une personne présente ne peut être acceptée qu’ immédiatement. Il en est de même d‘ une offre faite de personne à personne par téléphone.(2) L‘ offre faite à un absent ne saurait être acceptée que jusqu‘ à la date à laquelle le pollicitant peut, dans des circonstances normales, attendre l‘ arrivée de la réponse.§ 148 Code civil allemandHat der Antragende für die Annahme des Antrags eine Frist bestimmt, so kann die Annahme nur innerhalb der Frist erfolgen.Si le pollicitant a fixé un délai pour accepter son offre, l‘ acceptation ne peut être faite que dans ce délai.§ 862 Code civil général autrichienDas Versprechen (Antrag) muß innerhalb, der vom Antragsteller bestimmten Frist angenommen werden. In Ermangelung einer solchen muß der einem Anwesenden oder mittels Fernsprechers von Person zu Person gemachte Antrag sogleich, der sonst einem Abwesenden gemachte Antrag längstens bis zu dem Zeitpunkte angenommen werden, in welchem der Antragsteller unter der Voraussetzung, daß sein Antrag rechtzeitig angekommen sei, bei rechtzeitiger und ordnungsmäßiger Absendung der Antwort deren Eintreffen erwarten darf; widrigenfalls ist der Antrag erloschen. Vor Ablauf der Annahmefrist kann der Antrag nicht zurückgenommen werden. (...)La promesse doit être acceptée pendant le délai fixé par le pollicitant. En l’absence d’un tel délai, la promesse faite à une personne présente, ou celle qui est faite par téléphone de personne à personne doit être acceptée immédiatement, et celle qui est faite à un absent, au plus tard jusqu’au moment où le pollicitant, en supposant que son offre soit parvenue à temps, est en droit d’attendre la réponse, si elle lui a été envoyée à temps et régulièrement; sinon, l’offre est caduque. L’offre ne peut être retirée avant la fin du délai d’acceptation. (...)Art. 3 Code des obligations suisse(1) Toute personne qui propose à une autre la conclusion d'un contrat en lui fixant un délai pour accepter, est liée par son offre jusqu'à l'expiration de ce délai.(2) Elle est déliée, si l'acceptation ne lui parvient pas avant l'expiration du délai.Art. 4 Code des obligations suisse(1) Lorsque l'offre a été faite à une personne présente, sans fixation d'un délai pour l'accepter, l'auteur de l'offre est délié si l'acceptation n'a pas lieu immédiatement.(2) Les contrats conclus par téléphone sont censés faits entre présents, si les parties ou leurs mandataires ont été personellement en communication.Art. 5 al. 1er et 2 Code des obligations suisse(1) Lorsque l'offre a été faite sans fixation de délai à une personne non présente, l'auteur de l'offre reste lié jusque'au moment où il peut s'attendre à l'arrivée d'une réponse expédiée à temps et régulièrement.(2) Il a le droit d'admettre que l'offre a été reçue à temps.Art. 7 Code des obligations suisse(1) L'auteur de l'offre n'est pas lié s'il a fait à cet ègard des réserves expresses, ou si son intention de ne pas s'obliger résulte soit des circonstances, soit de la nature spéciale de l'affaire.(2) L'envoi de tarifs, de prix courants, etc., ne constitue pas une offre de contracter.(3) Le fait d'exposer des marchandises, avec indication du prix, est tenu dans la règle pour une offre. Art. 1326 al. 2 Code civil italien(2) L’accettazione deve giungere al proponente nel termine da lui stabilito o in quello ordinariamente necessario secondo la natura dell’affare o secondo gli usi.Art. 1328 al. 1er Code civil italien(1) La proposta può essere revocata finchè il contratto non sia concluso. Tuttavia, se l’accettante ne ha intrapreso in buona fede l’esecuzione prima di avere notizia della revoca, il proponente è tenuto a indennizzarlo delle spese e delle perdite subite per l’iniziata esecuzione del contratto.Art. 1329 al. 1er Code civil italien(1) Se il proponente si è obbligato a mantenere la proposta per un certo tempo, la revoca è senza effetto.Art. 1333 Code civil italien(1) La proposta diretta a concludere un contratto da cui derivino obbligazioni solo per il proponente è ìrrevocabile appena giunge a conoscenza della parte alla quale è destinata.(2) Il destinatario può rifiutare la proposta nel termine richiesto dalla natura dell’affare o dagli usi. In mancanza di tale rifiuto il contratto è concluso. Art. 228 Code civil portugais(1) A proposta do contrato obriga o proponente nos termos seguintes:a) Se for fixado pelo proponente ou convencionado pelas partes um prazo para a aceitação, a proposta mantém-se até o prazo findar;b) Se não for fixado prazo, mas o proponente pedir resposta imediata, a proposta mantém-se até que, em condições normais, esta e a aceitação cheguem ao seu destino;c) Se não for fìxado prazo e a proposta for feita a pessoa ausente ou, por escrito, a pessoa presente, manter-se-á até cinco dias depois do prazo que resulta do preceituado na alínea precedente.(2) 0 disposto no número anterior não prejudica o direito de revogação da proposta, nos termos em que a revogação é admitida no artigo 230.oArt. 230 al. 1er Code civil portugais(1) Salvo declaração em contrário, a proposta de contrato é irrevogável depois de ser recebida pelo destinário ou de ser dele conhecida.  Art. 219, livre 6, Nouveau code civil néerlandais(1) Een aanbod kan worden herroepen, tenzij het een termijn voor de aanvaarding inhoudt of de onherroepelijkheid ervan op andere wijze uit het aanbod volgt.(2) De herroeping kan slechts geschieden, zolang het aanbod niet is aanvaard en evenmin een mededeling, houdende de aanvaarding is verzonden. Bevat het aanbod de mededeling dat het vrijblijvend wordt gedaan, dan kan de herroeping nog onverwijld na de aanvaarding geschieden.(3) Een beding waarbij ëen der partijen zich verbindt om, indien de wederpartij dit wenst, met haar een bepaalde overeenkomst te sluiten, geldt als een onherroepelijk aanbod.(1) L'offre est révocable, à moins qu'elle ne comporte un délai pour l'acceptation ou que l'irrévocabilité n'en résulte autrement.(2) La révocation peut avoir lieu seulement tant que l'offre n'a pas été acceptée et qu'une communication portant acceptation n'a pas été expédiée. Lorsque l'offre porte la mention qu'elle est faite sans engagement, la révocation peut même avoir lieu sans délai après l'acceptation.(3) La stipulation par laquelle l'une des parties s'engage à conclure un contrat déterminé avec l'autre, si celle-ci le désire, est réputée offre irrévocable.Art. 221 al. 1er, livre 6, Nouveau code civil néerlandais(1) Een mondeling aanbod vervalt, wanneer het niet onmiddellijk wordt aanvaard, een schriftelijk aanbod, wanneer het niet binnen een redelijke tijd wordt aanvaard.(1) L'offre verbale devient caduque lorsqu'elle n'est pas acceptée immédiatement; l'offre écrite devient caduque lorsqu'elle n'est pas acceptée dans un délai normal.
§ 149 Code civil allemandIst eine dem Antragenden verspätet zugegangene Annahmeerklärung dergestalt abgesendet worden, daß sie bei regelmäßiger Beförderung ihm rechtzeitig zugegangen sein würde, und mußte der Antragende dies erkennen, so hat er die Verspätung dem Annehmenden unverzüglich nach dem Empfange der Erklärung anzuzeigen, sofern es nicht schon vorher geschehen ist. Verzögert er die Absendung der Anzeige, so gilt die Annahme als nicht verspätet.Lorsqu’une déclaration d’acceptation, parvenue au pollicitant avec retard, a été expédiée de telle sorte qu’elle lui serait parvenue en temps utile si son acheminement avait été régulier, et lorsque le pollicitant a dû connaître ces circonstances, il est tenu de signaler ce retard à l’acceptant immédiatement après la réception de la déclaration, à moins qu’il ne l’ait déjà fait. S’il est en retard dans l’expédition de cette information, l’acceptation n’est pas considérée comme arrivée en retard.§ 862 a phrase 2 Code civil général autrichienTrotz ihrer Verspätung kommt jedoch der Vertrag zustande, wenn der Antragsteller erkennen mußte, daß die Annahmeerklärung rechtzeitig abgesendet wurde, und gleichwohl seinen Rücktritt dem andern nicht unverzüglich anzeigt.Si elle arrive tardivement, le contrat est cependant formé, lorsque le pollicitant doit reconnaître que la déclaration d’acceptation a été envoyée à temps. et lorsqu’il n’avise pas nèanmoins immédiatement l’acceptant qu’il se retire.Art. 5 al. 3 Code des obligations suisse(3) Si l'acceptation expédiée à temps parvient tardivement à l'auteur de l'offre, et que celui-ci entende ne pas être lié, il doit en informer immédiatement l'acceptant. Art. 1326 al. 3 Code civil italien(3) Il proponente può ritenere efficace l’accettazione tardiva, purchè ne dia immediatamente avviso all’altra parte. Art. 229 Code civil portugais(1) Se o proponente receber a aceitação tardiamente, mas não tiver razões para admitir que ela foi expedida fora de tempo, deve avisar imediatamente o aceitante de que o contrato se não concluiu, sob pena de responder pelo prejuzio havido.(2) O proponente pode, todavia, considerar eficaz a resposta tardia, desde que ela tenha sido expedida em tempo oportuno; em qualquer outro caso, a formação do contrato depende de nova proposta e nova aceitação. Art. 223, livre 6, Nouveau code civil néerlandais(1) De aanbieder kan een te late aanvaarding toch als tijdig gedaan laten gelden, mits hij dit onverwijld aan de wederpartij mededeelt.(2) Indien een aanvaarding te laat plaatsvindt, maar de aanbieder begrijpt of behoort te begrijpen dat dit voor de wederpartij niet duidelijk was, geldt de aanvaarding als tijdig gedaan, tenzij hij onverwijld aan de wederpartij mededeelt dat hij het aanbod als vervallen beschouwt.(1) L'offrant peut traiter l'acceptation tardive comme faite à temps, pourvu qu'il en informe sans tarder l'autre partie.(2) L'acceptation tardive dont l'offrant comprenait ou devait comprendre que l'acceptant ignorait le caractère tardif est réputée avoir été faite à temps, à moins que l'offrant n'informe sans tarder l'autre partie de sa dècision de considérer l'offre comme caduque.Art. 224, livre 6, Nouveau code civil néerlandaisIndien een aanvaarding de aanbieder niet of niet tijdig bereikt door een omstandigheid op grond waarvan zij krachtens artikel 37 lid 3, tweede zin, van Boek 3 niettemin haar werking heeft, wordt de overeenkomst geacht tot stand te zijn gekomen op het tijdstip waarop zonder de storende omstandigheid de verklaring zou zijn ontwangen.Si l'acceptation ne parvient pas ou pas à temps à l'offrant par suite d'une circonstance qui nèanmoins, en vertu de l'article 37, paragraphe 3, deuxième phrase, du Livre troisième, ne le prive pas d'effet, le contrat est réputé s'être formé au moment où, n'eût été cette circonstance intervenante, la déclaration aurait été reçue.
§ 150 Code civil allemand(1) Die verspätete Annahme eines Antrags gilt als neuer Antrag.(2) Eine Annahme unter Erweiterungen, Einschränkungen oder sonstigen Änderungen gilt als Ablehnung verbunden mit einem neuen Antrage.(1) L’acceptation tardive d’une offre est considérée comme une offre nouvelle.(2) Toute acceptation sous réserve d’additions, de restrictions ou d’autres modifications vaut refus lié à une nouvelle offre.Art. 1326 al. 5 Code civil italien(5) Un’accettazione non conforme alla proposta equivale a nuova proposta. Art. 233 Code civil portugaisA aceitação com aditamentos, limitações ou outras modificações importa rejeição da proposta; mas, se a modificação for suficientemente precisa, equivale a nova proposta, contanto que outro sentido não resulte da declaração.Art. 225 al. 1er et 2, livre 6, Nouveau code civil néerlandais(1) Een aanvaarding die van het aanbod afwijkt, geldt als een nieuw aanbod en als een verwerping van het oorspronkelijke.(2) Wijkt een tot aanvaarding strekkend antwoord op een aanbod daarvan slechts op ondergeschikte punten af, dan geldt dit antwoord als aanvaarding en komt de overeenkomst overeenkomstig deze aanvaarding tot stand, tenzij de aanbieder onverwijld bezwaar maakt tegen de verschillen.(1) L'acceptation qui s'écarte de l'offre équivaut à une nouvelle offre et entraîne le rejet de l'offre initiale.(2) Lorsqu'une réponse qui a pour but l'acceptation d'une offre y déroge seulement sur des points mineurs, elle équivaut à une acceptation et le contrat se forme selon celle-ci, à moins que l'offrant ne présente sans tarder des objections aux différences.
§ 151 Code civil allemandDer Vertrag kommt durch die Annahme des Antrags zustande, ohne daß die Annahme dem Antragenden gegenüber erklärt zu werden braucht, wenn eine solche Erklärung nach der Verkehrssitte nicht zu erwarten ist oder der Antragende auf sie verzichtet hat. Der Zeitpunkt, in welchem der Antrag erlischt, bestimmt sich nach dem aus dem Antrag oder den Umständen zu entnehmenden Willen des Antragenden.Le contrat est parfait par l’acceptation de l’offre sans que cette acceptation ait besoin d’être déclarée au pollicitant lorsque selon les usages admis en affaires il n’ya pas lieu de s’attendre à ce que l’acceptation soit déclarée au pollicitant ou lorsqu’il a renoncé à cette déclaration. La date à laquelle l’offre sera éteinte est déterminée d’après la volonté du déclarant, telle qu’on doit l’induire de l’offre ou des circonstances.§ 864 Code civil général autrichienIst eine ausdrückliche Erklärung der Annahme nach der Natur des Geschäftes oder der Verkehrssitte nicht zu erwarten, so kommt der Vertrag zustande, wenn dem Antrag innerhalb der hierfür bestimmten oder den Umständen angemessenen Frist tatsächlich entsprochen worden ist.Si en raison de la nature de l’affaire, ou des usages du commerce, on ne peut attendre une déclaration expresse d’acceptation, le contrat est formé, s’il a été réellement répondu à l’offre dans le délai prévu pour cela, ou dans un délai approprié aux circonstances.Art. 6 Code des obligations suisseLorsque l'auteur de l'offre ne devait pas, en raison soit de la nature spéciale de l'affaire, soit des circonstances, s'attendre à une acceptation expresse, le contrat est réputé conclu si l'offre n'a pas été refusée dans un délai convenable.Art. 10 al. 2 Code des obligations suisse(2) Si une acceptation expresse n'est pas nécessaire, les effets du contrat remontent au moment de la réception de l'offre. Art. 1327 Code civil italien(1) Qualora, su richiesta del proponente o per la natura dell’affare o secondo gli usi, la prestazione debba eseguirsi senza una preventiva risposta, il contratto è concluso nel tempo e nel luogo in cui ha avuto inizio l’esecuzione.(2) L’accettante deve dare prontamente avviso all’altra parte dell’iniziata esecuzione e, in mancanza, è tenuto al risarcimento del danno. Art. 234 Code civil portugaisQuando a proposta, a própria natureza ou circunstâncias do negócio, ou os usos tornem dispensável a declaração de aceitação, tem-se o contrato por concluído logo que a conduta da outra parte mostre a intenção de aceitar a proposta. 

2. Les solutions spécifiques dans la jurisprudence française et italienne

Cass. civ., 21. 12. 1960, dans: Dalloz 1961, p. 417Le défendeur avait fait parvenir au demandeur une offre par courrier en vue de la formation d'un contrat. Quelques jours plus tard il la rétracta. Entre temps cependant le demandeur lui avait déjà envoyé une lettre d'acceptation. Dans le litige qui s'en suivit concernant la question si le contrat dont se prévalait le demandeur avait été conclu par correspondance entre les parties, la Cour d'Appel rejeta sa prétention au motif qu'il n'était pas prouvé que le défendeur avait reçu la lettre d'acceptation avant de rétracter son offre. Le pourvoi du demandeur qui estimait que l'offre ne pouvait plus être rétractée après avoir été acceptée fut rejeté par la Cour de cassation attendu que la révocation restait possible jusqu' au moment de la formation du contrat et que l'élément unique décisif de la détermination du moment de la formation du contrat était la réception de l’acceptation. "(...) LA COUR; - Sur le moyen unique : - Attendu que le pourvoi fait grief à la Cour d’Appel (Aix, 5 juin 1958) d’avoir rejeté la prétention de Chomel à se prévaloir d’un règlement par correspondance entre Roqueta et lui au motif qu’il n’était pas prouvé que Roqueta qui avait proposé ce règlement avait reçu sa lettre d’acceptation avant de rétracter son offre, alors que l’acceptation rendait le contrat parfait dès l’instant où elle a eu lieu et qu’un pollicitant ne peut revenir sur son offre après qu’elle a été acceptée: - Mais attendu que les juges du fond n’ont fait qu’user de leur pouvoir souverain d’interpréter la volonté des parties en décidant que Roqueta était en droit de retirer son offre jusqu’à la réception de l’acceptation; d’où il suit que le moyen n’est pas fondé; Par ces motifs, rejette. (...)"  Ph.Malaurie, note dans: Dalloz 1961, p. 417"(...) Les illustres devanciers de l’ancienne époque aimaient controverser en théories catégoriques sur la date de la formation du contrat par correspondance; la doctrine contemporaine paraît avoir abdiqué, se refuse maintenant d’indiquer toute solution de principe. (...) La jurisprudence a évité ces positions extrêmes; ni elle n’énonce un unique principe de solution à tout ce problème, ni ne dilue la règle de droit dans des circonstances de fait aussi variées que le sont les contrats. Mue sans doute par des considérations d’équité (Carbonnier, Droit civil, t. 2, § 101 in fine), elle distingue selon la question pratique qui est en cause et fournit alors des réponses qui ont une remarquable constance de fait. Sans doute, la Cour de Cassation ne prétend-elle pas généralement qu’il y a une règle de droit applicable à la matière. (...) Mais, au moins à titre d’habitude de fait, la jurisprudence applique deux règles opposées et complémentaires, selon l’intérêt pratique qui est en cause. Lorsqu’il s’agit d’apprécier la validité d’une révocation de l’acceptation ou de l’offre - ce qui était le cas en l’espèce- la réception de l’acceptation est en fait (sinon en droit) l’élément unique décisif de la détermination du moment de la formation du contrat (I); au contraire, lorsqu’il s’agit de fixer la compétence territoriale d’un tribunal, l’émission de l’acceptation redevient l’élément unique et décisif de la détermination du lieu de la formation du contrat (II). (...)I.- Révocation de l’acceptation ou de l’offreEn permettant de valablement rétracter l’offre jusqu’à ce que la lettre d’acceptation ait été reçue, l’arrêt rapporté donne une solution conforme à la jurisprudence classique, reculant jusqu’à la réception de l’acceptation le moment à partir duquel une acceptation ou une offre deviennent irrévocables. La question n’est pas douteuse pour l’acceptation: cette dernière peut être révoquée tant qu’elle n’est pas parvenue à la connaissance du pollicitant; ...La solution est identique pour le retrait de l’offre: tant que le pollicitant ne sait pas qu’elle a été acceptée, il peut la rétracter. (...) L’irrévocabilité d’une volonté est un éffet trop grave pour admettre la hâte ou la précipitation, et on a le droit d’hésiter ou de se reprendre tant que le consentement n’est pas complètement échangé: il n’y a de véritable concordance entre les deux oui que lorsque chacun sait que l’autre l’a dit. Ainsi lorsqu’une correspondance crée un trait de temps entre l’offre et l’acceptation, elle n’établit de consentement irrévocable que lorsque le consentement se connaît complètement et mutuellement, que lorsque la correspondance correspond totalement. (...)"  Cass. civ., 17. 12. 1958, dans: Dalloz 1959, p. 33Le défendeur avait fait savoir le 11 août 1954 au demandeur qu'il était disposé à lui vendre son chalet et lui avait fait visiter les lieux quatre jours plus tard. Après que le demandeur eut accepté son offre le lendemain de sa visite, le défendeur prétendit qu'il n'avait pas été en mesure de lui vendre le chalet le 16 août 1954 puisqu'il l'avait déjà vendu à un tiers le 14 août 1954. La Cour d'Appel estima néanmoins que l'acte de vente dont se prévalait le défendeur n'avait pas été signé le 14 août 1954. En outre, elle décida qu'il résultait des faits, que le défendeur s'était tacitement obligé à maintenir son offre jusqu'à la visite annoncée du demandeur. Comme le défendeur n'avait pas manifesté de volonté de révocation avant l'acceptation de son offre par le demandeur la Cour d'Appel conclut que le contrat était donc devenu parfait dès l'acceptation par le demandeur. Le pourvoi du défendeur fut rejeté par la Cour de cassation. "(...) LA COUR; - Sur le moyen unique : - Attendu qu’il ressort des énonciations de l’ arrêt attaqué (Montpellier, 12 oct. 1955) que, par lettre du 11 août 1954, Isler a fait savoir à Chastan qu’il était prêt à lui vendre un chalet dont il était propriétaire, moyennant le prix de 2 millions 500 000 F; qu’ayant visité le chalet quatre jours plus tard, Chastan a télégraphiquement avisé Isler, le lendemain, qu’il acceptait cette offre; que, le 17 du même mois, il lui a confirmé par lettre cette acceptation, en se déclarant prêt à payer le prix comptant lors de la passation de l’acte; que, sur action intentée par Chastan, après mise en demeure de recevoir le prix et de remettre les clefs vainement signifiée le 6 sept. 1954 à Isler, celui-ci a prétendu qu’il n’avait pu vendre au réclamant le chalet le 16 août précédent, pour la raison qu’à cette date il l’avait déjà vendu à Puy, lequel, intervenant en cause, a »précisé que cette vente avait été conclue au début d’août et normalisée sous la forme d’un acte sous seing privé du 14 août 1954« avec versement d’un acompte d’un million; - Attendu que ledit arrêt, infirmatif, déclare non pertinents les faits articulés par Isler comme constitutifs d’une rétractation, antérieure à l’acceptation de Chastan, de l’offre du 11 août 1954, »dit et juge qu’il est d’ores et déjà établi par les éléments de la cause que l’offre de vente faite par Isler et Chastan personnellement, n’a pas été révoquée avant le 17 août 1954, date à laquelle Isler a eu connaissance de l’acceptation expresse de cette offre par Chastan«, refuse, en conséquence »d’autoriser Isler à rapporter la preuve des faits par lui allégués« et décide »que la vente proposée par Isler et acceptée par Chastan est devenue parfaite..., en application de l’art. 1583 c. civ.«; qu’il est fait grief à la Cour d’Appel d’avoir, par contradiction de motifs, reconnu que l’offre du 11 août 1954 constituait une simple pollicitation, non une promesse unilatérale au sens de l’art. 1589 du même code, et donné néanmoins à cette proposition les effets légaux de la promesse de vente, en décidant à tort que l’acceptation de l’acquéreur avec qui les rapports d’Isler n’auraient pas dépassé le stade des simples pourparlers avait rendu la vente parfaite;Mais attendu que si une offre peut en principe être rétractée tant qu’elle n’a pas été acceptée, il en est autrement au cas où celui de qui elle émane s’est expressément ou implicitement engagé à ne pas la retirer avant une certaine époque; qu’en l’espèce, après avoir admis que la lettre du 11 août 1954 constituait »simplement une offre de vente« pouvant »en principe être retirée tant qu’elle n’avait pas été acceptée«, l’arrêt relève que »cependant, sachant par lettre de Chastan du 9 août, que celui-ci se proposait de venir visiter le chalet le 15 ou 16 août et, l’y ayant autorisé dans sa réponse du 11 août, Isler s’était tacitement obligé à maintenir son offre pendant le temps ainsi prévu, c’est-à-dire jusqu’après la visite annoncée« et qu’il n’aurait pas pu se rétracter le 14 août sans commettre »une faut de nature à engager sa responsabilité«; qu’analysant ensuite les circonstances de la cause, notamment la production tardive de l’unique exemplaire d’un acte sous seing privé, non enregistré, consistant en une déclaration »d’Isler seul, datée du 14 août... d’après laquelle il vend son chalet à Puy, lequel a apposé son acquiescement à une date qui n’est point indiquée« et, qui ne mentionne pas le versement d’un acompte d’un million, la Cour d’Appel constate que »de tous ces éléments résulte un ensemble de présomptions suffisamment graves, précises et concordantes pour déterminer l’absolue conviction que l’acte de vente dont se prévaut Puy n’a pas été signé le 14 août ; que n’ayant pas vendu son chalet à Puy, Isler n’avait aucune raison de révoquer l’offre formelle qu’il avait faite à Chastan; qu’il n’a donc pas pu manifester le 14 août une volonté de révocation qu’il n’avait pas encore et qui, même dans sa lettre du 20 août, ne se »trouvait pas nettement exprimée« et que »la mauvaise foi de Puy et d’Isler et leur collusion résultent manifestement desdites circonstances«; que de ces constatations les juges du second degré déduisent, par une appréciation souveraine de l’intention des contractants et sans se contredire, que l’offre ayant été maintenue, »le contrat est devenu parfait dès cette notification« et la vente est acquise de »droit à l’acheteur... par suite de l’accord des parties sur les éléments essentiels, la chose et le prix«; d’où il suit que l’arrêt attaqué n’a pas violé les textes visés au moyen et se trouve légalement justifié;Par ces motifs, rejette. (...)"  Cass. comm., 7. 1. 1981, dans: Bull. civ. 1981, IV, no. 14, p. 11La défenderesse avait fait une offre au demandeur le 10 juin 1975 prévoyant un délai d’acceptation de trente jours. Celui-ci avait renvoyé une lettre d’acceptation le 3 juillet. La Cour d'Appel décida que la convention avait été conclu au motif que le demandeur avait démontré l'expédition de sa lettre d'acceptation du 3 juillet et que la lettre ne pouvait donc pas être parvenue à la défenderesse postérieurement au 10 juillet. La défenderesse estimait par contre qu’il incombait au demandeur de démontrer que sa lettre de réception était parvenue à destination avant la date limite afin de pouvoir se prévaloir d’une convention conclue entre les parties. La chambre commerciale par contre rejeta son pourvoi, attendu que, faute de stipulations contraires, l’acte du 10 juin 1975 était destiné à devenir parfait non pas par la réception de l’acceptation mais déjà par l’émission de l’acceptation par le demandeur.  "(...) Attendu qu’il résulte des énonciations de l’arrêt attaqué (Paris, 27 avril 1979) que, par acte du 10 juin 1975, la société l’Aigle distribution (société l’Aigle) s’est engagée à acheter pendant trois ans à la société mazout service Comase (société Comase), une certaine quantité de carburant; qu’une clause de l’acte prévoyait: la présente convention n’entrera en vigueur qu’après sa signature par le représentant habilité de la société Comase qui disposera è cet effet d’un délai de trente jours à compter de la signature du client. Passé ce délai, les parties deviendront libres de tout engagement;Attendu qu’il est reproché à la Cour d’Appel d’avoir condamné la société l’Aigle à payer des dommages et intérêts à la société Comase en réparation du préjudice à elle causé par la résiliation aux torts de ladite société l’Aigle de la convention susvisée en retenant que la société Comase avait accepté celle-ci dans le délai prévu, alors, selon le pourvoi, que celui qui réclame l’exécution d’une obligation doit la prouver, que la société Comase devait donc apporter la preuve qu’elle avait fait connaître son acceptation à la société l’Aigle distribution avant le 10 juillet 1975, qu’en fondant sa décision sur la seule considération qu’était versée aux débats une lettre de la société Comase, datée du 3 juillet 1975, que la société l’Aigle distribution ne pouvait pas lui être parvenue postérieurement au 10 juillet, la Cour d’Appel a renversé la charge de la preuve, qu’il appartenait à la seule société Comase de prouver que la lettre était parvenue avant la date limite et non à la société l’Aigle distribution d’apporter la preuve du contraire, qu’en ne recherchant pas par ailleurs si la lettre était parvenue avant le 10 juillet à la société destinataire, la Cour a privé sa décision de base légale;Mais attendu que, faute de stipulation contraire, l’acte du 10 juin 1975 était destiné è devenir parfait, non pas par la réception par la société l’Aigle de l’acceptation de la société Comase, mais par l’émission par celle-ci de cette acceptation; que le moyen, qui soutient le contraire, est dépourvu de fondement;par ces motifs, rejette (...)"  Cassazione civ., 31. 1. 1969, no. 296, dans: Foro it., 1969, I, colonne 605 s.Les parties se trouvaient en désaccord sur la question de la validité d'un arrangement conclu entre eux. Le demandeur estimait qu'il n'y avait pas eu conclusion d'une convention au motif qu’il avait rétracté son offre avant d’avoir reçu la lettre d'acceptation du défendeur. La Cour d'Appel lui donna raison. Elle confirma que, selon l’art. 1328 al 1 Cod. civ. italien, une offre pouvait être rétractée jusqu’à la formation du contrat, c'est à dire jusqu’à ce que le pollicitant ait pris connaissance de l’acceptation. Comme néanmoins le demandeur n’avait pas encore pris connaissance de l’acceptation quand il émit la révocation de son offre, la Cour d'appel décida que l'offre avait été rétractée empêchant ainsi la conclusion de la convention en question. La Cour de cassation italienne rejeta le pourvoi dépourvu de fondement. "(...) Ma vi è, poi, anche un’esplicita diversità di formulazione legislativa della norma riguardante la revoca della proposta (art. 1328, 1º comma, prima parte cod. civ.) rispetto a quella della revoca dell’accettazione (art. 1328, 2º comma, cod. civ.), disponendosi espressamente, in quest’ultimo caso e solo in esso, che »l’accettazione può essere revocata purché la revoca giunga a conoscenza del proponente prima dell’accettazione« (...) In tal modo, nell’iter formativo del contratto, la libertà prenegoziale del proponente è, secondo la norma dell’art. 1328 cod. civ., piú ampia di quella dell’accettante, essendogli consentito di desistere dalla proposta contrattuale col semplice atto di revoca diretto e spedito all’altro contraente prima che il contratto sia concluso (art. 1326, 1º comma, e 1327, 1º comma, cod. civ.), mentre costui, dopo aver accettato la proposta, ha il potere di revocare l’accettazione solo se faccia pervenire a conoscenza del proponente medesimo l’atto di revoca prima dell’accettazione, la quale, essendo l’atto conclusivo di quell’iter prenegoziale, comporta, ovviamente, una maggiore restrizione del potere di revoca. Bastando, quindi, ad impedire la conclusione del contratto la mera spedizione, tempestivamente avvenuta, della revoca della proposta. (...) La volontà contrattuale dell’avv. Relli era stata già posta nel nulla con la spedizione della lettera di quella revoca, avvenuta (...) prima della notizia dell’accettazione e dell’inizio di esecuzione della proposta (...)."  Cassazione civ., 28. 2. 1957, no. 725, dans: Giust. Civ., 1957, p. 1295Le défendeur avait fait une offre de vente pour un bien foncier au demandeur. Celui-ci apprit par hasard que le défendeur avait depuis leur rencontre également engagé des négociations concernant la vente de ce bien avec des tiers. Malgré tout le demandeur lui transmit son acceptation. Le défendeur estima qu'il n'y avait pas eu conclusion d'un contrat. Selon lui son offre avait été rétractée du fait que le demandeur avait eu connaissance de ses pourparlers engagés avec des tiers avant son acceptation. La Cour de cassation italienne expliqua d'abord que chaque pollicitant pouvait rétracter son offre jusqu'à ce qu'il ait pris connaissance de l’acceptation par l'autre partie. Elle précisa que l'émission de la rétractation dans ces conditions empêchait toute conclusion d'un contrat et que cela était même valable si le pollicitant rétractant avait pris connaissance de l'acceptation avant que l'autre partie ait pris connaissance de la rétractation. En l'occurrence par contre la Cour des cassation décida que l'offre n'avait pas été rétractée. Même si, selon les juges, la révocation d'une offre ne devait pas forcément respecter la forme observée par la pollicitation, la révocation devait du moins être transmise de la même façon que la pollicitation afin que l’autre partie puisse en prendre connaissance. Le fait que le demandeur eut seulement appri par coïncidence des pourparlers engagés par le défendeur avec des tiers ne suffisait pas pour admettre une rétractation de sa part. Ainsi l'acceptation de l'offre avait rendu le contrat parfait. "(...) E anche la revoca della proposta, come la revoca della accettazione, poichè sono destinate ad inserirsi nell’iter formativo del contratto e ad interromperlo, debbono essere necessariamente dirette a colui che potrebbe altrimenti, accettando la proposta, ovvero mantenendo ferma la proposta fino alla notizia dell’accettazione, perfezionare il contratto. È vero soltanto che nella revoca della proposta il carattere recettizio si atteggia in modo diverso rispetto a quello degli altri atti prenegoziali. (...) In altri termini la revoca della proposta, purchè sia estrinsecata in una forma idonea a portarla a conoscenza dell’altra parte, e sia emessa prima che al proponente giunga notizia dell’accettazione, produce immediatamente l’effetto risolutivo, nulla importando che la comunicazione della revoca arrivi al destinatario dopo che il proponente abbia intanto ricevuto notizia dell’accettazione. Quest’ultima sarebbe tardiva e inefficace, pervenendo al proponente (che ha già revocato la sua proposta) quando ormai l’incontro dei consensi non è più possibile. (...)"  G. Gorla, dans: R. B. Schlesinger, Formation of Contracts. A Study of the Common Core of Legal Systems, I, 1968, pp. 829-832 "(...) Declared revocation: Such revocation terminates the offer if it becomes effective before the acceptance does. As will be seen, in principle revocation becomes effective when it is sent by post or telegram. When it is transmitted by a spokesman or by a personal messenger of the offeror, it becomes effective upon reaching the address of the offeree (according to the presumption of knowledge established in art. 1335 of the Civil Code). It follows from this that there must be communication of a declared revocation in the sense that the offeror must take some step aimed at bringing the declaration of revocation to the knowledge of the offeree, although, if it is sent by mail or telegram, it is not necessary that such declaration reaches the offeree before the conclusion of the contract. Undeclared revocation: (...) Despite appearances, one can gather that the cited authorities considered only the problem whether conduct implying an undeclared revocation was effective when it took place before the offeror received an acceptance (but possibly after the acceptance was sent by the offeree). The answer given by these authorities is in the negative. Another problem is whether an offeree who has learned of what may be called a tacit revocation before sending his acceptance, or before beginning performance of the contract in the case of art. 1327 of the Civil Code, may validly accept thereafter: would such acceptance be contrary to the principle of good faith in the formation of contracts, a principle promulgated in art. 1337 of the Code? This second problem seems not to have been considered by the authors and in the cited decisions. The court in Pece v. Tonti was, moreover, not confronted by conduct completely inconsistent with the intention of continuing the offer (as would be the case when the offeror actually sells the property to a third person). It seems (...) that the principle of good faith would prevent an offeree from validly accepting the offer if at the time of dispatching his acceptance he had sure information as to conduct of the offeror completely inconsistent with the continuance of the offer. (...)" 

3. La mort et l’incapacité du pollicitant

§ 130 al. 2 Code civil allemand(2) Auf die Wirksamkeit der Willenserklärung ist es ohne Einfluß, wenn der Erklärende nach der Abgabe stirbt oder geschäftsunfähig wird.(2) Si le déclarant meurt ou devient incapable d’exercer ses droits, ces faits n’influent pas sur l’efficacité de la déclaration de volonté.§ 153 Code civil allemandDas Zustandekommen des Vertrags wird nicht dadurch gehindert, daß der Antragende vor der Annahme stirbt oder geschäftsunfähig wird, es sei denn, daß ein anderer Wille des Antragenden anzunehmen ist.La formation du contrat n’est pas empêchée par le fait que le pollicitant meurt ou devient incapable d’exercer ses droits avant l’acceptation, à moins qu’il y ait lieu d’admettre une autre volonté de sa part.§ 862 phrase 3 Code civil général autrichienEr [der Antrag] erlischt auch nicht, wenn ein Teil während der Annahmefrist stirbt oder handlungsunfähig wird, sofern nicht ein anderer Wille des Antragstellers aus den Umständen hervorgeht.Elle (l’offre) ne devient pas non plus caduque si une des parties meurt au cours du délai d’acceptation, ou devient incapable d’agir, sauf dans la mesure où les circonstances prouvent que le pollicitant a eu une autre intention.Art. 1329 al. 2 Code civil italien(2) Nell’ipotesi prevista dal comma precedente, la morte o la sopravvenuta incapacità del proponente non toglie efficacia alla proposta, salvo che la natura dell’affare o altre circostanze escludano tale efficacia. Art. 226 al. 1er Code civil portugais(1) A morte ou incapacidade do declarante, posterior à emissão da declaração, não prejudica a eficácia desta, salvo se o contrário resultar da própria declaração.Art. 231 Code civil portugais(1) Não obsta à conclusão do contrato a morte ou incapacidade do proponente, excepto se houver fundamento para presumir que outra teria sido a sua vontade.(2) A morte ou incapacidade do destinatário determina a ineficácia da proposta. Artikel 222, livre 6, Nouveau code civil néerlandaisEen aanbod verwalt niet door de dood of het verlies van handelingsbekwaamheid van een der partijen, noch doordat een der partijen de bevoegdheid tot het sluiten van de overeenkomst verliest als gevolg van een bewind.L'offre ne devient pas caduque par la mort ou par la survenance de l'incapacité de l'une des parties, ni par le fait, pour l'une des parties, de perdre la faculté de conclure le contrat par l'effet d'un régime d'administration.OGH, 20. 6. 1990, dans: JBl 1991, pp. 113-114Le demandeur avait envisagé d'acheter un bien foncier du défendeur. Après entente concernant le prix de vente le défendeur lui fit une offre en bonne et due forme laissant au demandeur un délai d'acceptation jusqu'au 30.09.1986. Dans le même mois le défendeur fut frappé d'apoplexie, ce qui entraîna son incapacité à contracter. Le demandeur par contre accepta l'offre qui lui avait été faite auparavant. Dans le litige qui s'en suivit, concernant la question de la validité du contrat, la Cour suprême autrichienne décida que le contrat n'avait pas été conclu. Bien que l'incapacité du défendeur intervenue après émission de son offre n'ait pas eu de conséquence sur la validité de son offre, la réception de l'acceptation supposait la capacité du destinataire dans les cas où celle-ci ne lui procurait pas uniquement des avantages. "(...) Die dagegen erhobene Revision der Bekl. ist berechtigt. Gem. § 862 Schlußsatz ABGB beseitigt die während der Annahmefrist eintretende Geschäftsunfähigkeit nicht die Bindung an das Offert, so daß die Bekl. bis zum 30.9.1986 an ihr im Zustand der Handlungsfähigkeit erstattetes Verkaufsangebot gebunden blieb. Gem. § 862 a ABGB gilt die Annahme (des Vertragsangebotes) als rechtzeitig, wenn die (Annahme-)Erklärung innerhalb der Annahmefrist dem Antragsteller zugekommen ist. Die Vertragsannahmeerklärung (des Oblaten) ist eine zugangsbedürftige Willenserklärung mit der Funktion, dem Offerenten die Angebotsannahme bekanntzugeben. Soll dieser Zweck erreicht werden, muß der Offerent auch Gelegenheit erhalten, die Erklärung zur Kenntnis zu nehmen (vgl. Koziol-Welser I 90 f. m. w. H.). Der wirksame Zugang der beim Kaufvertrag den Vertragsabschluß bewirkenden Willenserklärung setzt zumindest dann, wenn die Erklärung für den Empfänger - wie hier - nicht nur Vorteile mit sich bringt, dessen volle Geschäftsfähigkeit voraus (SZ 57/52 m. w. H.; SZ 54/72; Koziol-Welser, aaO., 91). Dies folgt schon aus der im § 865 ABGB für voll geschäftsunfähige Personen festgelegten und nicht sanierbaren Unfähigkeit, Versprechen zu machen oder anzunehmen. Rechtsvergleichend sei auf die Rechtslage in der Bundesrepublik Deutschland verwiesen. Gemäß dem (§ 862 Schlußsatz ABGB entsprechenden) § 153 BGB wird das Zustandekommen des Vertrages nicht dadurch gehindert, daß der Antragende vor der Annahme stirbt oder geschäftsunfähig wird. Doch hat in solchem Falle bei Geschäftsunfähigkeit des Offerenten (vor der Annahme seines noch verbindlichen Angebots) die Annahme gegenüber dem gesetzlichen Vertreter zu erfolgen (Soergel-Wolf, Rz.7 zu § 153 BGB; RGRK, Rz. 2 zu § 153 BGB). Ganz allgemein normiert § 131 Abs.1 BGB für empfangsbedürftige Willenserklärungen, daß die einem Geschäftsunfähigen gegenüber abgegebene Willenserklärung nicht wirksam wird, bevor sie seinem gesetzlichen Vertreter zugeht. Danach ist also der Geschäftsunfähige nicht in der Lage, Willenserklärungen, die ihn selbst betreffen, wirksam entgegenzunehmen (Soergel-Hefermehl, Rz.1 zu § 131 BGB). Der Revision ist auch darin beizupflichten, daß die rechtsgeschäftliche Angebotsfrist durch den Tod oder die Geschäftsunfähigkeit des Offerenten nicht unterbrochen und damit nicht über die Endigungsfrist hinaus verlängert wird. Daran ändert es auch nichts, wenn für die klagende Partei die Geschäftsunfähigkeit der Bekl. im Zeitpunkt der »Kenntnisnahme« der Annahmeerklärung am 30.9.1986 nicht erkennbar gewesen sein sollte. Der Unterfertigung der Annahmeerklärung durch die Bekl. am 30.9.1986 kommt dann mangels jeglicher Möglichkeit einer wahren Kenntnisnahme keine rechtliche Bedeutung zu, so daß ihr Vertragsangebot mangels fristgerechter rechtsgültiger Annahme außer Kraft getreten ist. (...)"  S. Dullinger, note dans: JBl 1991, p. 114 s."(...) Man braucht kein besonderer Patriot zu sein, um als österreichischer Jurist die Rechtsausführungen des OGH in der vorstehenden Entscheidung etwas befremdend zu finden. Die Lösung der Zentralfrage wird im wesentlichen mit Zitaten aus deutschen Kommentaren zu den §§ 153 und 131 Abs. 1 BGB begründet. Dabei wird zu § 153 BGB - freilich nur in Klammer! - noch angemerkt, daß diese Bestimmung dem Schlußsatz des § 862 ABGB entspricht, während die vergleichende Heranziehung des § 131 Abs.1 BGB gar nicht gerechtfertigt wird. In der Sache ist zwar zuzugeben, daß die maßgebliche österreichische Rechtslage der deutschen weitgehend entspricht und die zitierten Ausführungen zum BGB auch für das ABGB zutreffen. Da aber das ABGB anzuwenden war, hätte man doch primär diesbezügliche Literatur heranziehen sollen. Man hätte in den einschlägigen österreichischen Kommentaren durchaus Erläuterungen finden können, die den verwiesenen deutschen Stellen inhaltlich entsprechen (etwa Apathy in Schwimann, ABGB IV/1, Rz. 5 zu § 862 und Rz. 6 zu § 865; Rummel in Rummel, ABGB, Rz. 7 zu § 862 und Rz. 4 zu § 862 a). Was die zu klärende Rechtsfrage als solche anlangt, geht der OGH wohl von völliger Geschäftsunfähigkeit der Bekl. aus, ohne aber diese Beurteilung zu begründen oder auch nur expressis verbis auszusprechen. Unter dieser Voraussetzung wäre der Entscheidung im Ergebnis zuzustimmen. (...)"  Cass. civ. 3ème, 10. 5. 1989, dans: Bull. civ. 1989, III, p. 61La propriétaire d'une maison et de quelques parcelles de terre avait concédé au demandeur un droit de préemption relatif à ses immeubles. Quand elle se décida à vendre ses biens, le notaire chargé de la vente le notifia au demandeur le 21 juillet 1981, qui à son tour, lui fit parvenir sa décision de préempter. Cependant, dans la période succédant la notification par le notaire et précédant la réponse du demandeur, la propriétaire était décédée. L'héritière assigna alors le demandeur afin de faire constater que son droit de préemption était devenu caduc. Pour constater la caducité du droit de préemption la Cour d'Appel retint que par son assignation du 16 septembre 1983 l'héritière avait modifié ses prétentions en manifestant son intention de conserver la propriété et que sous peine de forclusion le demandeur ait ainsi eu un délai de deux mois pour faire connaître son acceptation ou son refus. Le demandeur par contre estima qu'avec la notification de sa décision de préempter le contrat de vente était devenu parfait et que l'héritière n'était aucunement en droit de se dégager unilatéralement de la vente définitivement formée puisque la pollicitation n'avait pas été rétractée avant son acceptation. La Cour de cassation rejeta le pourvoi formé à l'encontre de la décision par le demandeur. Bien que la Cour d'Appel ait violé l'art. 1583 C. civ. en admettant que le demandeur ait eu à réitérer la préemption déjà exercée, l'arrêt se trouvait légalement justifié attendu que la notification par le notaire du 21 juillet 1981 ne constituait non pas une promesse unilatérale de vente mais une simple offre devenu caduque par l'effet du décès survenu le 10 août 1981.  "(...) Mais attendu que la notification d’une vente sous condition suspensive au titulaire du droit de préemption, par le notaire chargé d’instrumenter, ne constituant pas une promesse de vente mais une simple offre, celle du 22 juill. 1981 devenue caduque par l’effet du décès de Mme Girard survenu le 10 août 1981, ne pouvait être l’objet postérieurement à cette date d’une acceptation de la part de la SAFER ; que par ces motifs de pur droit, substitués à ceux erronés retenus par la Cour d’Appel, l’arrêt se trouve légalement justifié;Par ces motifs, rejette. (...)"  Cass. civ. 3ème, 9. 11. 1983, dans Bull. civ., 1983, III , p. 168Le 29 mars 1974 les défendeurs, les époux Gaillard, avaient notifié aux demandeurs leur intention de vendre deux parcelles de terre pour le prix de 20.000 francs. Le 11 avril 1974 ils les informèrent de la renonciation du fermier de ces terres à son droit de préemption. Le 9 mai 1974 les demandeurs transmirent alors leur décision d'exercer leur propre droit de préemption. Entre-temps M. Gaillard était décédé le 13 avril 1974. Le demandeur reçut alors une nouvelle notification de vente du notaire des héritiers pour le prix de 35.000 francs. La Cour d'Appel de Bourges décida qu'après le décès de M. Gaillard l'offre faite par les époux communs en biens ne pouvait plus être déclarée opposable à la veuve seule. Outre cela, elle estima que l'offre faite par les époux ne constituait pas une promesse de vente et qu'ainsi elle ne liait pas les héritiers du promettant. La Cour de cassation cassa l'arrêt rendu par la Cour d'Appel, attendu que par le seul fait du décès de M. Gaillard, l'offre des époux n'était pas devenue caduque et qu'en absence d'une rétractation de cette offre, son acceptation par le demandeur avait rendu la vente parfaite. "(...) Attendu qu’il résulte de l’arrêt attaqué (Bourges, 1er février 1982) que le 29 mars 1974 les époux Gaillard ont notifié à la Safer du Centre leur intention de vendre deux parcelles de terre pour le prix de 20 000 francs, que, le 11 avril 1974, les époux Gaillard ont informé la Safer de la renonciation du fermier de ces terres à son droit de préemption, que le 9 mai 1974, la Safer, a fait connaître aux vendeurs par lettre recommandée avec accusé de réception sa décision d’exercer son propre droit de préemption, qu’entre-temps, le 13 avril 1974, M. Gaillard est décédé, que le 18 mai 1976, la Safer a reçu de Me Chazal, notaire, une nouvelle notification de vente par les héritiers de M. Gaillard, sa veuve et ses enfants, des mêmes terres pour le prix de 35 000 francs;Attendu que pour débouter la Safer de sa demande tendant à faire juger qu’une vente parfaite était intervenue le 9 mai 1974 et déclarer nulle la notification effectuée le 18 mai 1976, l’arrêt énonce que l’offre faite le 29 mars 1974 par les époux Gaillard communs en biens, exprimait une volonté commune qui, à la suite du décès de M. Gaillard, ne peut plus se manifester et ne peut dès lors être déclarée opposable à Mme veuve Gaillard seule, que cette offre ne constitue pas une promesse de vente mais une formalité nécessaire pour permettre l’exercice éventuel du droit de préemption et qu’ainsi elle ne lie pas les héritiers du promettant;Attendu qu’en statuant ainsi, alors que l’offre de vente n’avait pas été rétractée par M. Gaillard et ne pouvait dès lors être considérée comme caduque, ou inopposable à ses héritiers, du seul fait de son décès, et que l’acceptation de cette offre par la Safer avait rendu la vente parfaite, la Cour d’Appel a violé les textes susvisés;Par ces motifs casse et annule (...)" 

4. La révocabilité de l’offre et la formation du contrat dans le Common Law


Adams and Others v. Lindsell and Another; (1818) B and A 1. 681 (réimprimé dans E. R., vol. 106)Le défendeur avait fait une offre de vente au demandeur par courrier, exigeant une réponse immédiate. Comme le défendeur avait néanmoins pas indiqué l'adresse exacte du demandeur sur l'enveloppe contenant la pollicitation, ce dernier la reçut avec un retard de deux jours. Sans délai le demandeur lui notifia alors son acceptation par écrit. Cependant le défendeur qui, après les deux jours écoulés sans réponse, ne s'attendait plus à une acceptation de la part du demandeur avait vendu les objets en question entre temps. La Cour estima qu'un contrat avait été conclu entre les parties puisque seul le pollicitant avait été responsable du retard de deux jours, et de l'offre et de l'acceptation. "(...) Under these (...) circumstances, the learned Judge held, that the delay having been occasioned by the neglect of the defendants, the jury must take it, that the answer did come back in due course of post; and that then the defendants were liable for the loss that had been sustained: and the plaintiffs accordingly recovered a verdict. Jervis having in Easter term obtained a rule nisi for a new trial, on the ground that there was no binding contract between the parties, Dauncey, Puller and Richardson shewed cause. They contended, that at the moment of the acceptance of the offer of the defendants by the plaintiffs, the former became bound. And that was on the Friday evening, when there had been no change of circumstances. They were then stopped by the Court, who called upon Jervis and Campbell in support of the rule. They relied on Payne v. Cave and more particularly on Cooke v. Oxley. In that case, Oxley, who had proposed to sell goods to Cooke, and given him a certain time at his request, to determine whether he would buy them or not, was held not liable to the performance of the contract, even though Cooke, within the specified time, had determined to buy them, and given Oxley notice to that effect. So here the defendants who have proposed by letter to sell this wool, are not to be held liable, even though it be now admitted that the answer did come back in due course of post. Till (...) the plaintiffs’ answer was actually received, there could be no binding contract between the parties; and before then, the defendants had retracted their offer, by selling the wool to other persons. The Court said, that if that were so, no contract could ever be completed by the post. For if the defendants were not bound by their offer when accepted by the plaintiffs till the answer was received, then the plaintiffs ought not to be bound till after they had received the notification that the defendants had received their answer and assented to it. And so it might go on ad infinitum. The defendants must be considered in law as making, during every instant of the time their letter was travelling, the same identical offer to the plaintiffs; and then the contract is completed by the acceptance of it by the latter. Then as to the delay in notifying the acceptance, that arises entirely from the mistake of the defendants, and it therefore must be taken as against them, that the plaintiffs’ answer was received in course of post. Rule discharged."  G. Gorla, La "communis opinio totius orbis" et la réception jurisprudentielle du droit au cours des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles dans la civil law et la common law, dans: New perspectives for a common law of Europe (ed. M. Cappelletti), 1978, p. 67"(...) Il ne paraît pas trop hardi de dire que sous certains aspects la jurisprudentia forensis italienne des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (avec des ressemblances aussi dans d’autres pays du ius commune) est plus common law que la common law elle-même. (...) Quant aux coïncidences ou ressemblances concernant des règles juridiques substantielles, je dois me limiter à un seul exemple: entrer dans ce terrain me paraît trop compliqué et, d’ailleurs, certains résultats doivent encore être vérifiés. L’exemple que je veux donner est celui relatif au moment et au lieu de la formation du contrat entre absents, surtout pour ce qui concerne la détermination de la juridiction compétente. Dans notre jurisprudentia forensis (et ensuite dans celle des autres pays du ius commune) ce moment ou lieu était celui de la déclaration d’acceptation de l’offre correspondant pratiquement à la théorie de l’expédition de la lettre d’acceptation. Au début du XIXe siècle la même règle dominait des deux côtés de la Manche et de l’Océan Atlantique (aux U.S.A.): c’était la communis opinio totius orbis, du monde de la civil law et de celui de la common law. Il s’agit de savoir comment elle s’était formée, et s’il y eut une réception (ouverte ou »cryptique«) en Angleterre, tandis que cela est clair pour les U.S.A. Après les premières décennies du XIXe siècle cette communis opinio entre dans un processus de dissolution. D’où le problème surgit de savoir quelles ont été les »causes« de cette dissolution. (...)"  Chr. Langdell, Summary of the Law of contracts, 2e éd., 1880, pp. 20-21"(...) It has been claimed that the purposes of substantial justice, and the interests of contracting parties as understood by themselves, will be best served by holding that the contract is complete the moment the letter of acceptance is mailed; and cases have been put to show that the contrary view would produce not only unjust but absurd results. The true answer to this argument is, that it is irrelevant; but, assuming it to be relevant, it may be turned against those who use it without losing any of its strength. The only cases of real hardship are where there is a miscarriage of the letter of acceptance, and in those cases a hardship to one of the parties is inevitable. Adopting one view, the hardship consists in making one liable on a contract which he is ignorant of having made; adopting the other view, it consists of depriving one of the benefit of a contract which he supposes he has made. Between these two evils the choice would seem to be clear: the former is positive, the latter merely negative; the former imposes a liability to which no limit can be placed, the latter leaves everything in statu quo. As to making provision for the contingency of the miscarriage of a letter, this is easy for the person who sends it, while it is practically impossible for the person to whom it is sent. (...)"
Entores LD. v. Miles Far East Corporation, Queen’s Bench Division, dans: 2 Q. B., 1955, p. 327 s.La demanderesse située à Londres avait fait parvenir au défendeur situé à Amsterdam une offre de vente concernant des cathodes en cuivre par télex. Celui-ci lui notifia son acceptation de la même façon. Dans le litige qui s'en suivit il fallut déterminer le lieu de la conclusion du contrat afin de pouvoir déterminer le tribunal compétent sur le plan international. En première instance les juges décidèrent que le contrat avait été conclu sur le territoire anglais et qu'il incombait donc à la juridiction anglaise de trancher le conflit et donnèrent suite à l'action de la demanderesse.Le défendeur fut débouté de son recours. La Cour qui avait de nouveau à trancher sur la question de la compétence internationale estima que l'élément décisif pour déterminer le lieu de la formation d'un contrat était le moment exact de sa conclusion. Elle rappella, qu’ en cas de contrats conclus par correspondance (lettres postales), la jurisprudence anglaise admettait régulièrement que la convention devenait parfaite dès que la lettre transmettant l’acceptation avait été postée. Par contre en l’occurence elle refusa de recourir à ces règles établies, relatives la formation de contrats par correspondance. Elle décida que comme dans le cas d'un contrat conclu par téléphone celui-ci devenait parfait dès que le pollicitant avait eu connaissance de l'acceptation et que le contrat avait donc forcément été conclu à Londres. Denning L. J., pp. 331-335"(...) This is an application for leave to serve notice of a writ out of the jurisdiction. The grounds are that the action is brought to recover damages for breach of a contract made within the jurisdiction or by implication to be governed by English law. The plaintiffs are an English company. The defendants are an American corporation with agents all over the world, including a Dutch company in Amsterdam. The plaintiffs say that the contract was made by Telex between the Dutch company in Amsterdam and the English company in London. Communications by Telex are comparatively new. (...) The question for our determination is where was the contract made? When a contract is made by post it is clear law throughout the common law countries that the acceptance is complete as soon as the letter is put into the post box, and that is the place where the contract is made. But there is no clear rule about contracts made by telephone or by Telex. Communications by these means are virtually instantaneous and stand on a different footing. (...) My conclusion is, that the rule about instantaneous communications between the parties is different from the rule about the post. The contract is only complete when the acceptance is received by the offeror: and the contract is made at the place where the acceptance is received. (...) Applying the principles which I have stated, I think that the contract in this case was made in London where the acceptance was received. (...) I think that the decisions of the master and the judge were right, and I would dismiss the appeal. (...)"

5. L’offre et la formation du contrat dans la Convention de Vienne

Art. 14 Convention de Vienne(1) Une proposition de conclure un contrat adressée à une ou plusieurs personnes déterminées constitue une offre si elle est suffisamment précise et si elle indique la volonté de son auteur d‘être lié en cas d’acceptation. Une proposition est suffisamment précise lorsqu’elle désigne les marchandises et, expressément ou implicitement, fixe la quantité ezt le prix ou donne des indications permettant de les déterminer.(2) Une proposition adressée à des personnes indéterminées est considérée seulement comme une invitation à l’offre, à moins que la personne qui a fait la proposition n’ait clairement indiqué le contraire.Art. 15 (1) Une offre prend effet lorsqu’elle parvient au destinataire.(2)Une offre, même si elle est irrévocable, peut être rétractée si la rétractation parvient au destinataire avant ou en même temps que l’offre.Art. 16 (1) Jusqu’à ce qu’un contrat ait été conclu, une offre peut être révoquée si la révocation parvient au destinataire avant que celui-ci ait expédié une acceptation.(2) Cependant, une offre ne peut être révoquée:a) si elle indique, en fixant un délai déterminé pour l’acceptation, ou autrement, qu’elle est irrévocable; ou b) s’il était raisonnable pour le destinataire de considérer l’offre comme irrévocable et s’il a agi en conséquence.Art.17 Une offre, même irrévocable, prend fin lorsque son rejet parvient à l’auteur de l’offre.Art. 18 (1) Une déclaration ou autre comportement du destinataire indiquant qu’il acquiesce à une offre constitue une acceptation. Le silence ou l’inaction à eux seuls ne peuvent valoir acceptation.(2) L’acceptation d’une offre prend effet au moment ou l’indication d‘acquiescement parvient à l’auteur de l’offre. L‘acceptation ne prend pas effet si cette indication ne parvient pas à l’auteur de l’offre dans le délai qu’il a stipulé ou, à défaut d’une telle stipulation, dans un délai raisonnable, compte tenu des circonstances de la transaction et de la rapidité des moyens de communication utilisés par l’auteur de l’offre. Une offre verbale doit être acceptée immédiatement, à moins que les circonstances n’impliquent le contraire.(3) Cependant, si, en vertu de l’offre, des habitudes qui se sont établies entre les parties ou des usages, le destinataire de l’offre peut indiquer qu’il acquiesce en accomplissant un acte se rapportant, par exemple, à l’expédition des marchandises ou au paiement du prix, sans communication à l’auteur de l’offre, l’acceptaion prend effet au moment où cet acte est accompli, pour autant qu’il le soit dans les délais prévus par le paragraphe précédent.Art. 19 (1) Une réponse qui tend à être l’acceptation d’une offre, mais qui contient des additions, des limitations ou autres modifications, est un rejet de l’offre et constitue une contre-offre(2) Cependant, une réponse qui tend à être l’acceptation d’une offre, mais qui contient des élément complémentaires ou différents n’altérant pas substantiellement les termes de l’offre, constitue une acceptation, à moins que l’auteur de l’offre, sans retard injustifié, n’en relève les différences verbalement ou n’adresse un avis à cet effet. S’il ne le fait pas, les termes du contrat sont ceux de l’offre, avec les modifications comprises dans l’acceptation.(3) Des éléments complémentaires ou différents relatifs notamment au prix, au paiement, à la qualité et à la quantité des marchandises, au lieu et au moment de la livraison, à l’étendue de la responsabilité d’une partie à l’égard de l’autre ou au règlement des différends, sont considérés comme altérant substantiellement les termes de l’offre. Art. 21 (1) Une acceptation tardive produit néanmoins effet en tant qu’acceptation si, sans retard, l’auteur de l’offre en informe verbalement le destinataire ou lui adresse un avis à cet effet.(2) Si la lettre ou autre écrit contenant une acceptation tardive révèle qu’elle a été expédiée dans des conditions telles que, si sa transmission avait été régulière, elle serait parvenue à temps à l’auteur de l’offre, l’acceptation tardive produit effet en tant qu’acceptation à moins que, sans retard, l’auteur de l’offre n’informe verbalement le destinataire de l’offre qu’il considère que son offre avait pris fin ou qu’il ne lui adresse un avis à cet effet.Art. 22 L’acceptation peut être rétractée si la rétractation parvient à l’auteur de l’offre avant le moment où l’acceptation aurait pris effet ou à ce moment. Art. 23 Le contrat est conclu au moment où l’acceptation d’une offre prend effet conformément aux dispositions de la présente Convention.Art. 24 Aux fins de la présente partie de la Convention, une offre, une déclaration d’acceptation ou toute autre manifestation d’intention "parvient" à son destinataire lorqu’elle lui est faite verbalement ou est délivrée par tout autre moyen au destinataire lui-même, à son établissement, à son adresse postale ou, s’il n’a pas d’établissement ou d‘adresse postale ou, s’il n’a pas dètablissement ou d’adresse postale, à sa résidence habituelle.Séminaire I/A, B: 24/26 février:

Bonne foi et exercice du droit dans la tradition du civil law

 Tableau: 1. Introduction: Le contexte historique, 2. L’exceptio doli dans le droit allemand comme modèle pour d’autres ordres juridiques continentaux, 3. La jurisprudence allemande sur le § 242 BGB – un modèle pour l’Europe continentale, 4. La bonne foi comme ratio decidendi implicite dans les droits latins. L’omniprésence de la correction judiciaire ex fide bona de la norme écrite, 5. La correction prétorienne des normes légales et le législateur.Bibliographie généraleG. BROGGINI, L’abus de droit et le principe de la bonne foi. Aspects historiques et comparatifs, in: Abus de droit et bonne foi, Fribourg 1994, p. 3 s.; P. MADER, Rechtsmißbrauch und unzulässige Rechtsausübung, Wien 1994; A. MENEZES CORDEIRO, Da boa fé no direito civil, Coimbra 1984 I-II, 2e éd., Coimbra 1997; G. KEGEL, Verwirkung, Vertrag und Vertrauen, dans: Festschrift für Pleyer, 1986, p. 515 s.; en particulier F. RANIERI, Bonne foi et exercice du droit dans la tradition du Civil Law, dans: Rev. int. dr. comp. 1998, p. 1055 s.; P. SCHLECHTRIEM, Good Faith in German Law and International Uniform Law (Blue Book of the Centre for Comparative and Foreign Law Studies in Rome), Roma 1996; M. E. STORME, De invloed van de goede trouw op de kontraktuele schuldvorderingen, Brüssel, 1990, p. 310 s.; La bonne foi. Travaux de L’Association H. Capitant, tome XLIII (1992), Paris 1994; A. WACKE, La "exceptio doli" en el derecho romano clásico y la "Verwirkung" en el derecho alemàn modern, dans: Derecho romano de obligaciones. Homenaje J. L. Murga Gener, Madrid 1994, p. 977 s.

1. Introduction: le contexte historique

F. Ranieri, Dolo petit qui contra pactum petat. Bona fides und stillschweigende Willenserklärung in der Judikatur des 19. Jahrhunderts, dans: Ius Commune IV, Frankfurt a. M. 1972, p. 158 s., en particulier p. 162-163 "(...) Was die Aufhebung oder Abänderung eines Schuldverhältnisses anbelangt, so blieb der Gedanke der exceptio pacti seu doli in dem älteren usus modernus unbestritten. Bei Maranta z. B. lesen wir: »(...) quoties quis est tutus aliqua exceptione, ut pacti de non petendo, vel alia aequitate, et tamen adversarius sciens dictam exceptionem, seu aequitatem illi competere, contra eum agit in iudicio, et deducit ius suum, oritur exceptio doli (...) quia petendo quod poterat tolli exceptione, videtur in dolo versatus (...)«. Genauso läßt sich dieser Standpunkt auch bei allen anderen Autoren dieser Zeit verfolgen. Es sei hier nur auf das Standardwerk von Zanger hingewiesen. »(...) Nudo enim consensu haec obligatio dissolvi nequit, cum nihil tam naturale sit, quam unumquodque eo quo colligatum est modo, dissolvi, (...) Debitor ergo efficaciter obligatus, pacto, jure civili, non liberatur, sed jure praetorio seu honorario per exceptionem pacti seu doli mali (...) Doli mali exceptio ideo in proposito locum habet, quia petit dolo, quicunque id quod exceptione elidi potest, petit, et dolo facere eum, qui contra pactum petit, negari non potest «. (...)"  B. Windscheid, in: Lehrbuch des Pandektenrechts, tome Ier, 8e éd., 1900 Frankfurt a. M., en particulier p. 179, note 7:"(...) Unpraktisch ist ferner der Begriff der sog. exceptio doli generalis oder praesentis (»si in ea re nihil dolo malo Ai Ai fiat«). Diese exceptio doli war für die Römer nichts als ein Mittel, dem Judex die Berücksichtigung einer jeden Einrede möglich zu machen, auch ohne daß sie in der Formel speciell genannt war, denn: »dolo facit, quicunque id quod quaqua exceptione elidi potest petit« (1.2 § 5 D. 44,4). Vgl. aber auch Hänel AcP XII S. 429 f. (1829). (...) In der Praxis ist exceptio doli häufig nichts als der Ausdruck für die Geltendmachung des Prinzips der bona fides von Seiten des Beklagten, was dem römischen Grundgedanken der exceptio ganz entspricht. (...)"  H. Dernburg, dans: Pandekten, tome Ier, Berlin 1896, en particulier p. 327-328 et note 19"(...) Die exceptio doli generalis stützt sich darauf, daß die Klage ein Unrecht bilde. Ursprünglich suchte man ihren Grund in der malhonneten Gesinnung des Klägers, welcher das formelle Recht mißbraucht, um unlautere Vortheile zu gewinnen. Aber bald wurde dies bloße Einkleidung. Die exceptio doli generalis wurde daher ohne Rücksicht auf die Gesinnung des Klägers zulässig, wenn das Klagerecht dem wahren Rechte widerstritt, im gegebenen Falle also nur die Form, nicht das Wesen des Rechtes hatte. (...)Ist die produktive Kraft der exceptio doli generalis erloschen? Kommt sie nur in den Fällen noch zur Anwendung, in welchen sie die Römer bereits kannten? Oder hat sie fortwirkend lebendige Kraft? Darf sie der Richter also auch in solchen Fällen berücksichtigen, welche dem geschriebenen Rechte fremd sind, in welchen aber die Anwendung der Rechtsregel dem Wesen der Sache und den Zwecken des Rechtes zuwiderliefe? Wir halten dies für zulässig und die gerichtliche Praxis stimmt hiermit überein. (...)"  Preußisches Obertribunal (Haute tribunale prussien), 27. 6. 1876, dans: Archiv für Rechtsfälle, Striethorst (éd.), tome 99 (1879), p. 46 s.Selon une clause du bail, celui-ci pouvait être dénoncé sans délai, si le locataire hébergeait des tiers dans l’appartement. Bien que le loueur ait fait comprendre par son comportement antérieur et même par des déclarations verbales, qu’il n’était pas intéressé par l’observance de cette interdiction, il avait néanmoins fait valoir la clause de dissolution. La question était alors de savoir, s’il s’agit d’un comportement abusif, lorsqu’on invoquait sous certaines conditions la nullité de forme d’une convention secondaire. Le demandeur s’était mis en contradiction avec son comportement précédent, ce en quoi on a vu un comportement dolosif, autrement dit, un comportement abusif. F. Ranieri, Dolo petit qui contra pactum petat. Bona fides und stillschweigende Willenserklärung in der Judikatur des 19. Jahrhunderts, dans: Ius Commune IV, Frankfurt a. M. 1972, en particulier p. 178-179:"(...) Die Begründung, mit der die Geltendmachung der Auflösungsklausel als unbegründet abgewiesen wurde, ist beachtenswert: »(...) Zur Annahme eines dolosen Verhaltens des Klägers genügt es (...), wenn er (...) nicht nur das gestattete Halten von Schläfern gekannt und keinen Widerspruch dagegen erhoben, sondern auch selbst dem Miether erklärt hat: er könne soviel Schläfer halten, als er wolle. Denn alsdann hat Verklagter durch das Halten der Schläfer dem Miethsvertrage nicht, wie derselbe voraussetzt, ohne den Willen des Klägers entgegengehandelt; es geschah vielmehr mit seinem Wissen und Willen. (...) so tritt Kläger mit dem, was er selbst geduldet und gewollt hat, und auf Grund dessen der Verklagte gehandelt hat, in Widerspruch, und in der Geltendmachung eines solchen Widerspruchs liegt das dolose Verhalten des Klägers.« In diesem Falle machte eine Schriftformklausel die Abänderung des Vertrages von dem schriftlich gegebenen Einverständnis des Vermieters abhängig. Darüber hinaus ging die communis opinio im gemeinen Recht des 19. Jahrhunderts dahin, daß bei Schriftform mündliche Nebenabreden unwirksam bleiben müßten, da die Form notwendig auf den gesamten Inhalt des Vertrages bezogen werden müsse und danach nichts gültig verabredet werden könne, als was mit in die Schriftform aufgenommen sei. Ähnlich lautete § 127, ALR I 5. Nun hätte diese Auffassung dazu führen müssen, auch für nachträgliche Nebenabreden die Wiederholung der Form zu fordern. Allerdings setzte sich die deutsche Judikatur über einen solchen Grundsatz nicht selten hinweg. In dem oben erwähnten Urteil bot die exceptio doli den Ausweg, dem widersprüchlichen Verhalten des Klägers entgegenzutreten: »Die schriftliche Form der Erlaubniß zu dem Halten von Schläfern könnte nur in Betracht kommen, wenn der Verklagte ein Recht in Anspruch nähme, auch für die Zukunft Schläfer zu halten. Hier aber, wo es sich um die Folge eines in der Vergangenheit liegenden Verhaltens des Verklagten handelt, kommt es auf jene Form nicht an, vielmehr enthält es ebenfalls ein doloses Verfahren, wenn Kläger die Bedeutung und Wirkung der von ihm gekannten, geduldeten und selbst gewollten Vergangenheit unter der gedachten schriftlichen Form beseitigen will.« (...)"

2. L’exceptio doli dans le droit allemand comme modèle pour d’autres ordres juridiques continentaux

AG Frankfurt a. M. , 23. 5. 1996, dans: NJW-RR 1996, p. 585 s.Le demandeur, un dentiste, avait attendu deux ans, après des soins dentaires rendus, avant de demander au défendeur le paiement pour le reliquat de son honoraire. Le tribunal de première instance débouta la plainte, puisque l’objection de la déchéance d’un droit s’opposerait à la réclamation du demandeur. "(...) Dem Kläger steht gegen die Beklagte ein Anspruch auf restliches Honorar aus zahnärztlicher Behandlung (...) nicht zu. Der Geltendmachung dieser Forderung steht nämlich der Einwand der Verwirkung entgegen (§ 242 BGB). Zwar ist der Anspruch auf restliches Honorar nicht verjährt; dem Kläger ist dahingehend zu folgen, daß der Zahnarzt den Beginn der Verjährung seines Honoraranspruchs selbst bestimmt, weil der Beginn der Verjährungsfrist die Erteilung der Honorarrechnung voraussetzt. (...) Weil dabei die Grundsätze von Treu und Glauben zu beachten sind, steht es aber keineswegs völlig im Belieben des Arztes, wann er die Rechnung erteilt. Er muß seine Abrechnung vielmehr innerhalb angemessener Frist erstellen und dem Patienten mitteilen, will er sich nicht den Einwand der Verwirkung entgegenhalten lassen. (...) Die (...) Nachforderung wurde (...) weit über zwei Jahre nach Abschluß der Behandlung (geltend gemacht). Damit sind sowohl Zeit- als auch Umstandsmoment, welche Voraussetzungen für eine Verwirkung sind, erfüllt. Die Beklagte mußte nach Behandlungsabschluß und der Abrechnung (...) nicht mehr damit rechnen, nach weit über zwei Jahren noch mit einer Nachforderung konfrontiert zu werden; sie durfte sich darauf einstellen, daß nach so langem Zeitablauf die erbrachten Leistungen abschließend abgerechnet waren (Vertrauenstatbestand). (...). Wenn (der Kläger) aber untätig blieb, obwohl er von seinem Anspruch auf Bezahlung (...) hätte Kenntnis haben müssen, muß er sich eben den Einwand der Verwirkung entgegenhalten lassen. (...)"  RG, 22. 9. 1924, dans: JW 1924, p. 1968La demanderesse avait droit à des dommages-intérêts du défendeur pour une atteinte à sa santé, mais elle ne les avait d’abord pas réclamés, pour ne pas mettre en danger sa relation amoureuse avec le défendeur. Ce n’est qu’après la fin de cette liaison qu’elle intenta une action en justice. Le défendeur invoqua la prescription intervenue entre temps. Mais le tribunal décida que le défendeur ne pouvait pas invoquer la prescription, puisque la relation amoureuse avait retenu la demanderesse d’intenter une action en justice dans le délai de prescription. "(...) Das Berufungsgericht geht davon aus, daß die Klägerin im Jahre 1911 die Gewißheit erlangt hatte, ihre Erkrankung sei auf eine Ansteckung durch den Beklagten zurückzuführen. Rechtlich einwandfrei sind auch die Ausführungen des Berufungsgerichts, mit denen es eine Unterbrechung der Verjährung durch Anerkenntnis verneint. Wenn die Revision darauf hinweist, daß für die Zeit vom 24. November 1912 bis 3. Januar 1916 ein Anerkenntnis aus dem gesamten Verhalten des Beklagten insbesondere auch seiner tatsächlichen Fürsorge zu entnehmen sei, und daß letztere allein auch schon die Verjährung unterbrochen habe, so wird dabei übersehen, daß gerade für diese Zeit eine Unterstützung der Klägerin durch den Beklagten nicht festgestellt ist. In der Fürsorge für die Klägerin könnte eine Anerkennung des von der Klägerin erhobenen Schadensersatzanspruchs auch nur dann gefunden werden, wenn die Leistungen des Beklagten zur Erfüllung seiner Schadensersatzpflicht erfolgten. Dagegen erweist sich die Revision aus einem anderen Grunde als begründet. Den letzten Revisionsangriffen liegt der Gedanke zugrunde, daß es der Klägerin nicht zum Nachteil gereichen dürfe, wenn sie durch das Verhalten des Beklagten von einer früheren Klageerhebung abgehalten wurde. Das ist als zutreffend anzuerkennen. Der Beklagte handelt arglistig, wenn er sich auf eine Verjährung beruft, die durch sein eigenes früheres Verhalten herbeigeführt worden ist. (...) Unter diesem Gesichtspunkt hat das Berufungsgericht das Verhalten des Beklagte, sein Liebesverhältnis zur Klägerin, seine Fürsorge für sie und seine Versprechungen für die Zukunft nicht gewürdigt. Das Liebesverhältnis konnte für die Klägerin eine seelische Hemmung bilden, gerade diese Schadensersatzklage zu erheben und solange der Beklagte ihr beistand und für sie sorgte, mochte auch für sie kein Bedürfnis hierzu bestehen. Für die Zeit aber, in der die Unterstützungen des Beklagten ausblieben, konnte die Fortsetzung des Liebesverhältnisses der Klägerin die Zuversicht geben, daß der Beklagte seine Versprechungen halten und seine Unterstützungen wieder aufnehmen werde, sobald ihm seine Mittel dies gestatten würden. Die sog. Replik der Arglist steht der Klägerin hiernach aber auch nur insoweit zu, als sie von der Verfolgung jedes einzelnen der von ihr erhobenen Ansprüche durch das Verhalten des Beklagten abgehalten wurde. Die Verjährung hat zwar gleichzeitig die gesamten Ansprüche der Klägerin ergriffen. Die Replik der Arglist richtet sich aber auch nicht gegen die Vollendung der Verjährung. Sie setzt vielmehr diese voraus. Sie wendet sich gegen die Erhebung der Verjährungseinrede, und ist hier nur insoweit begründet, als den Beklagten der Vorwurf der Arglist trifft. (...)"  § 204 phrase 1ère Code civil allemandDie Verjährung von Ansprüchen zwischen Ehegatten ist gehemmt, solange die Ehe besteht. La prescription des droits d’agir en justice entre époux est suspendue aussi langtemps que dure le mariage.  A. von Tuhr, dans: JW 1924, p. 1967"(...) Die mit der Verjährung, infolge ihrer festen und willkürlichen Fristen unvermeidlich verbundenen Härten können auf zwei Wegen gemildert werden: durch abstrakte Vorschriften (...) oder dadurch, daß man dem Schuldner im einzelnen Falle die Geltendmachung der Verjährung aus besonderem Grunde versagt. Letzteren Weg (Replik gegen die Einrede der Verjährung) hat das RG erst zögernd dann weitergehend beschritten. Der Vorgang erinnert an die Entwicklung der römischen exceptio doli. Anfänglich (...) wurde die Replik gewährt, wenn der Schuldner arglistigerweise den Ablauf der Verjährung herbeiführt, später (...) auch dann, wenn der Schuldner, wenn auch ohne Arglist, durch sein Verhalten den Gläubiger von einer früheren Klagerhebung abgehalten hat. Diese Praxis wird in der vorliegenden Entscheidung bestätigt in Anwendung auf ein Liebesverhältnis, welches die Klägerin veranlaßt hat, ihren Schadensersatzanspruch nicht zu erheben. Im Resultat wird der Klägerin ebenso geholfen, wie wenn die Verjährung ihres Anspruchs nach § 204 BGB durch Ehe gehemmt wäre. (...)" § 202 al. 1er Code civil allemand(1) Die Verjährung ist gehemmt, solange die Leistung gestundet oder der Verpflichtete aus einem anderen Grunde vorübergehend zur Verweigerung der Leistung berechtigt ist.(1) La prescription est suspendue aussi longtemps que la prestation est différée ou que l’obligé a le droit, pour toute autre cause, de refuser provisoirement la prestation.§ 203 Code civil allemand(1) Die Verjährung ist gehemmt, solange der Berechtigte durch Stillstand der Rechtspflege innerhalb der letzten sechs Monate der Verjährungsfrist an der Rechtsverfolgung verhindert ist. (2) Das gleiche gilt, wenn eine solche Verhinderung in anderer Weise durch höhere Gewalt herbeigeführt wird.(1) La prescription est suspendue aussi longtemps que l’ayant-droit est empêché dans la poursuite de ses droits du fait de l’arrêt du cours de la justice durant les six derniers mois du délai de prescription.(2) Il en est de même lorsque semblable empêchement se produit d’une autre manière par suite de force majeure.§ 205 Code civil allemandDer Zeitraum, während dessen die Verjährung gehemmt ist, wird in die Verjährungsfrist nicht eingerechnet.Le laps de temps durant lequel la prescription est suspendue n’est pas inclue dans le délai de la prescription.RG, 21. 5. 1927, dans: RGZ 117, p. 121 s. ("Edelmannfall")Le défendeur avait promis au demandeur en échange de services rendus le transfert d’un bien foncier. Lorsque le demandeur avait réclama du défendeur l’accord de transfert de la propriété, celui-ci lui répondit, qu’il était un noble et que sa parole d’honneur (« Edelmannswort ») était aussi valable qu’un contrat et que la certification sous forme notariée ne serait qu’une formalité. Néanmoins, le défendeur avait invoqué plus tard, que le contrat n’avait pas été conclu dans la forme prescrite par § 313 BGB (constaté authentiquement sous forme notariée). Mais il n’y avait eu ni erreur concernant la nécessité juridique de la forme, ni intention dolosive du défendeur, puisque les contractants connaissaient tous deux la nécessité d’un contrat sous forme notariée. Par ces motifs le tribunal rejeta la demande. "(...) Die Revision wendet (...) ein, daß der Kläger durch die behaupteten Zusicherungen nicht in einen Irrtum über die Notwendigkeit der Beurkundung versetzt worden sei, daß vielmehr beide Teile von dieser Notwendigkeit ausgegangen seien, und hält danach den Einwand der Arglist für unbegründet. (...) Im Hinblick auf das gesetzliche Formerfordernis des § 313 Satz 1 BGB kann weder der Einwand eines gegenwärtigen Verstoßes gegen Treu und Glauben (...) als begründet, noch sonst ein Verstoß gegen die guten Sitten als dargetan anerkannt werden. Für den erstgedachten Einwand ist (...) zu erfordern, daß auf der Seite desjenigen, der der Geltendmachung der Formnichtigkeit entgegentritt, ein Irrtum über die rechtliche Notwendigkeit der Form vorgelegen hat und daß dieser Irrtum vom Geschäftsgegner schuldhaft mindestens fahrlässig (§ 276 BGB) verursacht ist. Keine der beiden Voraussetzungen ist dem festgestellten Sachverhalt zu entnehmen. Aus dem Klagvortrag selbst erhellt vielmehr, daß beide Teile die Notwendigkeit der Form gekannt haben. (...) Das Erfordernis der gesetzlichen Form kann nicht durch eine von den Beteiligten gewählte sonstige Feierlichkeit des Ausdrucks ersetzt werden. (...) Die Klage ist abzuweisen. (...)" § 826 Code civil allemandWer in einer gegen die guten Sitten verstoßenden Weise einem anderen vorsätzlich Schaden zufügt, ist dem anderen zum Ersatz des Schadens verpflichtet.Celui qui, agissant intentionnellement et d’une manière portant atteinte aux bonnes mœurs, cause un préjudice à autrui, est obligé envers celui-ci à la réparation du dommage.§ 242 Code civil allemandDer Schuldner ist verpflichtet, die Leistung so zu bewirken, wie Treu und Glauben mit Rücksicht auf die Verkehrssitte es erfordern.Le débiteur est tenu de fournir la prestation comme l’exige la bonne foi eu égard aux usages admis en affaires.

3. La jurisprudence allemande sur le § 242 BGB – un modèle pour l’Europe continentale

Art. 2 Code civil suisse(1) Chacun est tenu d’exercer ses droits et d’exécuter ses obligations selon les règles de la bonne foi.(2) L’abus manifeste d’un droit n’est pas protégé par la loi. Trib. féd., 17. 6. 1982, dans: BGE 108 (1982) II p. 278 s.La demanderesse avait réclamé le transfert de propriété de quelques biens fonciers à une fondation, ce qui avait d’abord été fait. Mais lorsque l’enregistrement s’était avéré vicieux, il fut radié. A la suite de quoi la défenderesse refusa le transfert de propriété en invoquant la prescription. Le tribunal fédéral décida que la défenderesse ne pouvait pas invoquer la prescription, car elle agirait abusivement. Par l’enregistrement – même vicieux - dans le livre foncier, elle avait montré sa volonté de transférer la propriété et avait obtenu ainsi que la demanderesse n’intente point d’action en justice durant le délai de prescription. La fondation avait pu disposer des fonds pendant des années dans une position semblable à celle d’un propriétaire sans que la défenderesse agisse. Pour cette raison, le tribunal jugea abusif le comportement de la défenderesse. "(...) Le débiteur commet un abus de droit en se prévalant de la prescription, non seulement lorsqu’il amène astucieusement le créancier à ne pas agir en temps utile, mais aussi lorsque, sans dol, il a un comportement qui incite le créancier à renoncer à entreprendre des démarches juridiques pendant le délai de prescription et que, selon une appréciation raisonnable, fondée sur des critères objectifs, ce retard apparaît compréhensible (...). Tel est le cas en l’occurrence. Dès qu’elle a acquis le legs et qu’ainsi la charge a sorti ses effets (art. 482 al. 1 CC), la défenderesse n’a cessé de déclarer qu’elle entendait affecter les immeubles litigieux à la fondation demanderesse, à titre définitif, sans avoir jamais la possibilité de distraire tout ou une partie de ces immeubles du but visé par la testatrice, et que la fondation aurait sur ces biens le droit de jouissance le plus étendu. Elle a même fait inscrire la fondation au registre foncier, conjointement avec elle, comme propriétaire: certes, telle qu’elle a été opérée, cette inscription n’avait pas de portée juridique, mais elle manifestait chez la défenderesse la volonté de mettre les immeubles à l’entière disposition de la fondation. La commune est allée jusqu’à s’obliger à consentir à une aliénation partielle qui serait conforme aux intérêts et au but de la fondation. Du fait de cette attitude, la fondation a toujours vu reconnaître son droit à user des immeubles comme un propriétaire, dans les limites qui lui sont assignées par son but. Elle n’avait dès lors aucune raison d’exiger le transfert des immeubles. C’est seulement lorsque, après la radiation de la fondation au registre foncier, le Conseil communal a, par décision du 5 février 1980, refusé le transfert que la commune a clairement indiqué qu’elle n’entendait pas exécuter pleinement la charge dont est grevé le legs, en recourant à une institution reconnue par le droit et correspondant à la volonté de la testatrice. (...)"  OGH, 29. 4. 1965, dans: JBl 1967, p. 144 s.Le demandeur avait été grièvement blessé lors d’un accident de voiture, qui avait été causé par la faute du défendeur. Contre l’objection de la prescription des dommages-intérêts du défendeur, le demandeur avait soulevé l’exception de la manœuvre frauduleuse au motif qu’il y avait eu de longues négociations avec l’assureur de responsabilité civile du défendeur et que celui-ci lui avait demandé d’attendre l’expiration du délai de prescription avant d’intenter une action en justice. "(...) Es entspricht der ständigen Rechtsprechung, daß Vergleichsverhandlungen eine die Verjährung hemmende Wirkung ausüben und den im Gesetz ausdrücklich genannten Hemmungsgründen gleichzusetzen sind. Wenn Parteien über die ihnen beiden bekannten Verjährungszeiten hinaus Vergleichsverhandlungen führen, dann kann dies, wenn das Gegenteil nicht klar zum Ausdruck gebracht wird, nur bedeuten, daß der Verpflichtete von seinem Recht, in einem zukünftigen Prozeß Verjährung einzuwenden, keinen Gebrauch machen wolle. Der Forderungsberechtigte darf in diesem Fall nach Treu und Glauben und nach der Übung im redlichen Verkehr darauf vertrauen, daß im Falle des Scheiterns der Vergleichsverhandlungen seine Ansprüche in einem späteren Prozeß nur mit sachlichen Einwendungen bekämpft werden. Die Grundsätze von Treu und Glauben und von dem Vertrauen auf die Übung im redlichen Verkehr sind als sittliche Grundsätze so allgemein anerkannt (§§ 863, 914 ABGB), daß es zur Anwendung dieser Grundsätze keiner besonderen Gesetzesbestimmungen in jedem einzelnen Fall bedarf. (...)"  § 7 Code civil général autrichienLäßt sich ein Rechtsfall weder aus den Worten, noch aus dem natürlichen Sinne eines Gesetzes entscheiden, so muß auf ähnliche, in den Gesetzen bestimmt entschiedene Fälle, und auf die Gründe anderer damit verwandten Gesetze Rücksicht genommen werden. Bleibt der Rechtsfall noch zweifelhaft, so muß solcher mit Hinsicht auf die sorgfältig gesammelten und reiflich erwogenen Umstände nach den natürlichen Rechtsgrundsätzen entschieden werden.Si un cas litigieux ne peut se résoudre ni d’après le texte, ni d’après le sens naturel d’une loi, on doit s’attacher aux cas semblables résolus par les lois et aux motifs d’autres lois analogues. Si le cas litigieux demeure encore douteux, on doit statuer d’après les principes fondamentaux du droit naturel, en tenant compte des faits soigneusement rassemblés et minutieusement examinés.  F. Bydlinski, Vergleichsverhandlungen und Verjährung, dans: JBl 1967, p. 130-135"(...) Von einer ständigen Rechtsprechung kann also, was die veröffentlichten Entscheidungen anlangt, keineswegs die Rede sein. Auch die Begründung des zuletzt zitierten übereinstimmenden Präjudikats erschöpft sich in der Berufung auf deutsche Literatur und in Hinweisen auf Treu und Glauben und das Verbot unzulässiger Rechtsausübung. Das sind Erwägungen, die direkt auf § 242 BGB gestützt zu werden pflegen, der im österr. Recht bekanntlich kein Gegenstück hat. Die vorliegende Entscheidung versucht allerdings erfreulicherweise, ihr Ergebnis in das österr. Privatrecht zu integrieren, und zwar durch Hinweise auf die §§ 863 und 914 ABGB, in denen die Grundsätze von Treu und Glauben und vom Vertrauen auf die Übung des redlichen Verkehrs als sittliche Grundsätze so allgemein anerkannt seien, daß es zur Anwendung dieser Grundsätze keiner besonderen Gesetzesbestimmung (...) bedürfe. Vergleichsverhandlungen über die den Parteien bekannte Verjährungszeit hinaus könnten nur bedeuten, daß der Verpflichtete von seinem Recht, in einem zukünftigen Prozeß Verjährung einzuwenden, keinen Gebrauch machen wolle. (...) Die hier vorgelegte neue Variante des Versuches, wichtige und gravierende Rechtsfragen als schon durch angebliche Parteiwillenserklärungen nach §§ 863 und 914 ABGB gelöst zu erklären, führt hier ganz gewiß nicht zum Ziel, ohne daß man auf die Problematik dieses Verfahrens im allgemeinen einzugehen braucht. Denn es ist doch eines klar: Eine konkludente Zusage des Verpflichteten, Verjährung nicht einwenden zu wollen, wie sie hier offenbar unterstellt wird, kann unmöglich stärker sein als eine ausdrückliche Erklärung in dieser Richtung. Selbst eine ausdrückliche Vereinbarung der erwähnten Art, die die Verjährungszeit verlängert, wäre aber nun nach der wirklich unzweifelhaften Norm des § 1502 ABGB unwirksam, wenn sie - wie hier - »im voraus«, also vor Eintritt der Verjährung getroffen wird. Da das Gesetz also selbst das Vertrauen des Gläubigers auf eine ausdrückliche Erklärung des Schuldners nicht schützt, kann davon keine Rede sein, daß ein durch bloß konkludentes Verhalten hervorgerufenes Vertrauen eine stärkere Wirkung hat. (...) Im Verkehr darf es, soweit als irgend tunlich, keinen Anreiz zur arglistigen Täuschung geben. (...) Die Anwendung der zitierten allgemeinen Sätze auf das vorliegende Problem ergibt also in der Tat, daß die Verjährung als durch die Vergleichsverhandlungen (...) gehemmt beurteilt werden muß. (...)"  § 863 Code civil général autrichien(1) Man kann seinen Willen nicht nur ausdrücklich durch Worte und allgemein angenommene Zeichen, sondern auch stillschweigend durch solche Handlungen erklären, welche mit Überlegung aller Umstände keinen vernünftigen Grund, daran zu zweifeln, übrig lassen.(2) In bezug auf die Bedeutung und Wirkung von Handlungen und Unterlassungen ist auf die im redlichen Verkehr geltenden Gewohnheiten und Gebräuche Rücksicht zu nehmen.(1) On peut faire connaître sa volonté, non seulement de façon expresse par des paroles et des signes communément admis, mais aussi, de façon tacite, par des actes tels qu’eu égard à toutes les circonstances, ils ne laissent aucun motif raisonnable de doute.(2) Pour la signification et l’effet des actes et abstentions, on s’en tient aux habitudes et usages normaux dans les relations de bonne foi.§ 914 Code civil général autrichien (texte de 1811)Die im ersten Theile (...) in Hinsicht auf die Auslegung der Gesetze angeführten allgemeinen Regeln gelten auch für Verträge. Insbesondere soll ein zweifelhafter Vertrag so erklärt werden, daß er keinen Widerspruch enthalte, und von Wirkung sei.Les règles générales contenues dans la première partie du Code (...) sur l’interpretation des lois sont aussi applicables aux contrats. Un contrat douteux doit notamment être expliqué de manière à ce qu’il ne contienne pas de contradictions et qu’il puisse produire son effet.§ 914 Code civil général autrichienBei Auslegung von Verträgen ist nicht an dem buchstäblichen Sinne des Ausdrucks zu haften, sondern die Absicht der Parteien zu erforschen und der Vertrag so zu verstehen, wie es der Übung des redlichen Verkehrs entspricht.Dans l’interprétation des contrats, il ne faut pas s’en tenir au sens littéral des expressions, mais il faut rechercher l’intention des parties et le contrat doit se comprendre comme c’est l’usage dans le commerce de bonne foi.§ 157 Code civil allemandVerträge sind so auszulegen, wie Treu und Glauben mit Rücksicht auf die Verkehrssitte es erfordern.Les contrats doivent être interprétés comme l’exige la bonne foi, eu égard aux usages admis en affaires.  § 1502 Code civil général autrichienDer Verjährung kann weder im voraus entsagt, noch kann eine längere Verjährung als durch die Gesetze bestimmt (ist) bedungen werden.La prescription ne peut faire l’objet ni d’une renonciation anticipée, ni d’un délai plus long que celui qui est fixé par la loi.§ 225 Code civil allemandDie Verjährung kann durch Rechtsgeschäft weder ausgeschlossen noch erschwert werden. (...)Aucun acte juridique ne saurait, ni exclure, ni aggraver la prescription. (...)  OGH, 7. 10. 1974, dans: SZ Vol. 47, no. 104Le demandeur avait subi une fracture de l’avant-bras, causé par la négligence du défendeur. L’assurance du défendeur et le demandeur s’étaient mis d’accord, qu’avec le paiement d’un pretium doloris, tous les dommages à venir – sauf les dommages causés par une éventuelle opération future – seraient également réglés. A la suite de l’accident, mais après le délai de prescription, le demandeur avait en effet du être opéré et avait réclamé de l’assurance le paiement des frais pour les soins médicaux. Celle-ci invoqua l’objection de la prescription. OGH, 7. 10. 1974, dans: SZ vol. 47, no. 104"(...) Die Verjährungsbestimmungen haben den Zweck, den Gläubiger zu zwingen, seinen Anspruch noch zu einer Zeit geltend zu machen, in der regelmäßig die Prüfung seiner Voraussetzungen noch ohne übermäßigen Aufwand möglich ist (...). Wäre es zulässig, auf die Verjährung im voraus zu verzichten, so würde dieser Verzicht alsbald zur herkömmlichen, gedankenlos gebilligten Urkundenklausel werden. (...) Das Gesetz will daher auch das Vertrauen des Gläubigers auf eine ausdrückliche Erklärung des Schuldners nicht schützen. Die oft harten Konsequenzen des § 1502 ABGB müssen (...) dort ihre Grenzen finden, wo sie mit den tragenden und damit bei der Anwendung der gesetzlichen Bestimmungen immer zu berücksichtigenden Grundsätzen des bürgerlichen Rechtes in Widerspruch geraten. (...) Verhält sich der Schuldner so, daß der Gläubiger mit Recht annehmen darf, der Schuldner werde sich im Falle einer Klageführung nach Ablauf der Verjährungsfrist auf sachliche Einwendungen beschränken und die Einrede der Verjährung nicht erheben, dann kann der Gläubiger der vom Schuldner dann doch erhobenen Verjährungseinrede die Replik der Arglist, des Handelns wider Treu und Glauben entgegensetzen. Ein Verzicht auf die Verjährungseinrede, der den Kläger zwecks Ersparung der Kosten eines der Verjährung vorbeugenden Feststellungsprozesses von der Klage abhalten sollte, ist geeignet, die Replik der Arglist gegenüber der Verjährungseinrede zu begründen. (...)"  OGH, 9. 3. 1989, dans: JBl 1989, p. 649 s.Le demandeur avait payé, croyant être le père de l’enfant, des aliments pour le fils de sa femme. Après avoir pris connaissance de la paternité véritable, il avait attendu trois ans, avant de faire valoir des droits de recours et de réclamer un dédommagement pour le paiement de la pension alimentaire au vrai père. Le père de l’enfant invoqua qu’entre temps le demandeur avait perdu ses droits de recours. Mais cette objection lui fut refusée. "(...) Bei der Annahme eines stillschweigenden Verzichts ist (...) besondere Vorsicht geboten (...). Es ist hierbei ein besonders strenger Maßstab anzulegen. (...) Ein Anspruchsverlust durch stillschweigenden Verzicht wird nur dann gegeben sein, wenn durch die Untätigkeit beim Verpflichteten gem. § 863 ABGB der Eindruck entstehen mußte, der Berechtigte werde sein Recht nicht mehr geltend machen. (...) . Bei der Beurteilung dieser Frage wird es immer auf die Umstände des Einzelfalles ankommen. Keinesfalls kann generell gesagt werden, daß ein bestimmter Zeitraum die Annahme stillschweigenden Verzichtes auf Geltendmachung eines Rechts grundsätzlich rechtfertigen würde. (...)"  Art. 2, livre 6, Nouveau code civil néerlandais(1) Schuldeiser en schuldenaar zijn verplicht zich jegens elkaar te gedragen overeenkomstig de eisen van redelijkheid en billijkheid.(2) Een tussen hen krachtens wet, gewoonte of rechtshandeling geldende regel is niet van toepassing, voor zover dit in de gegeven omstandigheden naar maatstaven van redelijkheid en billijkheid onaanvaardbaar zou zijn.(1) Le créancier et le débiteur sont tenus de se comporter l’un envers l’autre suivant les exigences de la raison et de l’équité.(2) La règle à laquelle leur rapport est soumis en vertu de la loi, de l’usage ou d’un acte juridique ne s’applique pas dans la mesure où, en la circonstance, cela serait inacceptable d’après des critères de la raison et de l’équité.Art. 334 Code civil portugaisÉ ilegítimo o exercício de um direito, quando o titular exceda manifestamente os limites impostos pela boa fé, pelos bons costumes ou pelo fim social ou exonómico desse direito. Art. 1375 Code civil italienIl contratto deve essere eseguito secondo buona fede. Art. 1.106 Les principes du droit européen du contrat (élaborés par la Commission pour le droit européen du contrat, sous la présidence du professeur Ole Lando)Dans l’exercice de ses droits et l’exécution de ses obligations, chaque partie est tenue d’agir conformément aux exigences de la bonne foi.Les parties ne peuvent exclure ce devoir ni le limiter.In exercising his rights and performing his duties each party must act in accordance with good faith and fair dealing.The parties may not exclude or limit this duty.  Les principes du droit européen du contrat. L’exécution, l’inexécution et ses suites , Paris 1997, p. 51 s."(...) Dans un contrat passé entre A et B, il est prévu que si A veut engager la responsabilité de B pour inexécution de ses obligations, il doit le faire dans les deux ans suivant l’exécution. Quelque temps avant l’expiration de ce délai, A découvre un vice sérieux dans l’exécution du contrat et il notifie à B qu’il a l’intention de demander réparation. B utilise des moyens dilatoires pour faire patienter A. À plusieurs reprises, il assure A qu’il n’a aucune raison de s’inquiéter. Il s’engage à considérer la question et il précise qu’il doit mener une enquête sérieuse. Quand après l’expiration du délai de deux ans, A perd patience et assigne B, celui-ci invoque l’expiration du délai. Il ne lui est pas possible de se prévaloir de cette expiration parce qu’il n’a pas agi de bonne foi. (...)" Art. 1. 7 UNIDROIT PrinciplesEach party must act in accordance with good faith and fair dealing in international trade.The parties may not exclude or limit this duty.

4. La bonne foi comme ratio decidendi implicite dans les droits latins. L’omniprésence de la correction judiciaire ex fide bona de la norme écrite

Art. 1134 Code civil(1) Les conventions légalemant formées tiennent lieu de loi à ceux que les ont fait.(2) Elles ne peuvent être révoquées que de leur consentement mutuel, ou pour les causes que la loi autorise. (3) Elles doivent être exécutées de bonne foi.  J. Carbonnier, dans: Droit civil, IV, 20e éd. Paris 1996, p. 213 s."(...) La notion de bonne foi, dans l’a. 1134, al. 3, aurait pu être de grande conséquence. A la notion correspondante du BGB. (§ 242: Treu und Glauben), la jurisprudence allemande a reconnu un rôle important. En France, il est plus rare que les tribunaux fassent appel à cette notion, au point qu’on a pu la considérer comme inutile (v. la critique très serrée de R. Vouin, La bonne foi, notion et rôle actuels en droit privé français, Th. Bordeaux, 1939, p. 53 s.). Beaucoup d’auteurs, cependant, continuent d’être attirés par un texte qui n’est pas sans résonance morale. Il semble qu’à la bonne foi contractuelle puissent être rattachés des devoirs plus ou moins actifs. D’abord, un devoir d’honnêteté entre contractants: au minimum s’abstenir de dol (telle fut l’origine romaine), mais, au-delà de l’exécution des obligations qui forment le contenu du contrat, une conduite globale (chez le créancier aussi bien que chez le débiteur) à apprécier selon la morale. Puis, plus activement, c’est un devoir de coopération qui sera exigé. (...)"  Cass. civ. 1ère, 10. 5. 1961, dans: Dalloz 1961, p. 456Le défendeur avait incorporé dans le mur non-mitoyen de son garage, séparant son fonds de celui du demandeur, des jours consistant en verres dormants. Le demandeur avait attendu dix ans avant de protester. Par ces faits la Cour de Cassation décida qu’il n’avait du être que fort peu incommodé par ces jours et vit dans son inaction une déclaration de renonciation. Par ces motifs la demande fut rejetée. "(...) - Sur le moyen unique, pris en ses deux branches : - Attendu qu’il est fait grief à l’arrêt attaqué (Toulouse, 19 mars 1957), confirmatif de ce chef, d’avoir considéré comme conformes aux prescriptions de l’art. 676 c. civ. des jours pratiqués par les consorts Rolland dans l’exhaussement, non mitoyen, du mur séparant leur fonds de celui dont Cuq est propriétaire, bien que ces ouvertures ne fussent pas pourvues de fer maillé et en retenant notamment que Cuq était resté dix ans sans protester contre cet état de choses; - Mais attendu que la cour d’appel relève qu’il s’agit non de vues droites, mais de jours établis à une hauteur de 3, 15 m du sol d’un garage et consistant en verres dormants (verre cathédrale translucide, mais non transparent), avec châssis métalliques, »toutes constatations permettant d’y voir des ouvertures installées d’après des procédés modernes de construction et répondant suffisamment aux voeux du législateur«; - Attendu que dans ces circonstances, les juges du fond, à qui il appartenait de définir les caractères juridiques des vitrages litigieux, n’ont fait qu’user de leur pouvoir souverain d’appréciation en considérant que ces ouvertures échappaient aux dispositions de l’art. 676 c. civ.; - Attendu, en outre, qu’en énonçant »qu’au surplus (Cuq) est... demeuré dix ans sans protester«, la cour d’appel, loin de décider que les consorts Rolland avaient pu acquérir par la prescription décennale le droit au maintien des jours litigieux, a seulement entendu marquer que le réclamant n’avait dû être que fort peu incommodé par la situation qu’il incrimine aujourd’hui; d’où il suit que le moyen ne saurait être accueilli et que l’arrêt attaqué, motivé, est légalement justifié; Par ces motifs, rejette. (...)"  Carbonnier, Droit civil, IV, 20e éd. Paris 1996, p. 580"(...) On concevrait une réciproque de la maxime, et que la prescription dût courir plus vite contre celui qui a de plus grandes possibilités d’agir. Mais, si disposée qu’elle soit à s’affranchir du légalisme de 1804, la Cour de Cassation n’admet pas qu’un créancier puisse être déclaré forclos, pour des raisons d’équité, avant l’expiration du délai légal, ce qui reviendrait à lui appliquer une sorte de prescription de fait : Civ. 12 déc. 1933, S. 34, 1, 72; Com. 18 janv. 1984, R. T., 85, 161 (v. cep. Civ. 10 mai 1961, D. 61, 456). Selon le droit allemand, ceux qui se sont abstenus pendant longtemps d’exercer leurs droits, et ont ainsi fait naître la conviction qu’ils ne les exerceraient plus, peuvent, s’ils s’avisent de réclamer, se voir opposer une déchéance, quoique la prescription ne soit pas encore légalement accomplie, parce que leur attitude contradictoire blesse la bonne foi. (...)"  App. Milano, 18. 1. 1952, dans: Giur. it. 1952, I 1, 2, colonne 470 s.Le demandeur avait attendu 4 ans après la conclusion du contrat, avant d’intenter une action en justice contre le défendeur – l’autre partie contractante. Mais entre-temps la dévalorisation monétaire avait beaucoup progressée et l’exécution du contrat à ce moment tardif aurait représenté un avantage non justifié en faveur du demandeur. Pour cette raison le demandeur avait du se faire objecter son comportement déloyal et un droit à l’exécution du contrat a en effet été dénié. A la place de celui-ci le demandeur avait droit a des dommages-intérêts, en raison de l’inexécution du contrat. "(...) Agisce con dolo il compratore che, non avendo interesse economico all’esecuzione del contratto quando si è verificato l’inadempimento, lascia trascorrere quattro anni e svilire la moneta, prima di agire giudizialmente contro il venditore; egli non ha, quindi, diritto all’esecuzione del contratto, ma al solo risarcimento dei danni al momento dell’inadempimento. (...)"  App. Milano, 31. 5.1963, dans: Riv. giur. del lavoro 1963, II, p. 267 s.L’employeur avait attendu un certain temps avant d’intenter une action en justice contre son ancien employé, contre lequel il avait fait valoir des dommages-intérêts pour un dommage causé par celui-ci. L’employé avait déjà été licencié entre-temps et avait pu considérer, à cause du temps écoulé avant que l’employeur ne fasse valoir ses droits, que celui-ci avait renoncé à ses droits.  F. Ranieri, Verwirkung und rénonciation tacite, dans: Melanges Daniel Bastian, Paris 1974, p. 427 s., en particulier p. 441"(...) Dans un autre cas, un ouvrier avait été licencié, parce que, au cours de son travail, il avait commis une faute lourde entraînant de gros dommages. Lors de la résolution du contrat de travail et du règlement des obligations respectives, l’employeur ne lui avait pas tout de suite réclamé les dommages-intérêts. A une date ultérieure il introduisit une action en payement de cette dette. Le tribunal décida que le fait qu’il n’ait pas réclamé les dommages-intérêts au moment de la résolution du contrat de travail, constituait un comportement incompatible avec la volonté de sauvegarder son droit. L’ouvrier avait pu croire que l’employeur avait renoncé aux dommages-intérêts et que, par conséquent, il n’était plus obligé. L’action fut déboutée pour cause de renonciation tacite. Les cas mentionnés servent de point de départ à des réflexions très intéressantes. Les jugements italiens aussi bien que les jugements français tenaient à ce que la renonciation d’un droit soit une déclaration de volonté. Mais ils appliquaient l’institution de la renonciation tacite à des cas où l’existence d’une volonté de renonciation paraissait pour le moins douteuse. (...)"  F. Benatti, Le dichiarazioni del debitore ceduto nel contratto di factoring, Quadrimestre, 1986, p. 703 s. "(...) una valutazione complessiva dell’atteggiamento dei nostri giudici è impossibile, perché manca per il passato, un’indagine seria sulla giurisprudenza; è probabile, però, che essa raggiunga egualmente lo scopo cui è diretta l’exceptio doli attraverso l’acquiescenza, la tolleranza, la rinuncia tacita, le finzioni ecc. (...)"  F. Ranieri, Verwirkung et renonciation tacite, dans: Melanges Daniel Bastian, Paris 1974, p. 427 s., en particulier p. 440"(...) Comment la pratique italienne et la pratique française essaient-elles de résoudre les problèmes qui sont traités en droit allemand sous le point de vue de la Verwirkung ? Ceci peut être mieux démontré quand on considère quelques cas spécifiques. (...) Les cas mentionnés servent de point de départ à des réflexions très intéressantes. Les jugements italiens aussi bien que les jugements français tenaient à ce que la renonciation d’un droit soit une déclaration de volonté. Mais ils appliquaient l’institution de la renonciation tacite à des cas où l’existence d’une volonté de renonciation paraissait pour le moins douteuse. De prime abord, les décisions semblent s’appuyer encore sur le dogme de la volonté, mais au fond, elles montrent une autre ratio decidendi: Ce qui importe, ce n’est pas la volonté de celui qui renonce, mais une évaluation objective des intérêts respectifs. Plus exactement, l’apparente renonciation tacite est en réalité une concession faite au principe de la protection de la confiance et à l’idée de la responsabilité de l’individu de son comportement. La conception fondamentale est la suivante: Il n’est pas admissible que d’une part le titulaire d’un droit renonce longtemps à l’exercice de ce droit, créant ainsi une situation de confiance, et d’autre part prétendre par la suite qu’il n’a jamais voulu renoncer à son droit. En interprétant le comportement du titulaire comme une renonciation on tient compte du besoin de protection de celui qui s’est fié à l’abandon du droit par le titulaire. Mais au fond, il s’agit là exactement du même principe que la jurisprudence allemande a développé sous le nom de Verwirkung. (...)"  Cass. civ. 1ère, 28. 10. 1991, dans: Bull. civ. 1991, I, no. 282Une compagnie d’assurance avait versé à la bénéficiaire, après la mort accidentelle de l’assuré, le seul capital de base, bien qu’en cas de mort accidentelle la somme aurait du être doublée. Après que la demanderesse – l’épouse de l’assuré – avait déclaré vouloir intenter une action en justice contre l’assurance, celle-ci avait prétendu ne pouvoir répondre à la demande qu’après la clôture de l’information pénale. Après plus de deux ans elle avait déclaré qu’elle refusait de payer la double somme.La Cour de Cassation décida que dans ce cas l’assurance ne pouvait pas invoquer la prescription, car par ses indications elle n’avait fait qu’induire la demanderesse en erreur et avait en fait agit abusivement, parce qu’elle voulait empêcher la demanderesse d’intenter une action en justice avant l’expiration du délai de prescription. "(...) Attendu que Pierre Anus avait souscrit une police auprès de la compagnie des Assurances générales de France (AGF) garantissant, après son décès, le versement d’un capital à son épouse, Mme Persais, capital devant être doublé en cas d’accident et triplé en cas d’accident de la circulation; que Pierre Anus, qui était parti en voiture, a été découvert mort sur une plage le 10 décembre 1982, son véhicule n’ayant pas été retrouvé; que, le 8 mars 1983, les AGF ont payé à Mme Persais le capital de base; que celle-ci a demandé le versement du complément de capital prévu lorsque le décès est dû à un accident de la circulation; que les AGF lui ont fait connaître leur refus par lettre du 31 mai 1985, aucun élément ne permettant, selon elles, de conclure à un décès accidentel; que la bénéficiaire a assigné la compagnie devant le tribunal de grande instance le 11 juillet 1986; que la cour d’appel (Pau, 25 février 1988), après avoir jugé que le prescription biennale n’était pas acquise au jour de cette assignation, a condamné les AGF à payer à Mme Persais une somme correspondant au doublement du capital de base prévu en cas de décès accidentel; Sur le premier moyen, pris en ses trois branches: Attendu que les AGF font grief à l’arrêt d’avoir rejeté l’exception de prescription biennale qu’elles avaient opposée à l’action formée par la bénéficiaire de la police, alors qu’en statuant ainsi, la cour d’appel aurait méconnu le principe de la contradiction et violé les articles L. 114-1 et L. 114-2 du Code des assurances, ainsi que l’article 2257 du Code civil; Mais attendu que la cour d’appel a relevé que la lettre du 24 octobre 1983, par laquelle la compagnie avait fait savoir à Mme Persais qu’elle ne pouvait répondre à sa demande, tant que l’information pénale ouverte à la suite du décès de son mari ne serait pas clôturée, constituait une »manœuvre« qui n’avait eu pour but que de laisser courir la prescription biennale en abusant Mme Persais afin de la dissuader d’agir en justice, comme elle avait dit vouloir le faire par une correspondance du 17 octobre 1983; que les juges du second degré ayant ainsi caractérisé la fraude de la compagnie, en ont justement déduit que celle-ci était, dès lors, privée du droit de se prévaloir de la prescription; que le moyen est donc inopérant. (...) Par ces motifs: rejette le pourvoi. (...)" Art. 2251 Code civilLa prescription court contre toutes personnes, à moins qu’elles ne soient dans quelque exception établie par une loi.Art. 2220 Code civilOn ne peut, d’avance, renoncer à la préscription: on peut renoncer à la préscription acquise. Art. 2936 Code civil italienÈ nullo ogni patto diretto a modificare la disciplina legale della prescrizione.Art. 2937 Code civil italien(1) Non può rinunziare, alla prescrizione chi non può disporre validamente del díritto. (2) Si può rinunziare alla prescrizione solo quando questa è compiuta. (3) La rinunzia può risultare da un fatto incompatibile con la volontà di valersi della prescrizione. J. Carbonnier, La règle "contra non valentem agere non currit praescriptio", dans: Rev. crit. de législation et de jurisprudence 1937, p. 169"(...) À la lecture de quelques décisions il semble que pour celles-ci le fait que le titulaire du droit se trouve dans l’impossibilité absolue d’agir soit moins important que le fait que ce soit la fraude qui est à l’origine de cet état. (...)"  Art. 2941 Code civil italienLa prescrizione rimane sospesa: (...) 8) tra il debitore che ha dolosamente occultato l’esìstenza del debito e il creditore, finchè il dolo non sia stato scoperto.

5. La correction prétorienne des normes légales et le législateur

§ 852 al. 2 Code civil allemand(2) Schweben zwischen dem Ersatzpflichtigen und dem Ersatzberechtigten Verhandlungen über den zu leistenden Schadensersatz, so ist die Verjährung gehemmt, bis der eine oder der andere Teil die Fortsetzung der Verhandlungen verweigert. (2) Lorsque sont pendantes des négociations entre la personne tenue à réparation et l’ayant droit sur le montant de l’indemnisation, la prescription est suspendue jusqu’à ce que l’une ou l’autre partie refuse de poursuivre les négociations.  BGH, 28. 11. 1984, dans: JZ 1985, p. 386 s.La défenderesse avait commandé une grue de la demanderesse. Peu après, cette grue s’était renversée sur le chantier de la défenderesse. Les parties s’étaient disputées sur la cause. La demanderesse avait déclaré à l’assurance de responsabilité civile de la défenderesse le dommage dans le délai de prescription. Mais l’assurance avait refusé de régulariser le dommage avec la motivation qu’il s’agissait d’une faute du conducteur de la grue. Ce n’est que cinq mois plus tard que la demanderesse avait intenté une action en justice contre la défenderesse pour être indemnisée. Le tribunal régional avait rejeté la demande. L’appel avait également été rejeté, parce que la Cour d’appel avait estimé que le droit était prescrit. La Cour suprême fédérale allemande, par contre, décida que la prescription avait été retardée par le § 852 II BGB et donna suite à la demande en réparation. "(...) Mit Recht hat das Berufungsgericht den von der Klägerin erhobenen Einwand der unzulässigen Rechtsausübung als unbegründet angesehen. Nach der Rechtsprechung des BGH (VersR 1977, 617 m. w. N.) kann der Geschädigte der Verjährungseinrede des Schädigers mit dem Einwand zur unzulässigen Rechtsausübung begegnen, wenn über die Regulierung des Schadens verhandelt worden war und der Geschädigte darauf vertrauen durfte, seine Ansprüche würden befriedigt oder jedenfalls nur mit sachlichen Einwänden bekämpft werden, und wenn er deshalb von einer rechtzeitigen gerichtlichen Geltendmachung seiner Ansprüche Abstand genommen hat. Mit diesem Einwand kann der Geschädigte aber nur dann Erfolg haben, wenn er nach dem Scheitern der Verhandlungen binnen angemessener - in der Regel kurz bemessener - Frist Klage erhoben hat (BGH aa0). Es ist nicht zu beanstanden und wird von der Revision auch hingenommen, daß das Berufungsgericht angenommen hat, ein Zuwarten von wie hier mehr als fünf Monaten sei zu lange.d) Nicht verjährt ist der Klageanspruch dagegen, wenn die Vorschrift des § 852 Abs. 2 BGB auf Ersatzansprüche des Vermieters wegen Veränderungen oder Verschlechterungen der vermieteten Sache (§ 558 Abs. 1 BGB) anzuwenden ist. Da unter Verhandlungen im Sinne des § 852 Abs. 2 BGB jeder Meinungsaustausch über den Schadensfall zwischen dem Berechtigten und dem Verpflichteten zu verstehen ist, wenn nicht sofort erkennbar die Verhandlungen über die Ersatzpflicht oder jeder Ersatz abgelehnt werden (vgl. Palandt/ Thomas, BGB, 43. Aufl. § 852 Anm. 4 b und die dort zitierten Nachweise), war bei Anwendung des § 852 Abs. 2 BGB hier die Verjährung spätestens vom Zugang des Fragebogens der C-Versicherung bis zum Zugang des Schreibens vom 8. 2. 1982, mit dem die C-Versicherung eine Regulierung des Schadens ablehnte, nämlich in der Zeit vom 23.9.1981 bis zum 12. 2.1982, gehemmt. Da nach § 205 BGB der Zeitraum, während dessen die Verjährung gehemmt ist, in die Verjährungsfrist nicht eingerechnet wird, war dann die sechsmonatige Verjährungsfrist des § 558 BGB bei Einreichung der alsbald zugestellten Klage am 16. 7. 1982 noch nicht abgelaufen. Entgegen der Meinung des Berufungsgerichts war hier die Verjährung nach § 852 Abs. 2 BGB gehemmt. (...) Die Rechtsprechung hat es dem Mieter aber unter dem Gesichtspunkt der unzulässigen Rechtsausübung (§ 242 BGB) verwehrt, sich auf die sechsmonatige Verjährung zu berufen, wenn der Vermieter sich auf Verhandlungen über den geforderten Schadensersatz eingelassen hatte und die kurze Verjährungsfrist bei Klageerhebung bereits verstrichen war, obwohl der Vermieter alsbald nach dem Scheitern der Verhandlungen die Klage erhoben hatte (vgl. die Ausführungen oben zu c). Der Gesichtspunkt, daß der Zweck der kurzen Verjährung der beschleunigten Abwicklung der gegenseitigen Forderungen der Vertragsteile dient, steht der Berufung des Vermieters auf § 242 BGB nicht entgegen, weil dieser Gedanke nichts damit zu tun hat, daß sich Verhandlungen über den zu leistenden Ersatz nicht nachteilig für den Ersatzberechtigten auswirken dürfen, soweit es um die Verjährung seines Anspruchs geht (BGHZ 81, 370, 373). (...)"  F. Peters, dans: JZ 1985, p. 388-390"(...) 1. Verhandlungen können den Ablauf der Verjährung schlechterdings nicht unbeeinflußt lassen. Sie sind immer förderungswürdig und dürfen deshalb nicht unter Zeitdruck gesetzt werden. Gleichzeitig heben sie die Rechtfertigungsgründe für die Verjährung auf: Dem Gläubiger, der das Gespräch mit dem Schuldner sucht, kann man nicht den Vorwurf machen, seine Angelegenheiten nicht mit der gehörigen Sorgfalt betrieben zu haben. Der Schuldner, der mit seinem Gläubiger spricht, darf sich noch nicht darauf verlassen, daß »aus dieser Ecke nichts mehr kommt«. Und wenn ihn die Verjährung vor Beweisschwierigkeiten schützen soll, wie sie mit Zeitablauf verbunden sind, so hat er ja allen Anlaß, sich davor zu sichern. 2. Die Verwirklichung dieses unabweisbaren rechtspolitischen Postulats im BGB ist kläglich. Sicherlich spielt es keine Rolle bei langen Verjährungsfristen. Was aber die nicht selten kurzen betrifft, so hat der historische Gesetzgeber den Gedanken nur ansatzweise in § 639 Abs. 2 BGB berücksichtigt. Der moderne Gesetzgeber hat immerhin 1977 in § 852 Abs. 2 BGB für den Bereich deliktischer Ansprüche die sachlich gebotene Konsequenz einer Verjährungshemmung gezogen, desgleichen dann 1979 in § 651 g Abs. 2 Satz 3 BGB für den Reisevertrag. Diese Bestimmungen sind aber doch nur Stückwerk. Man fragt sich zunächst, warum sie nicht gleichförmig gefaßt sind, vor allem aber, warum sie nur hier gelten sollen. Es fehlt an einer zentralen einheitlichen Bestimmung, die dann in den § 194 ff. BGB, genauer: bei den § 202 ff. BGB - z. B. als § 204 a BGB - einzustellen wäre. Das BGB erlaubt es den Parteien nicht einmal, durch Vereinbarung den Zeitdruck von ihren Verhandlungen zu nehmen, weil das eine unzulässige Erschwerung der Verjährung im Sinne des § 225 S. 1 BGB wäre. Weil aber das Ergebnis so überzeugend auf der Hand liegt, hat sich die Rechtsprechung nicht gescheut, die vorhandenen weiten Lücken mit § 242 BGB zu füllen: Die Berufung auf die Verjährung soll gegen Treu und Glauben verstoßen, wenn nach dem Scheitern von Verhandlungen binnen angemessener, in der Regel knapper Frist Klage erhoben wird, vgl. auch die vorliegende Entscheidung unter 2 c) der Gründe. Das ist freilich theoretisch und praktisch bedenklich. Theoretisch, weil doch wohl die §§ 225 S. 1, 639 Abs. 2, 651 g Abs. 2 Satz 3, 852 Abs. 2 BGB eine so deutliche Sprache sprechen, daß demgegenüber die Berufung auf ein so allgemeines Prinzip wie das von Treu und Glauben versagen müßte. Praktisch, weil die Rechtsprechung schützenswertes Vertrauen des Gläubigers fordert und damit ein unsicher zu beurteilendes subjektives Element verwertet, weil sie weiterhin die zu gewährende Nachfrist nicht exakt nach Tagen oder Wochen festlegen kann und weil sie schließlich durch die Knappheit der Nachfrist Klagen fördert, die entweder überhastet verfaßt sind oder schon vorsorglich während der noch schwebenden Verhandlungen konzipiert wurden. Beides ist nicht wünschenswert. 3. Im vorliegenden Fall war Klage erst fünf Monate nach dem Scheitern der Verhandlungen erhoben worden, so daß der Rettungsanker des § 242 BGB ersichtlich versagte. Nachdem die Vorinstanzen die dogmatisch richtige Konsequenz einer Klageabweisung gezogen hatten, zog der BGH die rechtspolitisch richtige einer Aufhebung und Zurückverweisung, indem er § 852 Abs. 2 BGB anwendete. (...) Mit dieser letzteren Bemerkung ist die ohnehin »dünne« Verbindung zum Regelungsgegenstand des § 852 Abs. 2 BGB endgültig abgerissen; es liegt Rechtsfortbildung vor, die nicht mehr dogmatisch, sondern nur noch rechtspolitisch gerechtfertigt sein kann, insoweit aber auch eindeutig gerechtfertigt ist: Sie vermeidet die Schwächen der Lösung über § 242 BGB, bringt berechenbare Fristen und erhält dem Gläubiger vor allem die volle Frist des § 558 Abs. 1 BGB, wenn der Verhandlungszeitraum gänzlich aus dem Fristablauf herausgerechnet wird. Das ist nur angemessen. (...)"  § 216 al. 1er et 3 BGB-KE (projet de réforme du Code civil allemand 1992)(1) Schweben zwischen dem Verpflichteten und dem Berechtigten Verhandlungen über einen Anspruch oder über Umstände, aus denen sich ein Anspruch ergeben kann, so ist die Verjährung gehemmt, bis der eine oder andere Teil die Fortsetzung der Verhandlung verweigert. Die Verjährung tritt frühestens zwei Monate nach Ende der Hemmung ein. (3) Die Verjährung eines Anspruchs ist auch gehemmt, solange ein zwischen den Parteien vereinbartes Begutachtungs- oder Schlichtungsverfahren schwebt. Die Verjährung tritt frühestens zwei Monate nach Ende der Hemmung ein.(1) Au cas où le débiteur et le créancier sont en cours de négociations concernant une prétention où alors les circonstances qui pourraient donner lieu à une prétention, la prescription est suspendue jusqu’à ce que l‘une des parties refuse de poursuivre les négociation. La prescription est acquise le plus tôt deux mois après la fin de la suspension (3) La prescription d’une prétention est également suspendue tant qu’une procédure expertise ou de conciliation entre les parties est en cours. La prescription est acquise le plus tôt deux mois après la fin de la suspension Seminaire II/A, B: 2/ 4 mars:

La responsabilité civile et la réparation du préjudice purement économique

 Tableau: 1. Le problème dans l’histoire du Civil Law, 2. La responsabilité civile dans les codifications europénnes, 3. Le préjudice subi par la perte d’un soutien économique, 4. La réparation du préjudice du créancier causé par la perte de son débiteur, 5. Les « Cable Cases » dans la jurisprudence de l’Europe continentale et dans le Common Law.Bibliographie généraleE. K. BANAKAS, Tortious Liability for Pure Economic Loss: a Comparative Study (Publications of the Hellenic Institute of Intern. and Foreign Law 12), Athens 1989; Deliktsrecht in Europa. Systematische Einführungen, Gesetzestexte, Übersetzungen, Ch. v. BAR (éd.), Köln-Berlin 1994; E. v. CAEMMERER, Wandlungen des Deliktsrechts, dans: v. Caemmerer, Gesammelte Schriften, tome III. Rechtsvergleichung und Schuldrecht, Tübingen 1968, en particulier pp. 472-473; P. GALLO, L’elemento oggettivo del tort of negligence. Indagine sui limiti della responsabilità delittuale per neglicence nei paesi di Common Law (Studi di dir. comparato 31), Milano 1988; A. GEORGIADES, Standpunkt und Entwicklung des griechischen Deliktsrechts, dans: Festschrift für Karl Larenz zum 80. Geburtstag, München 1983, p. 175 s., en particulier p. 186 s.; W. van GERVEN/G. VINEY/J. LEVER/P. LAROUCHE/Ch. v. BAR, Cases, Materials and Text on National, Supranational and International Tort Law. Scope of protection (Ius Commune Casebooks for the Common Law of Europe), Oxford 1998; H. KOZIOL, Generalnorm und Einzeltatbestände als Systeme der Verschuldenshaftung: Unterschiede und Ausgleichsmöglichkeiten, dans: ZEuP 1995, p. 359 s.; U. MAGNUS, Elemente eines europäischen Deliktsrechts, dans: ZEuP 1998, p. 602 s.; La responsabilità civile da atto illecito nella prospettiva storico-comparatistica (I Congresso internazionale, Madrid 7-10 ottobre 1993), a cura di L. VACCA, Torino 1995; R. ZIMMERMANN, The Law of Obligations : Roman Foundations of the Civilian Traditions, Cape Town 1990, pp. 1017-1043; K. ZWEIGERT/H. KÖTZ, Einführung, pp. 602-605; 607-624; Civil Liability for Pure Economic Loss. E. K. BANAKAS (éd.), (Proceedings of the Annual International Colloquium of the Committee of Comparative Law, Norwich, September 1994), London, Den Haag, Boston 1996 (United Kingdom Comparative Law Series, vol. 16); en particulier D. HOWARTH, Economic Loss in England: the Search for Coherence, pp. 27-53; E. DEUTSCH, Der Ersatz reiner Vermögensschäden, pp. 55-71; Ch. LAPOYADE DESCHAMPS, La réparation du préjudice économique pur en droit français, pp. 89-101 (aussi dans: Rev. int. dr. comp. 1998, p. 367 s.); B. SCHILCHER/W. POSCH, Civil Liability for Pure Economic Loss: An Austrian Perspective, pp. 149-175; F. WERRO, Tort Liability for Pure Economic Loss: A Critique of Current Trends in Swiss Law, pp. 181-196; P. G. MONATERI, Economic Loss in Italy, p. 197 s. ; J. van DUNNé, Civil Liability for Pure Economic Loss, Beitrag für den XV.th International Congress of Comparative Law, Bristol 26. 7.-1. 8. 1998. 

1. Le problème dans l’histoire du Civil Law

Wiguläus Xaver Aloys Freiherr von Kreittmayr, dans: Compendium Codicis Bavarici. [Reprint der Ausgabe von 1768], München 1990, cap. XVI§ 1. Auf die Obligation ex contractu folgt die ex delicto (a) worunter man nichts anderst als ein factum verstehet, welches gegen Gesetz und Verbot aus freyen Muth und Willen verübt wird. Man theilet die delicta (b) in vera vel quasi, publica et privata, secularia, ecclesiastica, militaria und so weiter ein. Vera vel quasi sind sie, je nachdem solche auf einem dolo oder culpa beruhen.(...)§ 6. Wegen zugefügter Beschädigung hat actio legis aquiliae (a) gegen Damnificanten statt, damit er den Schaden erstatte, soferne solcher (b) nur würklich und zwar dolo vel culpa lata, levi, aut levissima geschehen, und erweißlich ist. Code prussien, 1794, Titre VI., "Des délits"§. 1. Schaden heißt jede Verschlimmerung des Zustandes eines Menschen, in Ansehung seines Körpers, seiner Freiheit, oder Ehre, oder seines Vermögens.§. 10. Wer einen Andern aus Vorsatz oder grobem Versehen beleidigt, muß demselben vollständige Genugthung leisten.§. 11. Eben dazu ist auch der verhaftet, welcher eine dem Andern schuldige Pflicht aus Vorsatz oder grobem Versehen unterläßt, und dadurch demselben Schaden verursacht.§. 12. Wer nur aus mäßigem Versehen den Andern durch eine Handlung oder Unterlassung beleidigt, der haftet nur für den daraus entstandenen wirklichen Schaden (...).§ 1 Le dommage est l'atteinte portée à la condition d'une personne quant à son corps, son honneur ou sa fortune.§§ 10-11 Celui qui offense un individu avec intention, ou par faute grave, ou par omission d'un devoir, lui doit une satisfaction complète.§ 12 Quand il s'agit d'une faute moins grave, on ne doit que l'indemnité du dommage réel.(...)  B. Windscheid, Lehrbuch des Pandektenrechts, tome 2, 8e éd., avec note de Th. Kipp, Frankfurt 1900, p. 696 et p. 710"§ 451. Das römische Recht hat nicht den Satz aufgestellt, daß Jeder den durch seine Schuld, wohl aber den Satz, daß Jeder den durch seine Arglist entstandenen Schaden zu ersetzen verpflichtet sei.""§ 455. 1. Das Aquilische Gesetz und seine Erweiterungen beziehen sich auf Schadenszufügung an körperlichen Sachen. Das Aquilische Gesetz selbst nannte nur bestimmte Fälle der Verletzung der Integrität einer körperlichen Sache durch unmittelbare Einwirkung auf dieselbe; seine Bestimmungen sind aber ausgedehnt worden auf jede Verletzung der Integrität einer körperlichen Sache, wenn auch nicht durch unmittelbare Einwirkung, ja sogar auf Schadenszufügung an körperlichen Sachen ohne Verletzung ihrer Integrität* (...) * (...) Weiter, d.h. über das Moment der Schadenszufügung an einer körperlichen Sache hinaus, wie Manche auf Grund von § 16 Inst. 4, 3 und Inst. 33 § 1 D. 9, 2 behauptet haben, ist man aber nicht gegangen. Vgl. § 451. Das Reichsgericht hat neuestens entschieden (RGZ 22, S. 208), daß die erweiterte actio legis Aquiliae auch dann stattfinde, wenn die Verfügung über eine körperliche Sache nur zeitweilig entzogen und dadurch Schaden verursacht worden sei (Zu dem entschiedenen Fall war auf Grund einer falschen Anzeige wegen Patentverletzung das Warenlager des Klägers unter Verschluß gelegt worden)."  RG, 3. 12. 1888, dans: RGZ 22, p. 208 s.Faisant erreur la demanderesse avait porté plainte contre le demandeur auprès du ministère public pour contrefaçon de marque. La magistrature du parquet avait alors ordonné la saisie du contenu d'un des dépôts du demandeur. Le Reichsgericht donna suite à l'action du demandeur demandant réparation du préjudice subi par la saisie sur le fondement d'une actio legis Aquiliae utilis. "(...) Zwar will der jetzt erkennende Senat des Reichsgerichtes der vom I. Civilsenate desselben in der im angefochtenen Urteile angerufenen Entscheidung (RGZ 9, S. 162 ff.) ausgesprochenen Ansicht, wonach dem gemeinen deutschen Rechte eine allgemeine Schadensersatzklage wegen jeder fahrlässigen Vermögensbeschädigung unbekannt ist, nicht entgegentreten. Damit ist aber wohl vereinbar die Annahme, daß nach dem wahren Sinne schon des justinianischen Rechtes die nach dem Muster der actio legis Aquiliae ausgebildete actio in factum nicht eingeschränkt sein soll auf diejenigen Fälle, wo der Eigentümer oder ein anderer dinglich Berechtigter durch Vernichtung, endgültige Entziehung oder körperliche Beschädigung einer Sache in Schaden gebracht worden ist, sondern daß sie sich erstrecken soll auf jeden Fall, wo der dinglich Berechtigte in der Ausnutzung seines Rechtes auch nur durch zeitweilige Entziehung der Sache oder auf andere Weise vorübergehend beeinträchtigt worden ist. Freilich kann nicht bezweifelt werden, daß dem älteren römischen Rechte eine solche Ausdehnung der actio utilis legis Aquiliae oder actio in factum actioni legis Aquiliae accommodata fremd war; denn nicht nur hätte es dabei an der wahren inneren Analogie gefehlt, sondern es wäre auch unmöglich gewesen, die Strafbestimmungen des aquilischen Gesetzes, wonach der höchste Wert, den die vernichtete oder beschädigte Sache innerhalb eines bestimmten vergangenen Zeitabschnittes gehabt habe, dem Ersatzanspruche zu Grunde gelegt werden sollte, auf die Fälle bloß vorübergehender Entziehung der Sache analog anzuwenden. Nichtsdestoweniger tritt jedenfalls in den justinianischen Rechtsquellen diese Erweiterung der Ansprüche wegen Sachbeschädigung zu Tage. (...) [es] findet sich für das justinianische Recht jedenfalls ein anderes, ganz zutreffendes Beispiel, indem dort die actio in factum auf Schadensersatz gegen denjenigen gewährt wird, welcher den Eigentümer, und zwar, wie man voraussetzen muß, fahrlässigerweise, zeitweilig an einer vorteilhaften Veräußerung seiner Sache gehindert hat. Gerade mit dieser Stelle, deren Bedeutsamkeit für die hier erhebliche Frage auch der I. Civilsenat des Reichsgerichts in der oben angezogenen Entscheidung (aaO. S. 164) nicht verkannt hat, steht die jetzt angefochtene Entscheidung des Berufungsgerichts fast in direktem Widerspruche; denn hier soll ja die Beschädigung des Klägers an seinem Vermögen durch die von den Beklagten schuldhafterweise verursachte zeitweilige Verhinderung der Verwertung seiner Waren bewirkt sein. (...)"

2. La responsabilité civile dans les codifications europénnes

§ 1295 Code civil général autrichien(1) Jedermann ist berechtigt, von dem Beschädiger den Ersatz des Schadens, welchen dieser ihm aus Verschulden zugefügt hat, zu fordern; der Schaden mag durch Übertretung einer Vertragspflicht, oder ohne Beziehung auf einen Vertrag verursacht worden sein.(2) Auch wer in einer gegen die guten Sitten verstoßenden Weise absichtlich Schaden zufügt, ist dafür verantwortlich, jedoch falls dies in Ausübung eines Rechtes geschah, nur dann, wenn die Ausübung des Rechtes offenbar den Zweck hatte, den anderen zu schädigen.(1) Toute personne est autorisée à exiger de celui qui cause le dommage, le remboursement de celui qu'il a provoqué par sa faute, que le dommage soit causé par une violation d'une obligation contractuelle, ou qu'il soit sans rapport avec un contrat.(2) De même, celui qui cause un dommage intentionnel d'une manière contraire aux bonnes mœurs en est responsable, mais seulement au cas où il s’est produit dans l’exercice d’un droit, si l’exercice de ce droit avait pour but évident de nuire à l’autre.Art. 1382 Code civil Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer.Art. 1383 Code civilChacun est responsable du dommage qu’il a causé non seulement par son fait, mais encore par sa négligence ou par son imprudence. Art. 1.902 Code civil espagnolEl que por acción u omisión causa daño a otro, interviniendo culpa o negligencia, está obligado a reparar el daño causado. § 823 Code civil allemand(1) Wer vorsätzlich oder fahrlässig das Leben, den Körper, die Gesundheit, die Freiheit, das Eigentum oder ein sonstiges Recht eines anderen widerrechtlich verletzt, ist dem anderen zum Ersatze des daraus entstehenden Schadens verpflichtet.(2) Die gleiche Verpflichtung trifft denjenigen, welcher gegen ein den Schutz eines anderen bezweckendes Gesetz verstößt. Ist nach dem Inhalte des Gesetzes ein Verstoß gegen dieses auch ohne Verschulden möglich, so tritt die Ersatzpflicht nur im Falle des Verschuldens ein.(1) Quiconque, agissant intentionnellement ou par négligence, porte atteinte illégalement à la vie, au corps, à la santé, à la liberté, à la propriété d’autrui, est tenu à l’égard de celui-ci à la réparation du préjudice qui en résulte.(2) La même obligation incombe à celui qui contrevient à une loi protectrice des intérêts d’autrui. Si, d’après le texte de la loi, une contravention à celle-ci est possible en dehors de toute faute, l’obligation de réparer n’intervient que s’il y a faute.§ 826 Code civil allemandWer in einer gegen die guten Sitten verstoßenden Weise einem anderen vorsätzlich Schaden zufügt, ist dem anderen zum Ersatze des Schadens verpflichtet.Celui qui, agissant intentionnellement et d’une manière partant atteinte aux bonnes mœurs, cause un préjudice à autrui, est obligé envers celui-ci à la réparation du dommage.Art. 41 Code des obligations suisse(1) Celui qui cause, d’une manière illicite, un dommage à autrui, soit intentionnellement, soit par négligence ou imprudence, est tenu de le réparer.(2) Celui qui cause intentionnellement un dommage à autrui par des faits contraires aux mœurs est également tenu de le réparer. Art. 2043 Code civil italienQualunque fatto doloso o colposo, che cagiona ad altri un danno ingiusto, obbliga colui che ha commesso il fatto a risarcire il danno. Art. 483 Code civil portugais(1) Aquele que, com dolo ou mera culpa, violar ilicitamente o direito de outrem ou qualquer disposição legal destinada a proteger interesses alheios fica obrigado a indemnizar o lesado pelos danos resultantes da violação.(2) Só existe obrigação de indemnizar independentemente de culpa nos casos especificados na lei. Art. 162, livre 6, Nouveau code civil néerlandais (1) Hij die jegens een ander een onrechtmatige daad pleegt, welke hem kan worden toegerekend, is verplicht de schade die de ander dientengevolge lijdt, te vergoeden.(2) Als onrechtmatige daad worden aangemerkt een inbreuk op een recht en een doen of nalaten in strijd met een wettelijke plicht of met hetgeen volgens ongeschreven recht in het maatschappelijk verkeer betaamt, een en ander behoudens de aanwezigheid van een rechtvaardigingsgrond.(3) Een onrechtmatige daad kan aan de dader worden toegerekend, indien zij ti wijten is aan zijn schuld of aan een oorzaak welke krachtens de wet of de in het verkeer geldende opvattingen voor zijn rekening komt.(1) Celui qui commet envers autrui un acte illicite pouvant lui être imputé est tenu de réparer le dommage que ce dernier en subit.(2) Sont réputés illicites, sauf fait justificatif, l’atteinte à un droit ainsi que l’acte ou l’omission contraire à un devoir légal ou à une règle non écrite qui énonce ce qui est convenable dans le commerce social.(3) L’acte illicite est imputable à l’auteur s’il résulte de sa faute ou d’une cause dont il doit répondre en vertu de la loi ou suivant l’opinion généralement admise.Art. 163, livre 6, Nouveau code civil néerlandaisGeen verplichting tot schadevergoeding bestaat, wanneer de geschonden norm niet strekt tot bescherming tegen de schade zoals de benadeelde die heeft geledenL’obligation de réparation n’existe pas lorsque la norme transgressée n’a pas pour objet la protection contre le dommage tel que la personne lésée l’a subi.Art. 41 Projet sur la révision et l’unification du droit suisse de la responsabilité civile Une personne est tenue de réparer le dommage causé à autrui dans la mesure où le fait dommageable peut lui être imputé en vertu de la loi.Un dommage résultant d’un fait illicite est imputable notamment:1. A la personne qui l’a causé par son comportement fautif (art. 48);2. A la personne qui recourt à des auxiliaires (art 49 et 49a);3. A la personne qui exploite une activité spécifiquement dangereuse (art. 50). 

3. Le préjudice subi par la perte d’un soutien économique

§ 844 al. 2 Code civil allemand(2) Stand der Getötete zur Zeit der Verletzung zu einem Dritten in einem Verhältnisse, vermöge dessen er diesem gegenüber kraft Gesetzes unterhaltspflichtig war oder unterhaltspflichtig werden konnte, und ist dem Dritten infolge der Tötung das Recht auf den Unterhalt entzogen, so hat der Ersatzpflichtige dem Dritten durch Entrichtung einer Geldrente insoweit Schadensersatz zu leisten, als der Getötete während der mutmaßlichen Dauer seines Lebens zur Gewährung des Unterhalts verpflichtet gewesen sein würde; (...).(2) Si, au moment du fait ayant causé la mort, la victime était à l’égard d’un tiers dans un rapport en raison duquel, en vertu de la loi, elle était tenue ou pouvait être tenue à une obligation d’entretien, et si, par suite de l’homicide, ce tiers a été privé de son droit à entretien, l’obligé au dédommagement est tenu de servir au tiers, à titre de dommages-intérêts, une rente en argent dans la mesure où la victime du fait aurait été obligée à pourvoir à cet entretien pendant la durée présumée de sa vie; (...)§ 1327 Code civil général autrichienErfolgt aus einer körperlichen Verletzung der Tod, so müssen nicht nur alle Kosten, sondern auch den Hinterbliebenen, für deren Unterhalt der Getötete nach dem Gesetze zu sorgen hatte, das, was ihnen dadurch entgangen ist, ersetzt werden.Si les blessures corporelles entraînent la mort, on doit rembourser non seulement tous les frais, mais tout ce dont ont été privées de ce fait les personnes que laisse le défunt et aux besoins desquelles il doit légalement subvenir.Art. 45 al. 3 Code des obligations suisse(3) Lorsque, par suite de la mort, d’autres personnes ont été privées de leur soutien, il y a également lieu de les indemniser de cette perte.  KG Berlin, 6. 2. 1967, dans: NJW 1967, p. 1090Le défendeur avait heurté avec sa voiture le scooter du demandeur qui circulait accompagnée de sa fiancée et avait ainsi causé le décès ce cette dernière. Le demandeur assigna le défendeur responsable de l'accident en réparation du préjudice subi par la perte des services que sa fiancé lui aurait rendu dans son ménage après leur mariage. La Cour rejeta la demande au motif que l'accident ne lui avait pas porté atteinte directement mais seulement indirectement. Elle précisa que dans ces conditions des dommages-intérêts pouvaient seulement être accordés dans la limite des §§ 844 et 845 BGB inapplicables en l'occurrence. "(...) Diesen Anspruch könnte der Kläger nicht als unmittelbar, sondern allenfalls als mittelbar Geschädigter geltend machen. Drittgeschädigte haben nur in den beiden Ausnahmefällen der §§ 844, 945 BGB einen Schadensersatzanspruch gegen den Ersatzpflichtigen. Nach dem hier in Betracht kommenden § 845 BGB steht einem Dritten ein eigener Ersatzanspruch jedoch nur dann zu, wenn ihm der unmittelbar Verletzte kraft Gesetzes unter anderem zur Leistung von Diensten in seinem Hauswesen verpflichtet war. Zu dem Kreis der unmittelbar Verletzten im Sinne dieser Vorschrift gehören die Ehegatten auf Grund der §§ 1356 Abs. 2, 1360 BGB (...). Nicht dazu gehören Verlobte, da für sie eine den genannten Bestimmungen entsprechende Vorschrift fehlt. (...) auch soweit der Kläger eine entsprechende Anwendung dieser Vorschrift für angebracht hält, kann ihm nicht gefolgt werden. Wie den Ausnahmevorschriften der §§ 844, 845 BGB zu entnehmen ist, sieht das Gesetz in diesen Fällen die zum Schadensersatz verpflichtende Handlung in dem unerlaubten Eingriff des Schädigers in den Unterhalts- oder Dienstleistungsanspruch des Dritten. Ein solcher Eingriff ist grundsätzlich nur denkbar, wenn der Anspruch des Dritten gegen den unmittelbar Verletzten bereits im Zeitpunkt der unerlaubten Handlung bestanden hat. Zwar läßt das Gesetz in § 844 Abs. 2 Satz 2 BGB für den Bereich der Unterhaltsansprüche insofern eine Ausnahme zu, als es auch die zukünftigen Unterhaltsansprüche des zur Zeit der unerlaubten Handlung bereits Erzeugten, aber noch nicht Geborenen schützt. Entscheidend ist jedoch, daß § 845 BGB eine gleichartige Ausnahmeregelung für den Bereich der entgehenden Dienstleistungen nicht vorsieht. (...) Im Gegensatz zu den zukünftigen Unterhaltsansprüchen im Sinne des § 844 Abs. 2 Satz 2 BGB begründen erst zukünftig entstehende Dienstleistungsansprüche eines Dritten keinen Ersatzanspruch (...)" OGH, 3. 10. 1935, dans: SZ tome 17 (1936), no. 132, p. 380 s.Le compagnon de la demanderesse avait été tué lors d'un accident de la circulation. Elle assigna alors le propriétaire et conducteur du véhicule responsable de l'accident en paiement d'une pension mensuelle avançant que son compagnon lui avait versé chaque semaine une somme d'argent fixé contractuellement. La Cour expliqua que la demanderesse ne pouvait pas se prévaloir des §§ 1294, 1295 ABGB attendu que les dommages invoqués étaient des dommages indirects. Une telle demande ne pouvait qu'être fondée sur le § 1327 ABGB. Car cependant, comme le précisa la Cour, seuls les membres de la famille du défunt ayant légalement eu droit à une pension alimentaire pouvaient se prévaloir du § 1327 ABGB, la Cour rejeta la demande. "(...) Die Vorgerichte haben das Klagebegehren abgewiesen, da der Lebensgefährtin ein Anspruch nach § 1327 ABGB nicht zustehe und außerhalb des § 1327 ABGB ein Anspruch auf Ersatz eines mittelbaren Schadens nicht bestehe. Die Revision bezeichnet diese Rechtsansicht als unrichtig. Ihr ist jedoch nicht zuzustimmen. Das Schweizerische Obligationenrecht enthält in Art. 45, Abs. 3, die allgemeine Bestimmung, daß Personen, welche durch die Tötung eines Menschen den Versorger verloren haben, Anspruch auf Schadensersatz haben. Diese Bestimmung ist jedoch nicht in die III. Teilnovelle zum ABGB aufgenommen worden. Nach dem Wortlaute gebührt vielmehr ein Anspruch nach § 1327 ABGB nur den Hinterbliebenen, für deren Unterhalt der Getötete nach dem Gesetze zu sorgen hat. Zu diesen gehört aber die Lebensgefährtin nicht (...). Die Revision verficht die Ansicht, daß außerhalb des Rahmens des § 1327 ABGB nach den allgemeinen Bestimmungen der §§ 1294, 1295, 1331 ABGB ein Ersatzanspruch gestellt werden kann. Sie wirft damit die Frage auf, ob für einen mittelbar zugefügten Schaden eine Haftung in den genannten Bestimmungen des Gesetzes aufgestellt ist. Diese Frage ist zu verneinen. Mittelbar kann ein Schaden genannt werden, wenn er nicht in der Richtung des Angriffes, sondern infolge einer Seitenwirkung in einer Interessensphäre eintritt, die nicht durch das Verbot des Angriffes geschützt ist. Der durch solche Seitenwirkung des Angriffs beschädigte hätte nur dann einen Ersatzanspruch, wenn die Handlung auch ihm gegenüber widerrechtlich wäre, das heißt, wenn sie eine Norm verletzte, die sein Interesse zu schützen (...) bestimmt ist. In diesem Falle ist der Beschädigte aber, da sich der Angriff gegen sein normgeschütztes Interesse richtet, als unmittelbar Geschädigter anzusehen. Wenn sich der Angriff gegen eine bestimmte Person in der Absicht richtet, durch deren Schädigung eine dritte Person zu schädigen, wenn also der erste Angriff nur das Mittel ist, um das normgeschützte Interesse des Dritten zu verletzen, so liegt ein Angriff auch dieses Interesses vor, dessen Schädigung ersatzpflichtig macht, weil der Dritte hier der unmittelbar Beschädigte ist. Auf dieser Erwägung beruht auch die Entscheidung in dem von der Revision herangezogenen Fall (SZ VI/180). Hat jedoch der gegen eine bestimmte Person gerichtete Angriff nicht bloß die Wirkung, daß diese Person beschädigt wird, sondern auch die Seitenwirkung, daß sie die ihr gegen einen Dritten obliegende Vertragspflicht nicht erfüllen kann, so hat der Gläubiger dieser Person im allgemeinen kein normgeschütztes Interesse, daß ein Dritter eine Einwirkung auf den Schuldner unterlasse, welche die Erfüllung des Vertrages vereitelt (...). Infolgedessen besteht auch kein Anspruch auf Ersatz des Ausfalles, der dadurch entstand, daß infolge der Einwirkung auf den Schuldner dessen Leistung unmöglich wurde. Mit dieser Auffassung stimmt die Entstehungsgeschichte des § 1327 ABGB überein. Im Entwurf Martinis (§ 39, III, 13) war der Bestimmung über den Ersatzanspruch der Witwe und der Kinder des Getöteten der Satz angefügt: »Dies ist ebenfalls von anderen Personen zu verstehen, die aus solchem Erfolg, das heißt aus der Tötung eines Menschen, Verlust erleiden«. Dieser Satz, der im Sinn einer Haftung für den mittelbar herbeigeführten Schaden gedeutet werden könnte, ist bei der späteren Beratung des Gesetzes ausgeschaltet worden. Obgleich der spätere Entwurf diesen Satz nicht mehr enthielt, hat sich der Referent Zeiller gegen eine zu unbestimmte Fassung des Ersatzanspruchs der Frau und der Kinder ausgesprochen, da eine solche auch auf den Gläubiger bezogen werden könnte, was nicht beabsichtigt sei (Ofner, Protokolle II, 194). Der Kommissionsbericht zur III. Teilnovelle der Allgemeinen Bürgerlichen Gesetzbuches hebt ausdrücklich hervor (S. 276), daß dem Gläubiger eines Getöteten selbst dann, wenn die Befriedigung seines Anspruches durch die Tötung gefährdet wird, ein Ersatzanspruch nicht gegeben werden soll. Dieser Ablehnung eines Ersatzanspruches für mittelbaren Schaden hat sich auch die Judikatur angeschlossen. (...)" Trib. féd., 19. 12. 1940, dans: BGE 66 II, p. 206 s., en particulier pp. 220-221Un avocat avait trouvé la mort lors d'un accident. Sa fiancée (la demanderesse) assigna alors l'assurance de la personne responsable de l'accident (le défendeur) en réparation du dommage matériel subi. Les juges du fond donnèrent suite à sa demande et condamnèrent le défendeur à verser une somme de 67.280 francs à la fiancée. Le défendeur refusa de payer une somme supérieure à 10.000 francs et formula un recours à l'encontre de cette décision. Le Tribunal fédéral constata en premier lieu que la somme de 67.280 francs représentait environ 25% du revenu que le défunt aurait consacrée à sa famille ce qui correspondait aux normes communément admises par le Tribunal fédéral en cas de décès d’un époux. Cependant, en l'occurrence, le tribunal décida que ce montant fixé par les juges du fond devait être réduit. Contrairement à un mariage, les fiançailles créaient seulement une présomption qu'elles seront suivies d'un mariage. Ainsi elles comportaient toujours un élément d'incertitude concernant le futur soutien attendu, ce qui justifiait pour apprécier le dommage de ne pas assimiler une fiancée qui perd un futur époux à la femme qui perd son mari. En outre elle estima que la demanderesse pouvait dès lors exercer une activité lucrative, ce qui justifiait de ramener l'indemnité à 20.000 francs.  "(...) En fixant au 25 % la part de ce revenu que Troillet aurait consacrée à sa femme, le Tribunal cantonal est resté légèrement en dessous des normes communément admises par le Tribunal fédéral même si l’on tient compte de la survenance probable d’enfants. Néanmoins, l’indemnité qui serait calculée sur la base d’un pour-cent supérieur devrait de toute façon être notablement réduite, en raison de diverses circonstances que les premiers juges n’ont pas prises en considération. Si les fiançailles créent une présomption qu’elles seront suivies de mariage (BGE 44 II 67) et permettent dès lors de voir dans le fiancé un futur soutien, il n’en reste pas moins qu’elles comportent toujours un élément d’incertitude; on ne peut assimiler, pour apprécier le dommage visé par l’art. 45 al. 3 CO, la fiancée qui perd un futur époux à la femme qui perd son mari. Il convient en l’espèce d’être d’autant plus réservé que, depuis des années, les fiançailles n’avaient pas conduit au mariage. Celui-ci aurait été remis en raison de la mort d’un frère de la demanderesse; mais le décès remonte à mai 1934. Le retard peut être dû à la santé de Dlle Défago ou encore à une certaine froideur de sa part, dont témoignent les lettres qu’elle a elle-même produites en procédure. Quoi qu’il en soit, on ne peut affirmer avec certitude que le mariage aurait enfin eu lieu en 1936. D’autre part, l’indemnité doit compenser les avantages matériels que le mariage aurait procurés à la demanderesse, et pour les calculer, il faut aussi tenir compte de ce qu’elle retrouve ou de ce qu’elle conserve. Mariée, elle se serait entièrement consacrée à son ménage ; demeurée seule, elle peut affecter ses forces à une activité lucrative. De fait, Dlle Défago aide sa sœur, propriétaire d’un hôtel à Morgins, et reçoit, outre son entretien, un pourcentage sur les notes des clients. Sa vie, comme femme de l’avocat Troillet, aurait été plus large, mais il ne serait pas juste de l’indemniser comme si, par suite du décès de son fiancé, elle était désormais dénuée de toutes ressources. Enfin le Tribunal cantonal pense que la demanderesse ne manquera pas d’occasions de se marier. Pour tous ces motifs, il convient de ramener à 20 000 fr. l’indemnité pour perte de soutien. (...)"  Trib. féd., 31. 5. 1988, dans: BGE 114, II, no. 23, p. 145 s., en particulier pp. 146-149Le défendeur avait causé un accident de la circulation en état d'ivresse entraînant la mort d'une motocycliste. Le concubin de cette dernière demanda réparation du préjudice matériel et moral subi. Le Tribunal fédéral donna suite à ses deux demandes estimant qu' afin de déterminer si une personne avait subi un dommage par la perte d'aliments, il suffisait de démontrer que des aliments avaient été apportés dans le passé et qu'ils aient également été probables pour l'avenir. "(...) Nach der Rechtsprechung des Bundesgerichts, die sich insbesondere auf den Wortlaut von Art. 45 Abs. 3 OR abstützt, ist eine gesetzliche Unterstützungspflicht nicht Voraussetzung der Versorgereigenschaft. Entscheidend ist vielmehr, dass tatsächlich Versorgungsleistungen erbracht worden sind und mit grosser Wahrscheinlichkeit in Zukunft erbracht worden wären (...) Dem angefochtenen Urteil wäre (...) auch dann zuzustimmen, wenn nicht von einem Verlöbnis auszugehen wäre. Die Frage, ob Konkubinatspartner grundsätzlich einen Anspruch auf Ersatz des Versorgerschadens geltend machen können, wird in der neueren Literatur überwiegend bejaht. (...). Das Obergericht fordert (...) als weitere Voraussetzung einen eheähnlichen und dauerhaften Charakter des Konkubinatsverhältnisses. Damit sollen einerseits Konkubinatsverhältnisse ausgeschlossen werden, bei welchen es als nicht wahrscheinlich erscheint, dass sich die Konkubinatspartner auch in Zukunft unterstützt hätten. Andererseits soll ein Konkubinatspartner dann keinen Anspruch auf Entschädigung (...) erheben können, wenn das Verhältnis rechtswidrig war oder die Versorgungsleistungen aus unmoralischen Gründen erfolgten (...). Ob letztere Einschränkung gerechtfertigt ist, braucht hier nicht entschieden zu werden (...). Der Vergleich mit der ehelichen Treue- und Beistandspflicht tritt hier in den Hintergrund; ausschlaggebend ist vielmehr die rein tatsächliche Frage, ob sich die Konkubinatspartner während der Dauer der Lebensgemeinschaft unterstützt haben und auch in Zukunft mit grosser Wahrscheinlichkeit unterstützt hätten. (...) Die Vorinstanz hat sich nicht zur Frage geäussert, ob (der Kläger) grundsätzlich einen Genugtuungsanspruch wegen des Todes (...) geltend machen könne (...). Wie bereits dargelegt, waren (...) (der Kläger und die Getötete) im Zeitpunkt ihres Todes verlobt. Verlobte werden aber nach der Rechtsprechung des Bundesgerichts und der Lehre als Angehörige im Sinne von Art. 47 OR betrachtet. (...) Die in der Literatur umstrittene Frage, ob auch ein Konkubinatsverhältnis Grundlage eines Genugtuungsanspruchs bilden könne, braucht deshalb nicht entschieden zu werden. (...)" Cass. civ. ch. mixte, 27. 2. 1970, dans: Dalloz 1970, Jurisprudence, p. 201, aussi dans: JCP 1971, I, no. 2390Le défendeur avait été jugé responsable de la mort du concubin de la demanderesse causé lors d'un accident de la circulation. La demanderesse l'assigna alors en réparation du préjudice subi. Les juges du fond donnèrent suite à sa demande retenant que le concubinage offrait des garanties de stabilité et ne présentait pas de caractère délictueux. La Cour d'Appel par contre la débouta estimant que le concubinage ne créait pas de droits, ni entre les concubins ni vis-à-vis de tiers. La Cour de cassation cassa la décision de la Cour d'Appel en raison de la violation de l'art 1382 C. civ.. "(...) LA COUR: - Sur le moyen unique: - Vu l’art. 1382 c. civ.;- Attendu que ce texte ordonnant que l’auteur de tout fait ayant causé un dommage à autrui sera tenu de le réparer, n’exige pas, en cas de décès, l’existence d’un lien de droit entre le défunt et le demandeur en indemnisation;- Attendu que l’arrêt attaqué, statuant sur la demande de la dame Gaudras en réparation du préjudice résultant pour elle de la mort de son concubin Paillette, tué dans un accident de la circulation dont Dangereux avait été jugé responsable, a infirmé le jugement de première instance qui avait fait droit à cette demande en retenant que ce concubinage offrait des garanties de stabilité et ne présentait pas de caractère délictueux, et a débouté ladite dame Gaudras de son action, au seul motif que le concubinage ne crée pas de droit entre les concubins ni à leur profit vis-à-vis des tiers; qu’en subordonnant ainsi l’application de l’art. 1382 à une condition qu’il ne contient pas, la Cour d’Appel a violé le texte susvisé; Par ces motifs casse. (...)"  R. Combaldieu, note, dans: Dalloz 1970, Jurisprudence, pp. 201-202"(...) Enfin voici la solution tant désirée par les juristes, les praticiens, les sociologues, voire les simples observateurs: la Cour de Cassation, fidèle a sa mission, vient d’unifier sa jurisprudence, restée longtemps divisée, relativement aux droits de la concubine, à la suite du décès accidentel de son compagnon. Souligner la portée pratique considérable de cet arrêt semble bien inutile, comme semble inutile également le rappel des deux thèses apparemment irréductibles qui s’affrontaient dans tous nos prétoires à quelque niveau que l’on se plaçât. Au sein de la Cour de Cassation elle-même, un profonde divergence de vues - une des plus graves qu’elle ait connue - s’était fait jour entre la jurisprudence de la deuxième chambre civile, appelée à juger les affaires de responsabilité civile et celle de la chambre criminelle, appelée, quant à elle, à statuer sur les demandes d’indemnisation formées par voie de constitution de parties civiles par les victimes d’infractions. Alors que la concubine se voyait inexorablement repoussée par la première, elle se voyait, au contraire - sous réserve de certains restrictions - accueillie par la seconde. De telle sorte que c’était, en définitive, de la nature - civile ou répressive - de la juridiction saisie que dépendait l’issue du procès. Plaideurs et praticiens comprenaient mal un résultat aussi déroutant, qui était déterminé essentiellement par une manœuvre d’aiguillage. (...)"  Tribunal de Grande Instance de Belfort, chambre correctionnelle, 25. 7. 1995, dans: JCP 1996, II, no. 22724.La concubine de la demanderesse avait été tué lors d'un accident causé par le défendeur. Le Tribunal de grande instance donna suite à sa demande en réparation du préjudice matériel subi. Elle précisa que l'art. 1382 C. civ. n'exigeait pas l'existence d'un lien de droit entre le défunt et le demandeur et estima que si la communauté de vie entre les deux femmes avait duré depuis 20 ans elle avait forcément fait naître une communauté économique qui s'était vue diminuée par le décès. Le Tribunal de grande instance en déduit que la demanderesse avait subi un dommage pécuniaire et donna suite à la demande. "(...) L’art. 1382 du Code civil ordonne que l’auteur de tout fait ayant causé un dommage à autrui sera tenu de le réparer. Il n’exige pas, en cas de décès, l’existence d’un lien de droit entre le défunt et le demandeur en indemnisation. Il résulte en l’espèce des éléments du dossier que Marie-Catherine G. et Annie M. étaient liées par des relations amoureuses, qu’elles cohabitaient depuis environ 20 ans et quelles menaient une vie totalement commune au point d’avoir, en 1983, acheté leur immeuble d’habitation en commun. Par ailleurs, Marie-Catherine G. avait, par testament, institué Annie M. légataire universelle de tous ses biens. La rupture brutale d’une union aussi stable, sérieuse et fidèle n’a pu qu’entraîner pour Annie M. une importante souffrance morale. Il convient de lui allouer une somme de 80 000.00 F en réparation du préjudice moral subi. Par ailleurs la totale communauté de vie ayant existé, entre Mmes G. et M. avait nécessairement entraîné une communauté économique constituée des revenus presque équivalente perçus par chacune d’elles. Cette communauté s’est vue, à la suite du décès de Mme G., diminuée des traitements de cette dernière. Annie M. a ainsi subi, du fait du décès de Mme G., un dommage pécuniaire dont elle peut prétendre indemnisation. (...)" Cassazione civ., 28. 3. 1994, no. 2988, dans: Giust. civ. 1994, I, pp. 1849-1852Le concubin de la demanderesse avait été tué lors d’un accident de voiture, qui avait été causé par la faute du défendeur. La demanderesse avait réclamé la réparation du dommage causé par la mort de son concubin. La Cour de cassation italienne accorda à la demanderesse le droit d’être indemnisée, le vaste domaine défini par la norme légale autorisant à en faire découler un droit pour indemniser un dommage subi par des personnes, ayant une relation familiale ou telle avec le défunt. "(...) Tanto l’art. 2043 it. Cod. cic. che l’art. 2059 it. Cod. civ. attribuiscono il diritto al risarcimento a chiunque abbia sofferto un danno a causa dell’altrui fatto ingiusto, sempre che sussista un rapporto diretto fra il danno ed il fatto lesivo. L’ampiezza della formula legislativa consente di ricomprendere nell’ambito dell’obbligazione risarcitoria sia il danno subito dal soggetto verso cui è stato diretto il fatto ingiusto, sia quello che abbiano risentito, in modo ugualmente immediato e diretto, sotto forma di deminutio patrimoni o di danno morale, eventuali altri soggetti, per i rapporti che li legano a quello immediatamente e direttamente leso, siano tali rapporti di natura familiare o parafamiliare. (...) Una diversa considerazione ed un discorso più ampio impone, invece, il danno patrimoniale, la cui esistenza non discende, ipso iure, dalla morte del convivente (come dalla morte del coniuge), e che non può farsi coincidere con la sopravvenuta mancanza di elargizioni meramente episodiche o graziose, né con una mera ed eventuale aspettativa. E’ opportuno rilevare che anche nell’ambito della famiglia entrambi i coniugi sono ormai tenuti a contribuire ai bisogni in relazione alle proprie sostanze (...) La morte del coniuge non comporta necessariamente un danno patrimoniale, se non nei limiti in cui venga meno il suo contributo patrimoniale al soddisfacimento dei bisogni del coniuge superstite (o dei figli). Il medesimo ragionamento vale, ovviamente, nell’ambito della famiglia di fatto, o della convivenza more uxorio, in cui spetta al convivente che afferma di aver subito un danno patrimoniale in dipendenza della morte dell’altro, dare la prova del contributo patrimoniale e personale apportatole in vita, con carattere di stabilità, dal convivente che è venuto a mancare. (...)"

4. La réparation du préjudice du créancier causé par la perte de son débiteur

BGH, 19. 6. 1952, dans: BGHZ 7, p. 30 s., en particulier pp. 33-36Quelques employés de la demanderesse avaient eu un accident causé par la faute de la défenderesse et avaient été pendant un temps assez long dans l’incapacité de travailler. Pendant cette période, la demanderesse avait continué à payer le salaire de ses employés. Par sa plainte, elle avait demandé d’être indemnisée pour cette somme, ainsi que pour ses propres frais d’administration et autres et cela aussi en son nom personnel. Elle avait fondé sa demande sur le fait que la défenderesse avait manqué à son obligation d’assurer la sécurité des lieux en prenant des mesures insuffisantes. Le tribunal régionale supérieur de Berlin avait donné droit à la demande, mais la Cour suprême fédérale allemande annula cette décision. "(...) Das Kammergericht hat einen Schadensersatzanspruch der Klägerin gegen die Beklagte wegen des Unfalles der Wachpolizisten aus eigenem Recht, der jedenfalls allein als Stütze für den beanspruchten Ersatz der miteingeklagten eigenen Verwaltungs- und Portokosten und des Arbeitgeberanteils zur Sozialversicherung dienen könnte, überhaupt verneint, weil es einen solchen eigenen Schadensersatzanspruch der Klägerin als mittelbar Geschädigter auf Grund unerlaubter Handlung nach dem Gesetz nicht für gegeben hält. Demgegenüber meint die Revision, es liege nahe, aus den Bestimmungen der §§ 616 Abs. 2, 255 BGB ein unmittelbares Recht der Klägerin herzuleiten. Dann würde, entgegen der Ansicht des Berufungsgerichts, das Gesetz nicht nur in §§ 844, 845 dem mittelbar Geschädigten einen Anspruch gegen den Schädiger einräumen, sondern auch in den vorliegenden Fällen. Das wäre keine analoge Anwendung von § 845 BGB, sondern eine zwangsläufige Folgerung aus §§ 616 Abs. 2, 255 BGB. Die Revision selbst redet einer entsprechenden Anwendung des § 845 BGB in den vorliegenden Fällen nicht das Wort und sieht die Fälle der §§ 844, 845 BGB offenbar auch als Ausnahmeregelung für einen grundsätzlich nicht gegebenen Schadensersatzanspruch der mittelbar Geschädigten an. Von dieser Rechtsregel des Schadensersatzrechtes ist das Berufungsgericht ausgegangen, daß grundsätzlich nur der durch eine unerlaubte Handlung unmittelbar Geschädigte und nicht auch ein mittelbar Geschädigter Ansprüche auf Schadensersatz geltend machen kann, wovon der Gesetzgeber bloß in den Fällen der §§ 844, 845 BGB Ausnahmen zugelassen hat in bewußter Abgrenzung dieser ausnahmsweisen Ersatzberechtigung des mittelbar Geschädigten. Diese Auffassung der gesetzlich gewollten und bestimmten Einschränkung der Schadensersatzpflicht hinsichtlich des geschädigten Personenkreises entspricht ständiger Rechtsprechung des Reichsgerichtes (RGZ 61, 293 [295]; 64, 344; 80, 48 [50]; 82, 189 ff., wobei S. 190 auch die Entstehungsgeschichte des Gesetzes zitiert wird; 92, 401 [404]; 97, 87; 126, 253; in RGZ 133, 270 ist der Grundsatz, daß allein der unmittelbar Geschädigte einen Ersatzanspruch hat, nur scheinbar verlassen). Der eigentliche Grund für diese Haftungsbegrenzung hinsichtlich der Person des mittelbar Geschädigten liegt darin, daß durch die unerlaubte Handlung nicht in seine nach § 823 ff. BGB geschützten Rechtsgüter eingegriffen, vielmehr der mittelbar Geschädigte nur an seinem Vermögen beschädigt wird (vgl. RGZ 64, 345). Dieser Grund könnte nur dann entfallen, wenn für die Haftung aus unerlaubter Handlung gesetzlich ein allgemeiner Haftungstatbestand bestünde, wie dies nach Art. 1382 Code civil der Fall, dem deutschen Recht aber fremd ist, worauf auch Esser zutreffend hinweist (Schuldrecht 1949 S. 486). Eine entsprechende Anwendung des § 845 BGB, dessen unmittelbare Anwendung eine Verpflichtung zur Dienstleistung kraft Gesetzes voraussetzt, sich also nicht wie hier auf Dienstleistungen aus Arbeitsvertrag bezieht, auf den Fall einer vertragsmäßigen Dienstleistung verbietet sich deshalb gleichfalls. Mit Recht hat bereits das Kammergericht weiter betont, daß eine derartige Ausnahmebestimmung keine Ausweitung zulasse. Etwas anderes ist es, wenn das Reichsgericht bei den auf der Grundlage der §§ 670, 683 BGB erhobenen Ansprüchen der Hinterbliebenen des bei einer Lebensrettung tödlich Verunglückten eine Ergänzung dieser Bestimmungen durch entsprechende Anwendung der für das Recht der unerlaubten Handlungen geltenden §§ 844, 845 BGB vorgenommen hat, weil in einem solchen Falle der Ersatzanspruch sinngemäß denjenigen zustehen müsse, die zwar nicht selbst Geschäftsführer waren, aber von dessen Opfer unmittelbar betroffen sind (RGZ 167, 85 [89]). Das Reichsgericht hebt auch dort gleichfalls hervor, daß der Kreis dieser Personen in den §§ 844, 845 BGB sachgemäß abgegrenzt sei, und verharrt bei der Anerkennung dieser Regelung. Wie aber die Revision an Stelle einer analogen Anwendung von § 845 BGB neben den bestehenden Ausnahmebestimmungen der §§ 844, 845 BGB eine zwangsläufige Folgerung zur Annahme eines unmittelbaren Rechts der Klägerin aus den Bestimmungen der §§ 616 Abs. 2, 255 BGB herleiten will, ist nicht einzusehen. In jedem Falle könnte es sich bei einer solchen Vorteilsausgleichung doch nur um abzutretende Ansprüche des Ersatzberechtigten und nicht um Ansprüche der Klägerin kraft eigenen Rechts handeln. Die Revision versucht weiter, die Klägerin als unmittelbar Geschädigte hinzustellen unter Hinweis auf das angeblich auch durch § 823 BGB geschützte Rechtsverhältnis zwischen Betrieb und Angestellten. In diesem Zusammenhang führt sie aus, den rechtlichen und wirtschaftlichen Beziehungen zwischen Angestellten und Unternehmern müsse Rechnung getragen werden. RGZ 135, 242 erkenne den eingerichteten und ausgeübten Gewerbebetrieb als »sonstiges Recht« im Sinne von § 823 BGB an. Wenn RGZ 111, 298 darunter nicht das Recht verstanden wissen wolle, das nur obligatorischer Natur sei, so brauche damit nicht das Rechtsverhältnis zwischen Betrieb und Angestellten vom Schutz des § 823 BGB ausgeschlossen zu sein. Die Rechtsentwicklung gehe dahin, beide Beziehungen immer enger zu gestalten, so daß die Annahme eines rein obligatorischen Verhältnisses der Sachlage überhaupt nicht gerecht werde. Im Verfolg dieser Ansicht sei aber die Klägerin unmittelbar durch den Ausfall der Verletzten geschädigt. Zusätzlich bezieht sich die Klägerin ferner auf ein von ihr in der Revisionsinstanz überreichtes Rechtsgutachten von Prof. Dr. Dersch, in welchem zu dieser Frage u. a. dargelegt ist, »daß das Reichsgericht rechtsschöpferisch für die Schadensersatzfrage bei der unerlaubten Handlung, bei der zugleich auch die Verneinung von Forderungs- und nicht absoluten Vermögensrechten einen wesentlichen Grund für die Ablehnung des § 823 Abs. 1 BGB gebildet habe, eine sehr erhebliche Weiterentwicklung gerade im Zusammenhang mit dem Arbeitsrecht vollzogen habe«. Habe es doch in ständiger Rechtsprechung den eingerichteten Gewerbebetrieb als absolutes Recht im Sinne des § 823 Abs. 1 BGB neu und rechtsschöpferisch anerkannt und damit den Weg gewiesen, auf dem eine gesunde Rechtsentwicklung hier unbedenklich fortschreiten könne. Dazu komme, daß in wachsendem Maße im Arbeitsrecht der Betrieb, wenn auch nicht generell als eine juristisch selbständige Einheit, so doch in vielen Beziehungen als ein eigener Organismus wirtschaftlich wie auch rechtlich angesehen werde. Nach diesen Entwicklungsanfängen werde es kaum noch schwer fallen, aber auch unvermeidbar sein, in dem hier in Frage stehenden Zusammenhang den Eingriff in den Betrieb, wozu ohne weiteres auch jede Verwaltung rechne, als Eingriff in einen absoluten Rechtskreis im Sinne des § 823 Abs. 1 BGB anzusehen. Es handle sich also dann nicht etwa mehr um eine nur mittelbare Schädigung, sondern um unmittelbare Verletzung eines absoluten, nicht nur obligatorischen Rechtes im Sinne des § 823 Abs. 1 BGB. Damit verbinde sich noch die weitere Erwägung, daß mindestens im Rahmen des § 616 Abs. 2 BGB ein Eingriff in die körperliche Unversehrtheit eines Angestellten zugleich einen vom Gesetz selbst, nämlich im § 616 Abs. 2 BGB, beachteten Eingriff in die Rechtssphäre des Arbeitgebers bedeute. Auch dieser Rechtfertigungsversuch für die Annahme eines Schadensersatzanspruches der Klägerin aus eigenem unmittelbarem Recht vermag nicht zum Ziele zu führen. Dieser Versuch läuft auf eine Umgestaltung der gesetzlichen Haftungsgrundlagen des Rechts der unerlaubten Handlungen an Stelle des vom deutschen Gesetzgeber angenommenen Systems der spezialisierten Haftungstatbestände hinaus. Rechtsentwicklungsmäßig soll jeder Eingriff in den arbeitsrechtlichen Betrieb einen Haftungstatbestand nach § 823 Abs. 1 BGB darstellen. Damit wären die Grundlagen unseres deliktischen Schadensersatzrechts verlassen und eine umstürzende Entwicklung gegen das Gesetz ohne zwingende Gründe eingeleitet, zu welcher richterliche Rechtssschöpfung nicht berufen wäre. (...)"  Cour d’Appel Lyon, 26. 1. 1956, dans: Dalloz 1958, Jurisprudence, p. 253 s.Un ténor célèbre avait été blessé lors d’un accident de voiture, causé par la faute du demandeur, quelques jours avant le réenregistrement prévu d’une opérette. A la suite de quoi il n’avait pas pu honorer à ses obligations envers l’organisateur-demandeur. Celui-ci avait été obligé d’engager un artiste moins connu, ce qui avait entraîné une perte d’argent considérable. Pour cette raison, il avait intenté une action en dommages-intétrêts en invoquant l’art. 1382 Code civil. Sa demande avait d’abord été rejetée avec la motivation qu’il n’y avait pas de lien de causalité entre l’accident et le dommage subi. La Cour d’Appel de Lyon par contre avait donné droit à la demande, avec la motivation que non seulement le premier dommage d’un enchaînement de causes, mais aussi tous les dommages qui suivent, tant qu’ils sont la conséquence sûre et nécessaire de l’acte délictueux, doivent être réparés ; un lien de causalité n’existant pas seulement entre l’incident et les dommages subis par la victime qui est atteinte directement, mais aussi envers ceux qui sont liés par contrat ou par la loi avec la victime dans une communauté d’intérêts et qui subissent pour cette raison un dommage. Même si l’organisateur supporte un certain risque, il peut demander des dommages-intérêts, dès que ce risque est aggravé par l’incident dommageable. "(...) A l’égard de Demeyère: - Attendu qu’aux termes de l’art. 1382 Code civil l’auteur d’un délit ou d’un quasi-délit est tenu envers toute personne de réparer le dommage causé; que cette obligation existe non seulement envers celui qui a souffert directement du fait illicite, mais encore envers tous ceux qui en ont éprouvé un préjudice à raison de la solidarité d’intérêts qui les liait conventionnellement ou légalement à la victime; que Demeyère ne pouvait donc dégager sa responsabilité qu’en démontrant l’absence de lien de causalité entre son fait et le dommage, qu’il ne lui suffit pas de prétendre que le manque à gagner dont se plaint Camerlo ne constitue qu’un préjudice indirect, né à l’occasion et non par le fait même de l’accident;- Attendu que du contrat entre Dassary et Camerlo découle l’élément de causalité entre l’accident et le préjudice de répercussion; que Camerlo, privé du concours de Dassary par la faute de Demeyère, est donc recevable à lui demander compte de la non-exécution du contrat, dont il est responsable autant que de la privation des cachets dont Dassary a été indemnisé; qu’au surplus la faute de Demeyère étant reconnue comme la cause étrangère qui exonère Dassary, la relation de cause à effet entre cette faute et le dommage consécutif à la non-exécution du contrat se trouve nécessairement établie;- Attendu que l’intimé, invoquant l’opinion des magistrats belges à propos de la constitution de partie civile du directeur du théâtre d’Angers placé dans la même situation que Camerlo pour des représentations organisées dans cette ville du 17 au 25 oct. 1953 avec la participation d’André Dassary, soutient encore que le préjudice litigieux ne serait pas la conséquence inévitable de l’accident, au motif que la notoriété d’une vedette ne constitue pas la garantie assurée du rendement bénéficiaire d’un spectacle; qu’un tel résultat est soumis à des aléas aussi nombreux que variés; que l’échec peut être attribué aussi bien par exemple à la qualité de l’œuvre artistique, la concomitance d’autres spectacles, le caprice du public, qu’à l’absence de la vedette;- Mais attendu que si bien l’entrepreneur de spectacles court un risque, il suffit que ce risque soit aggravé pour donner lieu à réparation; - Or attendu qu’incontestablement le succès d’une opérette nouvelle telle que Chanson Gitane dépend beaucoup moins du livret et de la partition que de la vedette qui la soutient à grand renfort de publicité, comme le prouverait, s’il en était besoin, la stipulation du contrat d’engagement litigieux précisant »que le nom de M. André Dassary sera seul au-dessus du titre et en caractère trois fois plus gros que celui de l’artiste le plus favorisé«;- Attendu, en fait, que la comptabilité de l’Opéra, produite par Camerlo, fait apparaître entre les recettes obtenues en 1952 avec Dassary dans Chanson Gitane et celles encaissées en 1953 sans Dassary pour un nombre de représentations sensiblement équivalent, une différence de l’ordre de 3 300 000 F; qu’un tel chiffre serait de nature à convaincre l’artiste de sa propre valeur; qu’il traduit en tous cas un préjudice certain pour l’appelant;- Attendu toutefois que dans l’appréciation du dommage et de sa réparation il n’est pas possible de méconnaître l’incidence possible sur l’échec relatif de Chanson Gitane, des aléas auxquels il a été fait ci-dessus allusion, voire même la question de savoir si, comme l’assure Demeyère, le spectacle en cause n’avait pas déjà atteint dans le public lyonnais en 1953 le point de saturation critique qui le vouait à l’oubli; que dans ces conditions délicates de jugement, la cour estime équitable de s’inspirer des stipulations figurant dans la clause de dédite prévue au contrat d’engagement en cas d’annulation de l’acte pour tous autres motifs que ceux entraînant résiliation pure et simple, et ainsi de fixer à 800 000 F le montant de l’indemnité que Demeyère devra verser à Camerlo;Par ces motifs, reçoit Camerlo en son appel, (...)"  Cass. civ. 2ème, 14. 11. 1958, dans: Gaz. Pal. 1959, I, pp. 31-32"(..) - Sur le moyen unique: Vu l’art. 1382 C. civ.; Attendu que ledit article n’est applicable qu’en cas de faute ayant causé un préjudice;Attendu qu’il ressort de l’arrêt attaqué que le ténor Dassary avait été engagé par Camerlo, directeur de l’Opéra de Lyon, pour tenir un rôle de son emploi, au cours d’une série de représentations de l’opérette Chanson Gitane dont la 1re devait avoir lieu le 19 novembre 1953; que, le 9 octobre 1953, Dassary fut victime d’un accident de circulation, dont Demeyer fut déclaré responsable; que Dassary, n’étant pas rétabli de ses blessures, a dû renoncer à paraître sur la scène du théâtre lyonnais; que, l’année précédente, l’œuvre lyrique précitée avait déjà été donnée avec le concours du même chanteur; que les recettes produites par la représentation de cette œuvre furent très inférieures en 1953 à ce qu’elles avaient été en 1952; que Camerlo, attribuant cette différence à l’absence de Dassary, qui dut être remplacé par un artiste moins renommé, en réclama le montant à Demeyer;Attendu que la Cour d’Appel a partiellement fait droit à cette demande;Attendu que, tout en reconnaissant que Dassary fut empêché de tenir ses engagements par suite de l’accident dont il avait été victime, la Cour n’en observe pas moins que l’échec d’une œuvre théâtrale est un risque inhérent à la profession d’entrepreneur de spectacles et peut dépendre de multiples circonstances ou incidents autres que la défaillance d’un interprète de talent;Attendu que de ces constatations et énonciations hypothétiques, la Cour d’Appel n’a pu déduire la preuve d’un préjudice certain;Par ces motifs; - Casse."  H. Mazeaud, note, dans: Rev. trim. civ. 1959, pp. 92-93 "(...) Il est parfois difficile de délimiter le champ d’application respectif des deux règles: non réparation du préjudice éventuel, réparation de la perte d’une chance. Le critère est le suivant. On refusera la réparation en raison du caractère éventuel, hypothétique, du dommage, lorsque, sans qu’il soit certain actuellement que le dommage se réalisera, cette réalisation demeure possible. C’est au contraire la règle relative à la perte d’une chance qui jouera lorsque la situation actuelle est définitive, aucun événement futur n’étant susceptible de la modifier; par exemple mon avoué a laissé passer les délais pour interjeter appel d’un jugement rendu contre moi; il n’y a plus rien à attendre de l’avenir. La Chambre civile, 2e section civile, de la Cour de Cassation, le 14 novembre 1958 (Gaz. Pal. 1959. 1. 9 janv.), ne paraît pas avoir opéré très exactement la distinction. Un ténor, engagé par l’Opéra de Lyon pour jouer une opérette, est victime d’un accident qui le met dans l’impossibilité de tenir son rôle. Le directeur du théâtre réclame à l’auteur du dommage réparation du préjudice qu’il prétend avoir subi du fait qu’il a été obligé de remplacer l’acteur. La cour de Lyon accorde des dommages-intérêts, que le tribunal de Lyon avait refusés (Lyon 26 janvier 1956, cette Revue 1958, p. 405, n° 23). Le tribunal estimait que le préjudice subi par le théâtre était indirect; la cour voit au contraire dans l’accident la cause directe de ce dommage. Mais la cour ajoute que, s’il est établi que les recettes réalisées sans l’acteur ont été inférieures à celles produites par les représentations précédentes, où l’acteur figurait, »l’échec d’une œuvre théâtrale peut dépendre de multiples circonstances ou incidents autres que la défaillance d’un interprète de talent«. (...) Cassation sévère. Le préjudice dont se prévaut le directeur de théâtre n’est pas un préjudice éventuel, hypothétique: la situation est définitivement fixée; rien ne pourra la modifier dans l’avenir; il ne s’agit pas d’un préjudice qui demeure susceptible de se produire; les représentations ont eu lieu sans le ténor; les recettes ont été perçues; elles ne changeront pas. La question n’était donc pas de savoir si le préjudice invoqué était hypothétique, mais si l’accident avait privé le théâtre d’une chance de réaliser des recettes importantes. Il s’agissait, pour répondre, de comparer la »cote« du ténor accidenté à celle de son remplaçant; si cette cote était supérieure, il fallait allouer réparation au directeur de théâtre pour perte d’une chance, réparation qui d’ailleurs ne devait pas être nécessairement égale à la différence entre les recettes réalisées avec et sans l’acteur, car, comme le relevait la cour de Lyon, d’autres circonstances ont pu intervenir (fait que la pièce avait déjà été jouée, etc.). (...)"  Cour d’Appel Colmar, 20. 4. 1955, dans: Dalloz 1956, Jurisprudence, p. 723Le footballeur professionnel Kemp avait été tué à la suite d’un accident de voiture causé par le défendeur. Le club de football de Metz (FCM), chez lequel Kemp avait été sous contrat, avait intenté une action en dommages-intérêts les dommages causés par la mort du joueur. La première instance avait rejeté la demande, parce qu’il n’existerait pas de lien de causalité directe entre la perte du joueur et le dommage du demandeur. La Cour d’Appel annula cette décision. Comme Kemp avait été un footballeur célèbre, il n’y avait donc aucune raison qui laisse supposer qu’il aurait interrompu sa carrière ou résilié son contrat sans un échange chez un autre club. A la suite de l’accident mortel, il était devenu impossible au demandeur d’obtenir une indemnité de transfert, laquelle est régulièrement payé lors du transfert d’un joueur à un autre club et laquelle avait aussi été proposée avant la mort de Kemp pour celui-ci. Cela constitue une perte de chance entraînant un préjudice certain que le défendeur doit indemniser dans le cadre de sa responsabilité délictuelle comme dommage direct. "(...) Attendu que pour rejeter la demande de dommages-intérêts du F.C.M. les premiers juges ont estimé qu’aucun lien de causalité entre la perte de son joueur et le préjudice allégué n’était établi; - Attendu, en effet, que le F.C.M. n’a été tenu à aucune prestation aux ayants droit de son employé en raison du contrat de travail liant les parties; - Attendu que le contrat de joueur professionnel du 25 oct. 1945, signé pour la durée de la saison de jeu 1945-1946 par référence expresse aux statuts et règlements de la Ligue de football et de la Fédération française de football, a été renouvelé chaque année jusqu’au décès de Kemp; qu’il est certain qu’à l’expiration de chaque période saisonnière les deux parties pouvaient reprendre leur liberté; - Attendu que le football étant un jeu d’équipe, chaque joueur a un rôle fonctionnel à remplir; que la cohésion du travail en équipe exige une longue mise au point par un entraînement régulier et progressif des joueurs sous l’égide d’entraîneurs appointés par le club; que la pratique de ce sport, nécessitant des terrains de jeu, du matériel et du personnel, le financement de ces dépenses, notamment celles de fonctionnement des neuf équipes de joueurs amateurs du F.C.M., est réalisé par les recettes encaissées lors des matchs de l’équipe professionnelle - Attendu que Kemp fut engagé en 1945 comme joueur professionnel par le F.C.M. en raison de sa valeur, de sa notoriété, de sa vigueur physique et de ses qualités techniques déjà affirmées; qu’en 1948, par son entraînement au sein de l’équipe, il en était devenu une vedette; que son jeu d’ailier gauche était facilité par ses dispositions de gaucher naturel; qu’il était ainsi un élément particulièrement efficace de l’équipe, assurant une place difficile de la ligne des avants; - Attendu que sa disparition a occasionné un trouble certain dans l’organisation technique de l’équipe, privée d’un joueur de qualité exceptionnelle; que tous les efforts déployés par le club au point de vue de sa formation et de son entraînement, ainsi que les dépenses y afférentes, se sont perdus avec le décès de ce joueur; que la désorganisation de l’équipe, conséquence directe de la mort de Kemp, est une source de préjudice certain, dont le F.C.M. est en droit de demander réparation; - Attendu qu’en outre, l’équipe professionnelle d’un club de football, en raison de la réglementation stricte de la Fédération nationale relative aux indemnités de transfert qu’un club cessionnaire doit verser au club cédant selon une procédure déterminée aux statuts, représente une valeur patrimoniale; qu’en cédant un de ses joueurs à une autre association, le club encaisse un capital parfois élevé; qu’en engageant de même un joueur professionnel d’une autre équipe, il est obligé de débourser des sommes importantes; que s’il est vrai qu’à la fin de la saison, à l’expiration de son contrat à durée indéterminée, le joueur peut se dégager de son engagement, il n’en demeure pas moins que normalement le joueur professionnel, surtout s’il est arrivé à une place de vedette, sollicite ou bien le renouvellement de son contrat, ou bien son transfert à un autre club; que le décès d’un joueur professionnel à la suite d’un accident, dans l’hypothèse de la prorogation du contrat, prive le club d’un élément technique qu’il entend conserver pour maintenir la valeur de son équipe, et, dans le cas d’un transfert envisagé, de l’encaissement d’une indemnité substantielle; que l’impossibilité de réaliser, par suite du décès du joueur, la perception de l’indemnité de transfert, constitue une perte de chance entraînant également un préjudice certain; Par ces motifs, déclare le Football Club de Metz recevable et bien fondé (...)" R. Savatier, note, dans: Dalloz 1956, Jurisprudence, pp. 724-725"(...) Les problèmes très intéressants que tranche l’arrêt rapporté sont, sur le point essentiel qu’il pose, pour ainsi dire nouveaux en jurisprudence. L’accident mortel dû, totalement ou partiellement, à la faute d’un tiers ouvre-t-il une action en dommages-intérêts à l’employeur qui, par suite du décès de son salarié, éprouve, dans son entreprise, un préjudice? Comment calculer les dommages-intérêts dus à cet employeur? (...) L’espèce ci-dessus, dans laquelle la victime était un joueur professionnel engagé par un club sportif, était construite à merveille pour faire apparaître toutes les difficultés de la matière. Quatre questions, en effet, ont dû trouver leur solution devant la cour de Colmar. D’abord, le problème de principe qui consiste à savoir si l’employeur d’un salarié victime d’accident mortel a qualité pour mettre en jeu, à son profit, la responsabilité résultant de cet accident. (...) I. - Nous ne doutons guère du droit, appartenant à l’employeur de la victime, de se faire indemniser du préjudice que lui cause le décès de celle-ci, lorsque ce préjudice engage la responsabilité d’un tiers. En effet, quand la faute d’une personne empêche une autre personne de remplir l’obligation civile dont elle était tenue, la première doit réparer le préjudice causé soit au créancier, soit au débiteur de la créance, que sa faute a rendue sans valeur (Voir notre Traité de la responsabilité civile, t. 1, n° 191). Si le débiteur, ayant garanti le résultat promis par le contrat, doit indemniser le créancier du non-accomplissement de son obligation, rendue inexécutable par la faute du tiers, c’est lui qui a une action contre le tiers en faute: ainsi de la S.N.C.F. quand elle a dû rembourser le prix de marchandises volées en cours de transport (Crim. 19 juill. 1951, JCP 1951. II. 6438). Même alors, pourtant, le créancier n’a pas seulement une action contractuelle contre le débiteur que la faute d’un tiers a empêché de s’exécuter, il peut aussi agir directement en responsabilité contre ce tiers: ainsi de l’acheteur ou du locataire à qui le vendeur ou le bailleur a livré une chose que la faute d’un tiers avait rendue vicieuse (Req. 10 déc. 1895, D. P. 96. 1. 401; Paris, 13 déc. 1918, D. P. 1921. 2. 103, et les autres exemples donnés à notre Traité précité, t. 1, n° 140). A plus forte raison, lorsque la faute du tiers, en rendant l’exécution de l’obligation impossible, libère par cas fortuit le débiteur de cette obligation, le créancier impayé peut-il se retourner contre le tiers. C’est, par exemple, le cas du déposant dans l’hypothèse où un incendie allumé par un tiers a détruit l’objet confié au dépositaire (Rappr. Civ. 18 mai 1904, S. 1905. 1. 311), du malade lorsque l’injection de sang à lui faite par un médecin a été cause d’une infection, due non au médecin débiteur de soins, mais au tiers fournisseur de sang (V. Civ., 2e sect. civ., 17 déc. 1954, D. 1955, 269, note Rodière; JCP 1955. II. 8490, et notre note). Qu’est à ce type qu’appartient notre espèce. Le salarié victime d’un accident mortel est évidemment libéré, par cas fortuit, de l’obligation de travail contractée par lui envers l’employeur. Mais le tiers dont la faute a rendu impossible l’exécution de cette obligation doit en répondre envers le créancier. Nous nous refusons absolument à considérer le préjudice subi par l’employeur comme indirect. La perte d’une créance par la faute de celui qui en rend le payement impossible n’a rien d’un préjudice indirect. C’est une atteinte directe au patrimoine du créancier, imputable à la faute de l’agent. Cette atteinte n’avait d’ailleurs rien d’imprévisible pour ce dernier. L’auteur d’un dommage mortel doit, en effet, considérer comme normal que la victime ait été au service d’un employeur. Ainsi, le principe même de la réparation due à l’employeur ne nous semble pas douteux. (...)"  Cassazione civ., sez. un., 26. 1. 1971, no. 174, in: Giur. it. 1971, I, 1, colonne 679 s.Le footballeur Luigi Meroni avait était tué lors d’un accident de voiture causé par le défendeur. Le club de football AC Turin, auquel la victime appartenait, avait demandé des dommages-intérêts résultant de la mort de son joueur. Le tribunal de grande instance avait d’abord rejeté la plainte, car les droits de prestation ne tombaient pas sous la protection délictuelle de la loi. La Cour d’appel annula cette décision et fut confirmée pour l’essentiel par la Cour de cassation italienne par la décision présente. "(...) Il rapporto intercorrente tra il giocatore professionista e la società calcistica va inquadrato nello schema del rapporto obbligatorio derivante da un contratto di lavoro subordinato. Nel nostro ordinamento i diritti di credito possono trovare protezione contro la lesione da parte di terzi estranei al rapporto obbligatorio. Il danno causato al creditore dalla morte del debitore è configurabile come consequenza diretta e immediata dell’evento che ha causato la morte solo se, trattandosi di obbligazioni di fare, vi è insostituibilità della persona del debitore, nel senso che non sia possibile al creditore procurarsi, se non a condizioni più onerose, prestazioni eguali o equipollenti. (...) Chi con il suo fatto doloso o colposo cagiona la morte del debitore altrui è obbligato a risarcire il danno subito dal creditore, qualora quella morte abbia determinato l’estinzione del credito ed una perdita definitiva ed irreparabile per il creditore medesimo. É definitiva ed irreparabile la perdita quando si tratti di obbligazioni di dare a titolo di mantenimento o di alimenti, sempre che non esistano obbligati in grado eguale o posteriore, che possano sopportare il relativo onere. (...)" 

5. Les « Cable Cases » dans la jurisprudence de l’Europe continentale et dans le Common Law

Bibliographie générale W. BOECKEN, Deliktsrechtlicher Eigentumsschutz gegen reine Nutzungsbeeinträchtigungen (Schriften zum Bürgerlichen Recht 181), Berlin 1995; C. CORNELIUS, Der Schutz des Forderungsinhabers gegenüber Dritten im nordischen und deutschen Recht, Pfaffenweiler 1985; G. HAGER, Haftung bei Störung der Energiezufuhr, dans: JZ 1979, p. 53 s., en particulier p. 56 s.; A. HILGENFELDT, Der Ersatz von Vermögensschäden bei der Unterbrechung von Versorgungsleitungen. Eine rechtsvergleichende Untersuchung zum deutschen, englischen und anglo-amerikanischen Recht, 1980; W. MARSCHALL v. BIEBERSTEIN, Schadenersatz für Gewinnentgang bei Eigentumsverletzung, dans: Festschrift für Ernst v. Caemmerer, Tübingen 1979, pp. 411-434; LE MÊME, Reflexschäden und Regreßrechte. Die Ersatzansprüche Dritter bei mittelbaren Vermögensschäden infolge vertraglicher und ähnlicher Beziehungen zum Verletzten, Stuttgart-Berlin, 1967, en particulier pp. 180-184 et pp. 292-293; W. PLUM, Zur Abgrenzung des Eigentums- vom Vermögensschaden, dans: AcP 181 (1981), p. 68 s.; J. TAUPITZ, Haftung für Energieleiterstörungen durch Dritte, Berlin 1982, particulièrement p. 118 s.; W. ZEUNER, Störungen des Verhältnisses zwischen Sache und Umwelt als Eigentumsverletzung, dans: Festschrift für Werner Flume, I, 1978, p. 775 s., en particulier p. 784 s. Dans la littérature autrichienne et suisse voir A. BüRGE, Die Kabelbruchfälle. Eine rechtsvergleichende Untersuchung zum schweizerischen, österreichischen und deutschen Haftpflichtrecht, dans: JBl 1981, pp. 58-72; E. A. KRAMER, "Reine Vermögensschäden" als Folge von Stromkabelbeschädigungen, dans: Recht. Zeitschrift für jur. Ausbildung und Praxis, 1984, IV, p. 128 s.; LE MÊME, Schutzgesetze und adäquate Kausalität, dans: JZ 1979, p. 339 s.,en particulier p. 344 s.; W. POSCH, Der ungeschützte Strombezieher als Fall des "mittelbaren Schadens" in der Rechtsprechung des OGH, dans: JBl 1973, pp. 564-568.  BGH, 9. 12. 1958, dans: BGHZ 29, p. 65 s.En septembre 1955 un conducteur de drague du défendeur avait endommagé lors des travaux sur un terrain une ligne souterraine de courant à haute tension, appartenant à la centrale électrique de la ville H. L’année suivante un autre ouvrier de la défenderesse avait accompli des travaux sur le même terrain. Lors de ces travaux le cable électrique avait de nouveau été endommagée. A la suite de la coupure de courant, l’exploitation avait du être interrompue pendant plusieurs heures. La Cour suprême fédérale allemande dénia une obligation du défendeur de réparer le dommage, car il ne s’agissait pas d’une intervention immédiate dans l’exploitation de l’entreprise mais d’un simple dommage pécuniaire. "(...) Landgericht und Oberlandesgericht haben übereinstimmend die Schadensersatzpflicht des Beklagten bejaht und angenommen, daß der Beklagte durch die Beschädigung des zum Werk der Klägerin führenden Starkstromkabels und die dadurch herbeigeführte Unterbrechung der Stromzufuhr in das Recht der Klägerin am eingerichteten und ausgeübten Gewerbebetrieb widerrechtlich und schuldhaft eingegriffen habe. Das Oberlandesgericht hat die Haftung des Beklagten aus § 823 Abs. 1 BGB in Verbindung mit § 831 BGB, wobei es den Entlastungsbeweis als nicht hinreichend erboten angesehen hat, sowie aus § 823 Abs. 1 BGB allein wegen Verletzung der Verkehrssicherungspflicht hergeleitet. Die Revision wendet sich dagegen, daß die Kabelunterbrechung als Eingriff in den eingerichteten und ausgeübten Gewerbetrieb der Klägerin gewertet worden ist. (...) Nach der Rechtsprechung des Bundesgerichtshofes wird der Schutz des § 823 Abs. 1 BGB gegen jede Beeinträchtigung des Rechts am eingerichteten und ausgeübten Gewerbebetrieb, wenn sie einen unmittelbaren Eingriff in den gewerblichen Tätigkeitskreis darstellt, gewahrt und zwar auch außerhalb des Gebiets des Wettbewerbs und der gewerblichen Schutzrechte (...). In der (...) Entscheidung BGHZ 3, 270, 279 ist ausgeführt, daß das Recht am bestehenden Gewerbebetrieb (...) nicht nur in seinem eigentlichen Bestand, sondern auch in seinen einzelnen Erscheinungsformen, wozu der gesamte gewerbliche Tätigkeitsbereich zu rechnen sei, vor unmittelbaren Störungen bewahrt bleiben müsse. Durch die von der Rechtsprechung vorgenommene Einordnung des Rechts am bestehenden Gewerbebetrieb in den Kreis der »sonstigen Rechte« des § 823 Abs. 1 BGB ist dieses Recht den dort ausdrücklich aufgeführten Rechtsgütern und Rechten (...) gleichgestellt. Deshalb ist auch bei einer Verletzung des Rechts am bestehenden Gewerbebetrieb zu prüfen, ob die Tatfolgen, für die Ersatz begehrt wird, in den Schutzbereich des Gesetzes fallen. (...) Unter dem Begriff des Gewerbebetriebes (...) ist alles das zu verstehen, was in seiner Gesamtheit den Gewerbebetrieb zur Entfaltung und Betätigung in der Wirtschaft befähigt (...), auch Geschäftsverbindungen, Kundenkreis und Außenstände.(...) Nach wie vor (...) ist (...) ein»unmittelbarer« Eingriff in den Bereich des Gewerbebetriebes als Voraussetzung für eine Anwendbarkeit des § 823 Abs. 1 BGB zu fordern (...). (...) Aus der rein sprachlichen Unterscheidung zwischen »unmittelbar« und »mittelbar« können (...) die Merkmale für die erforderliche Begriffsabgrenzung nicht gewonnen werden. Die Frage der Unmittelbarkeit eines Eingriffs in das Recht am eingerichteten und ausgeübten Gewerbebetrieb kann auch nicht nur aus der Kausalitätslehre beantwortet werden, und es kommt auch auf das Fehlen sogenannter Zwischenursachen nicht entscheidend an (...). (...) Unmittelbare Eingriffe in das Recht am bestehenden Gewerbebetrieb, gegen welche § 823 Abs. 1 BGB Schutz gewährt, sind nur diejenigen, die irgendwie gegen den Betrieb als solchen gerichtet, also »betriebsbezogen« sind und nicht vom Gewerbebetrieb ohne weiteres ablösbare Rechte oder Rechtsgüter betreffen. (...) Ebensowenig (...) steht aber die Unterbrechung des zum Unternehmen der Klägerin führenden Stromkabels durch den Beklagten bzw. seinen Baggerführer in Beziehung gerade zum Gewerbebetrieb der Klägerin; denn der Baggerführer des Beklagten hat ein Stromkabel beschädigt, das zwar außer den Graphischen Betrieben M. (Anm.: der Betrieb, auf dessen Grundstück das Kabel jeweils beschädigt wurde) gleichsam zufälligerweise nur noch den Betrieb der Klägerin mit Strom versorgte, genau so gut aber für die Stromlieferung an andere Abnehmer hätte bestimmt sein können. Die Lieferung elektrischen Stroms über ein Kabel und der Anspruch darauf ist zudem keine dem eingerichteten und ausgeübten Gewerbebetrieb wesenseigentümliche Eigenheit, sondern eine auf der Energielieferungspflicht der Versorgungsunternehmen beruhende Beziehung (...). Die Beschädigung eines Kabels mit der Folge der Unterbrechung der Stromzufuhr auf einem nicht zum betroffenen Unternehmen gehörenden Grundstück kann ohne besondere, hier nicht in Betracht kommende Umstände sonach nicht als betriebsbezogener Eingriff (...) angesehen werden. Wenn durch den Bagger des Beklagten das zum Werk der Klägerin führende Starkstromkabel zerrissen wurde, brachte dies zwar eine Beeinträchtigung der sachlich - technischen Grundlagen mit sich (...). Aber darin ist kein Eingriff in das Recht der Klägerin am eingerichteten und ausgeübten Gewerbebetrieb zu finden, weil dies über den dem Gewerbebetrieb von der Rechtsprechung zuerkannten Schutzbereich hinausginge; (...). Kann demnach ein Schadensersatzanspruch der Klägerin nicht aus Verletzung des Rechts am eingerichteten und ausgeübten Gewerbebetrieb hergeleitet werden, so kommt ein solcher (...) auch nicht wegen Verletzung einer dem Beklagten obliegenden Verkehrssicherungspflicht in Betracht. Denn die schuldhafte Unterlassung der Verkehrssicherung löst nur dann einen Schadensersatzanspruch aus, wenn ein anderer dadurch in seinen nach § 823 Abs. 1 BGB geschützten Rechtsgütern oder Rechten beeinträchtigt wird. Die Klägerin hat aber (...) einen Schaden nicht an den nach § 823 Abs. 1 BGB geschützten Rechtsgütern und absoluten Rechten, sondern an ihrem Vermögen erlitten. (...)"   BGH, 4. 2. 1964, dans: BGHZ 41, p. 123 s., en particulier p. 125-128La défenderesse avait endommagé par négligence lors de travaux d’abattage d’arbres une ligne électrique. De ce fait le courant du demandeur – un éleveur de volailles – avait été interrompu et la couveuse artificielle n’avait pas fonctionné. A la suite de quoi le nombre de poussins prévu n’avait pas éclos, mais seulement quelques exemplaires atrophiés et non-vendables. Le demandeur avait demandé une indemnisation pour ce dommage. Dans la décision présente, la Cour suprême fédérale allemande affirma une obligation délictuelle du défendeur de réparer le dommage sous l’aspect d’une lésion d’un droit d’autrui, l’auteur d’un dommage devant aussi réparer un dommage qui s’est produit parr un enchaînement de causes. "(...) Für die Verletzung einer (...) Sache wird nach § 823 Abs. 1 BGB unabhängig davon gehaftet, ob die gesetzte Ursache den Schaden unvermittelt oder erst nach ihrer Fortpflanzung durch eine Ursachenkette hervorruft. (...) Davon sind die Fälle zu unterscheiden, in denen die Verletzung des unmittelbar Geschädigten Auswirkungen auf den Rechtskreis eines Dritten hat (so wenn dieser auf die Dienste des Verletzten verzichten muß); solche Drittschäden sind in der Regel nicht zu ersetzen. (...) Daß es für die Haftung des Schädigers bedeutungslos ist, ob die Eigentumsverletzung unvermittelt oder im Wege einer »Kettenreaktion« bewirkt worden ist, gilt - eingeschränkt durch den Gesichtspunkt der Adäquanz - auch dann, wenn es nur an einer besonderen Beschaffenheit der zunächst betroffenen Sache liegt, daß weitere Gegenstände in Mitleidenschaft gezogen werden. (...) Bedarf eine Sache zur Erhaltung ihrer Substanz der ständigen Zufuhr von (...) Strom, so bewirkt (im Rechtssinne) auch derjenige ihre Zerstörung, der sie durch Abschneiden dieser Zufuhr vernichtet. (...) Wird dieser Verderb durch eine schuldhafte Durchtrennung der Stromkabel herbeigeführt und sinkt oder entfällt dadurch der Verkaufswert der Produkte, so ist dieser Vermögensverlust lediglich ein aus der Vermögensverletzung hervorgehender Folgeschaden, der im Rahmen von § 823 I BGB zu ersetzen ist. Anders liegt es, wenn der Stromausfall nicht den Untergang von Sachen bewirkt, sondern dazu führt, daß die Fertigung bestimmter Erzeugnisse vorübergehend unterbrochen wird. Insoweit handelt es sich um einen reinen Vermögensschaden. (...) Dieser letzten Fallgruppe hat das Berufungsgericht den vorliegenden Sachverhalt mit Recht nicht zugeordnet. (...) Es geht auch nicht über den Schutzzweck von § 823 I BGB hinaus, dem Beklagten die Haftung für einen Schaden der eingetretenen Art aufzuerlegen. Das durch die Schadensersatzpflicht ausgedrückte Gebot, fremdes Eigentum nicht zu beschädigen, bezweckt bei Einrichtungen von weittragender Bedeutung nicht nur den Schutz ihrer Substanz, sondern auch ihrer Funktion. (...) Das Verbot der Beschädigung will (...) auch und gerade Schutz vor dem Eintritt der typischen Folgen bieten. (...) Schäden der eingetretenen Art bewegen sich nicht außerhalb des Rechtswidrigkeitszusammenhangs. (...)"  OLG Hamm, 27. 4. 1972, dans: NJW 1973, p. 760 s.La demanderesse exploitait une fonderie. La défenderesse – une entreprise en bâtiment – avait, lors d’un montage d’une grue à proximité de le ligne électrique qui alimentait la demanderesse en courant électrique, causé un court-circuit. A la suite de la coupure de courant, l’exploitation avait cessé pendant deux heures. Deux autres heures avaient été nécessaires pour rendre au métal refroidi une consistance liquide. Le tribunal régional supérieur dénia une obligation de la défenderesse de réparer le préjudice causé, puisqu’il ne s’agissait pas d’une intervention immédiate dans l’exploitation de la fonderie, mais d’un simple dommage pécuniaire. "(...) Entgegen der Auffassung der Klägerin hat die Beklagte den Tatbestand des § 823 Abs. 1 BGB nicht erfüllt. Zwar kann nicht generell ausgeschlossen werden, daß auch eine Veränderung des Aggregatzustandes eine Verletzung des Eigentums i. S. des § 823 Abs. 1 BGB herbeiführen kann, (...) wenn durch diese Veränderung die Sache für den Eigentümer wertlos geworden ist. (...) Die Klägerin begehrt nicht Ersatz für eine vernichtete oder beschädigte Sache, sondern dafür, daß sie infolge des Stromausfalls 4 Stunden nicht hat arbeiten können. Der durch die Beklagte verursachte Stromausfall hat also nur zu einer vorübergehenden Unterbrechung der Produktion geführt (...). Der bei der Klägerin eingetretene Schaden ist mithin reiner Vermögensschaden, der nicht von § 823 Abs. 1 BGB erfaßt wird. Dagegen ist zwar das Recht am eingerichteten und ausgeübten Gewerbebetrieb ein »sonstiges Recht« i. S. des § 823 Abs. 1 BGB, jedoch kann die Klägerin hieraus deshalb keinen Anspruch herleiten, weil es insoweit an einem betriebsbezogenen Eingriff fehlt. Die fahrlässige Beschädigung der Starkstromfreileitung und die dadurch verursachte Unterbrechung der Stromzufuhr zum Betrieb der Klägerin stellt nicht einen irgendwie gegen den Betrieb als solchen gerichteten Eingriff der Beklagten dar, sondern eine mittelbare Beeinträchtigung des Betriebes durch ein außerhalb desselben eingetretenes Schadensereignis, das nicht gegen sie gerichtet war. Damit hängt die Entscheidung des Rechtsstreits davon ab, ob § 13 Abs. 2 BauONRW ein Schutzgesetz i. S. des § 823 Abs. 2 BGB ist. Dies ist nach Ansicht des Senats nicht der Fall. (...) Der Wortlaut der Bestimmung gibt nichts dafür her, daß sie ein Schutzgesetz für jeden einzelnen i. S. des § 823 Abs. 2 BGB sein sollte mit der zivilrechtlich unüberschaubar weitreichenden Folge, daß jeder einzelne Stromabnehmer im Falle eines Stromausfalls den dadurch entstandenen Vermögenschaden von dem Verursacher der Stromunterbrechung ersetzt verlangen kann. (...) Letztlich ergeben sich gegen die Annahme, § 13 Abs. 2 BauONRW sei ein Schutzgesetz i. S. des § 823 Abs. 2 BGB, (...) Bedenken, weil die Zahl der Betroffenen sehr groß sein kann (...) und damit das Risiko der Haftung für den Verursacher des Stromausfalls unangemessen groß und unüberschaubar werden kann. (...) Dabei ist zu berücksichtigen, daß die Ausgestaltung des § 13 Abs. 2 BauONRW zu einem Schutzgesetz für den einzelnen Stromabnehmer die Verantwortlichkeit des Schädigers gegenüber dem nur mittelbar Geschädigten in einem unserem Haftungssystem befremdlich erscheinenden Maße erweitern würde. (...)"  LG Wuppertal, 28. 12. 1964, dans: NJW 1965, p. 304 s.La défenderesse avait endommagé lors des travaux de construction à proximité de l’usine de la demanderesse un câble électrique, ce qui avait entraîné une coupure de courant pendant 35 minutes. Pendant ce temps la demanderesse était en train de sécher des stators; qui venaient d’être vernis dans des fours électriques. A la suite de la coupure du courant, le séchage avait été interrompu et la demanderesse avait du vernir ces objets à nouveau. Pour cette raison, la demanderesse réclama d’être indemnisée pour les irrégularités lors du séchage et pour la somme qu’elle avait dû payer à ses employés durant la coupure du courant. Le tribunal régional dénia une obligation d’indemnisation pour le payement des employés selon § 823 I BGB parce qu’il s’agissait d’un simple dommage pécuniaire et qu’il n’y avait pas eu d’intervention dans l’exploitation de la demanderesse. Par contre le tribunal affirma une atteinte à la propriété au sens du § 823 I BGB pour la perte du vernis, qui était devenu inutilisable à cause de la coupure du courant. "(...) Die Einbuße, welche die Klägerin durch Entlohnung ihrer Arbeitnehmer für den Zeitraum des Stromausfalls erlitten hat, ist ein reiner Vermögensschaden, dessen Ersatz aus § 823 Abs. 1 BGB nicht verlangt werden kann. Denn das Vermögen ist kein absolutes Recht im Sinne der vorgenannten Vorschrift. Durch Beschädigung des Stromkabels hat der Beklagte auch nicht in das absolute Recht der Klägerin, ihren eingerichteten Gewerbebetrieb ungehindert auszuüben, eingegriffen. Denn der Eingriff war nicht betriebsbezogen. Vielmehr war es vom Zufall abhängig, welcher Stromabnehmer durch die Beschädigung des Stromkabels betroffen wurde. Fehlte aber der Verletzungshandlung des Beklagten die Betriebsbezogenheit auf das Unternehmen der Klägerin, so kommt ein Anspruch aus § 823 Abs. 1 BGB unter dem Gesichtspunkt eines unmittelbaren Eingriffs in einen eingerichteten Gewerbebetrieb nicht in Betracht (BGH, NJW 59, 479). Der Beklagte hat kein Schutzgesetz verletzt, das in Verbindung mit § 823 Abs. 2 BGB den Schadensersatzanspruch der Klägerin rechtfertigen könnte. Schutzgesetz im Sinne des § 823 Abs. 2 BGB sind nur solche Rechtsnormen, die den Schutz eines Einzelnen, sei es auch neben dem Schutz der Gesamtheit, bezwecken, wobei der Einzelne nur dann einen Schadensersatzanspruch erheben kann, wenn der eingetretene Schaden das in der betreffenden Norm geschützte Rechtsgut umfaßt, d. h. unmittelbarer Ausfluß des verletzten Rechtsgutes ist. Vorliegend kommt als Schutzgesetz ausschließlich § 13 Abs. 8 BauONRW in Frage. Dieser lautet: Öffentliche Versorgungsanlagen sind während der Bauausführung zu schützen und, soweit erforderlich, unter den notwendigen Sicherheitsvorkehrungen zugänglich zu halten. Die Kammer ist der Auffassung, daß die vorgenannte Vorschrift zwar Schutzcharakter besitzt, jedoch nur insoweit, als der Schutz die Versorgungsanlage unmittelbar betrifft. Dagegen bezweckt sie nach ihrem Sinn und Wortlaut nicht die Sicherung des Vermögens der an die Versorgungsanlagen angeschlossenen Abnehmer. Sie will allein die aufgezählten Anlagen und Einrichtungen während der Bauausführung sichern, damit die Arbeit der Versorgungsunternehmen reibungslos vonstatten gehen kann. (...) Durch Verlust des Lackes, der infolge des Stromausfalls verdorben ist, hat die Klägerin einen Sachschaden erlitten, dessen Ersatz sie aus § 823 Abs.1 BGB unter dem Gesichtspunkt der Eigentumsverletzung verlangen kann. Der Schaden besteht in dem Wert des Lackes, der durch den Stromausfall nicht mehr verwendbar war. Zur näheren Begründung des Schadensersatzanspruchs wird auf die Entscheidung des BGH in NJW 64, 720, welche sich die Kammer zu eigen macht, verwiesen. Der Hinweis des Beklagten, er habe die Eigentumsverletzung der Klägerin nicht zu vertreten, geht fehl. Das Verschulden des Beklagten ist darin zu erblicken, daß er vor Beginn der Aufbrucharbeiten nicht geprüft hat, ob auf dem Gelände, auf dem er tätig wurde, Kabel oder sonstige Versorgungsleitungen vorhanden waren, bei denen die Gefahr bestand, daß sie im Verlauf der Aufbrucharbeiten beschädigt wurden. Zu dieser Prüfung war er als Inhaber eines Betriebes, der sich gewerbsmäßig mit Bauarbeiten befaßt, verpflichtet (BGH, NJW 61, 1523). (...)"  Trib. féd., 3. 3. 1976, dans: BGE 102 II, p. 85 s.Un ouvrier de la défenderesse – une entreprise de construction – avait causé par négligence la rupture d’un câble électrique du SIE (Service intercommunal de l’électricité). A la suite de quoi, deux entreprises (les demanderesses) avaient eu des coupures de courant temporaires et pour cette raison un déficit de production. En première instance, le tribunal décida que le défendeur avait à indemniser les demanderesses, selon les articles 41 I, 55 I OR. Dans la révision, la défenderesse invoqua que les demanderesses n’avaient été endommagées qu’indirectement par la rupture du câble électrique. Puisque seule la SIE était propriétaire du câble, les demanderesses ne pouvaient pas avoir de droits personnels résultant d’une infraction que réprime l’art. 145 Code pénal. L’art. 239 Code pénal protège seulement l’intérêt général au fonctionnement des services publics, mais non le patrimoine des demanderesses. Mais le tribunal fédéral (Bundesgericht) suisse confirma la décision de l’instance précédente. Contrairement à l’opinion de la défenderesse, l’art 239 I, II Code pénal a aussi pour but de protéger les abonnés de l’entreprise, dont le droit à l’approvisionnement est directement lésé par l’infraction que réprime l’art 239 I, II Code pénal. Selon la jurisprudence, l’acte illicite ne consiste pas nécessairement dans une atteinte portée à un droit subjectif : l’infraction réprimée par une norme pénale, qui protège l’intérêt général peut elle aussi être prise en considération, tant que cette norme a aussi pour but la protection de ce droit, qui a été lésé dans le cas présent. Selon le tribunal, on n’a pas à aborder la question de savoir si le dommage a été causé directement où indirectement : puisque les demanderesses sont encore sous la protection de l’art. 239 Code pénal pour le dommage qu’elles ont subi , il existe déjà un rapport direct. "(...) La défenderesse conteste aussi que les demanderesses puissent invoquer l’art. 239 Cod. pén., leurs intérêts privés n’étant garantis selon elle que par les dispositions relatives aux infractions contre le patrimoine (art. 137 suisse Cod. pén.). Or l’art. 239 figure au titre neuvième, parmi les crimes ou délits contre les communications publiques, il a pour objet non pas de protéger les intérêts des particuliers, mais de préserver, dans l’intérêt général, le bon fonctionnement des services publics. Cette interprétation est erronée. L’art. 239 ch. 1 al. 2 et ch. 2 Cod. pén. réprime les actes qui empêchent, troublent ou mettent en danger, intentionnellement ou par négligence, l’exploitation d’un établissement ou d’une installation servant à distribuer au public l’eau, la lumière, l’énergie ou la chaleur. Il a pour but de protéger, outre les intérêts de ces entreprises, ceux des abonnés, qui font précisément partie du public visé par la disposition légale (BGE 101 l b 256). Celui qui provoque la rupture d’une conduite d’eau, d’un câble électrique, d’une canalisation de gaz ou de chauffage à distance et interrompt par là l’exploitation du service de distribution porte atteinte aux intérêts de l’entreprise chargée de ce service, mais aussi à ceux des abonnés que cette exploitation permet d’approvisionner en eau, électricité, gaz ou chaleur. Le droit personnel de l’abonné à cet approvisionnement, issu du contrat avec l’entreprise de distribution, est directement lésé par l’infraction que réprime l’art. 239 Cod. pén., de même que le droit personnel du locataire à l’usage de la chose louée est lésé par les actes visés à l’art. 145 Cod. pén. (BGE 74 IV 7). En l’espèce, le droit personnel des demanderesses d’être alimentées en énergie électrique a été lésé par l’interruption de l’exploitation du service de distribution.5. - Selon la jurisprudence, l’acte illicite ne consiste pas nécessairement dans une atteinte portée à un droit subjectif; l’art. 41 al. 1 OR oblige celui qui, par sa faute, transgresse une injonction juridique à réparer le dommage qu’il cause ainsi à autrui, même s’il ne peut être question d’un droit subjectif de la victime; il suffit que la prescription violée ait pour but de protéger le lésé dans les droits atteints par l’acte incriminé (...). Commet donc un acte illicite celui qui lèse un intérêt privé protégé implicitement par une norme pénale édictée dans un but d’intérêt général. (...) La question de savoir si les demanderesses sont lésées directement ou indirectement se recouvre ainsi avec celle de l’illicéite de l’acte incriminé. Or on a vu que contrairement à l’opinion de la recourante, l’art. 239 Cod. pén., qui est certes édicté dans un but d’intérêt général, vise en outre à protéger l’intérêt privé des abonnés à être approvisionnés en électricité. La rupture du câble du SIE ayant atteint les demanderesses dans cet intérêt, elles sont les victimes directes d’un acte illicite et peuvent demander à la défenderesse réparation du dommage qu’elles ont subi. Cette conclusion s’impose, que l’on examine l’exigence du but de protection de l’injonction juridique transgressée sous l’angle du rapport de causalité adéquate ou de la relation d’illicéité (...). En tant qu’elles invoquent l’art. 239 Cod. pén., la situation des demanderesses diffère ainsi totalement de celle du créancier qui, sans pouvoir se prévaloir de la protection d’une norme pénale, n’obtient simplement pas l’exécution d’une obligation contractuelle à la suite d’un acte illicite dont son débiteur est victime. Seul le débiteur, directement lésé par cet acte, peut exiger réparation de son auteur, à l’exclusion du créancier victime d’un dommage consécutif à l’inexécution de la prestation qui lui était due (...)"  OGH, 18. 6. 1975, dans: JBl 1976, p. 210 s.Les défendeurs avaient endommagé par négligence des lignes électriques lors des travaux de construction. Pour cette raison il y avait eu une coupure de courant dans l’exploitation de cultures de bactéries destinées à la production de médicaments du demandeur. Par la suite, une partie des cultures de bactéries avait été détruite ou endommagée. La demanderesse réclama du défendeur une indemnité pour le dommage qui lui avait été causé. La cour suprême autrichienne dénia une obligation délictueuse des défendeurs de dédommager la demanderesse, parce qu’il n’y avait pas de lien direct entre le dommage causé à la ligne et le dommage causés aux cultures de bactéries. "(...) Nach der Rechtsprechung des OGH ist im Falle einer (...) Schädigung zwischen dem unmittelbaren und dem mittelbaren Schaden zu unterscheiden. Nicht ersatzfähiger mittelbarer Schaden liegt dann vor, wenn er nicht in der Richtung des Angriffes, sondern infolge einer Seitenwirkung in einer Interessensphäre eintritt, die nicht durch das Verbot des Angriffs geschützt ist. Die Grenze des unmittelbaren zum mittelbaren Schaden bestimmt sich daher nach dem Schutzzweck der verletzten Gesetzesnorm. (...) Übereinstimmung besteht (...) darin, daß eine uferlose untragbare Ausweitung der Schadenersatzhaftung abgelehnt werden muß. (...) Der Zweck der Normen, deren Verletzung den Beklagten von der Klägerin vorgeworfen wird, bezieht (...) den Schutz desjenigen, der vom geschützten Eigentümer der Kabelleitung nur obligatorische Rechte ableitet, nicht ein. Die Bestimmungen der (...) § 318 Abs 2, § 85 lit c und § 89 StG dienen durch den Schutz der dort genannten Einrichtungen dem Interesse der Allgemeinheit an der Aufrechterhaltung der Stromversorgung (...). Daraus kann aber nicht ein Anspruch des einzelnen Strombeziehers (...) auf Ersatz des ihm durch die Übertretung dieser Norm entstandenen Schadens abgeleitet werden. (...). Der geltend gemachte Schaden der Klägerin ist somit lediglich infolge einer Seitenwirkung der Normverletzung in einer Interessensphäre eingetreten, die von deren Schutzzweck nicht erfaßt wird. (...)" OGH, 6. 9. 1972, dans: JBl 1973, p. 579 s.La défenderesse, une entreprise de construction, avait endommagé une ligne électrique lors de travaux de canalisation d’eau à la demande des « Stadtwerke » (correspond à l’E. D. F.). A la suite de quoi, il y avait eu dans la région une coupure de courant durant plusieurs heures. La demanderesse – une entreprise d’asphaltage – avait réclamé une indemnité pour l’interruption de la production causée par la coupure du courant. La Cour suprême autrichienne rejeta la plainte.  "(...) Nach ständiger Rechtsprechung des OGH (...) ist im Fall einer deliktischen Schädigung (...) zwischen dem unmittelbaren und dem mittelbaren Schaden zu unterscheiden. Mittelbar ist ein Schaden, wenn er nicht in der Richtung des Angriffs, sondern infolge einer Seitenwirkung in einer Interessensphäre eintritt, die nicht durch das Verbot des Angriffs geschützt ist. (...) Das Berufungsgericht verneint, der Schutzzweck der Bestimmung des § 318 Abs. 2 StG erschöpfe sich nicht in der Verhinderung von Beschädigungen der in § 85 lit. c. StG genannten Gegenstände, sondern diene auch der Sicherstellung der Stromversorgung, so daß auch den Stromabnehmern der ihnen durch den Stromausfall infolge Beschädigung einer Stromleitung entstandene Schaden (...) zu ersetzen sei. Die Bestimmung des § 318 Abs. 2 StG (...) stellt die Beschädigung der in § 85 lit. c StG erwähnten Gegenstände aus Mutwillen, Leichtsinn, oder schuldbarer Nachlässigkeit unter Strafe. § 85 StG handelt von der boshaften Beschädigung fremden Eigentums, worunter jedwede Einwirkung, also eine Beschädigung, Zerstörung oder Entziehung, auf eine fremde körperliche, sei es bewegliche oder unbewegliche Sache, jedoch nicht ein Recht oder ein Vermögen als Ganzes zu verstehen ist, die eine Wertminderung zur Folge hat (...). Daraus kann aber entgegen der Auffassung des Berufungsgerichtes nicht ein Anspruch des einzelnen Strombeziehers auf Ersatz des ihm durch Übertretung dieser Schutznorm entstandenen Schadens abgeleitet werden, zumal eine Zulassung einer derart unbegrenzten Auswirkung der (...) Kausalität (...) eine uferlose, wirtschaftlich untragbare Ausweitung der Schadenshaftung zur Folge hätte (...). Im vorliegenden Fall bestand nach den Feststellungen der Vorinstanzen kein Eigentum der Klägerin an dem beschädigten Stromkabel. (...) Die Klägerin war (...) (lediglich) Abnehmerin elektrischer Energie. Als solche kann sie aber nicht als vom Schutzbereich des § 318 Abs. 2 StG umfaßt angesehen werden, der ihr entstandene Schaden ist lediglich infolge einer Seitenwirkung der Normverletzung in einer Interessensphäre eingetreten, die durch den Zweck des Verbotes nicht geschützt ist und stellt damit einen mittelbaren Schaden dar. Dem mittelbar Geschädigten steht aber, sofern nicht das Gesetz selbst Ausnahmen enthält, (...) ein Anspruch auf Schadensersatz nicht zu (...)." A. Bürge, Die Kabelbruchfälle, dans: JBl 1981, pp. 62-63"(...) Nach dieser Tour d’horizon wird man skeptisch, ob die richtige Lösung einfach eine Frage der richtigen Anwendung der richtigen Theorie ist. Die Wertungsschwierigkeiten werden vielmehr dadurch unterstrichen, daß gleiche Theorien bei ähnlicher Ausgangslage zu verschiedenen Ergebnissen führen. Was beispielsweise das BG zur Begründung einer Ersatzpflicht anführt, sind andernorts Argumente, um eine solche abzulehnen. Bei den getroffenen Lösungen ist auch eine Übereinstimmung nur schwer auszumachen, die doch eine gewisse Richtigkeitsgewähr bieten könnte. Am ehesten wäre sie in der Differenzierung eines ersatzfähigen Sachschadens von einem nichtersatzfähigen Vermögensschaden zu suchen, wie sie auch im anglo-amerikanischen Rechtskreis Anwendung findet. Doch werden auch hier die Wertungswidersprüche nur abgeschoben, jedoch nicht gelöst; und wie das Beispiel Österreichs zeigt, können auch radikalere Abgrenzungen in der Rechtsprechung vorgenommen werden. Fest steht nur, daß die Tendenz eher in Richtung einer Einschränkung der Haftpflicht läuft und nicht in die vom BG eingeschlagene Richtung einer schrankenlosen Schadensüberwälzung auf den Verletzer der Versorgungseinrichtung. Deshalb ist zu untersuchen, ob ein solcher Weg in der Schweiz nicht nur möglich, sondern auch sinnvoll wäre. Trotz der früheren generellen Ablehnung einer Ersatzpflicht für sog. Reflexschäden in der Literatur kann die Eigenart des schweizerischen Haftpflichtrechtes die weitgehende Lösung des BG mit seiner Diskrepanz zu Wertungen, wie sie in andern Ländern vorgenommen werden, verstehen lassen. Während der österr. und der deutsche Richter an ein starres Alles-oder-Nichts-Prinzip gebunden ist, das dem Sozialausgleich erst in der Zwangsvollstreckung Raum läßt, verfügt der schweizerische Richter in Art. 43 OR, Art. 4 ZGB über eine flexible Bestimmung, die es ihm gestattet, bei der Bemessung des Schadens sowohl die Umstände als auch die Größe des Verschuldens zu würdigen. Hinzu kommt die Möglichkeit, aufgrund von Art. 44 Abs. 2 OR bei drohender Notlage des Ersatzpflichtigen, sei dies nun eine natürliche oder juristische Person, den Schadensersatz zu reduzieren, sofern der Schaden weder vorsätzlich noch grobfahrlässig verursacht worden ist. (...)"  Cassazione civ., sez. un., 24. 6. 1972, no. 2135, dans: Giur. it., 1973, I, 1, colonne 1124 s. et aussi dans: Foro it. 1973, I, 1, colonne 100 avec note V. M. CAFERRA, colonnes 100-110La défenderesse avait endommagé par imprudence des câbles électriques, lors de travaux avec des explosifs, qui alimentait l’entreprise de la défenderesse – une entreprise de pâtes - , ce qui avait entraîné une coupure du courant pendant environ 20 heures. La demanderesse réclama d’être indemnisée pour le dommage causé par l’interruption de la production. Le tribunal régional débouta la plainte avec la motivation que seul le débiteur peut violer un droit issu d’une créance, mais pas des tiers. A la suite de l’appel de la demanderesse, la décision du tribunal régional avait été infirmée et le défendeur avait été condamné au payement de dommages-intérêts selon l’art 2043 code civil italien. La Cour de cassation italienne confirma la décision de la Cour d’appel. La demanderesse eut droit a une indemnisation pour le dommage que le défendeur avait causé par la coupure du courant. Un tiers qui détruit des ustensiles (câbles) dont le débiteur a besoin pour s’acquitter d’une prestation d’un contrat de fourniture, répond du dommage qui en découle. "(...) Il terzo, che distrugge lo strumento indispensabile al debitore per eseguire la prestazione in un rapporto di somministrazione, rendendola temporaneamente impossibile (limitatamente al periodo di tempo necessario per reintegrare quello strumento), è responsabile a norma dell’art. 2043 cod.civ. per la conseguente perdita definitiva e irreparabile non altrimenti evitabile, subita dal creditore. (...)"  Cass. civ. , 2ème , 8. 5. 1970, dans: Bull. civ. II 1970, no. 160, p. 122Lors de travaux de construction, la défenderesse avait rompu une canalisation de gaz de la companie française du méthane, qui alimentait l’entreprise de la demanderesse. Celle-ci avait du interrompre sa production et demanda à être indemnisée pour le dommage qui lui avait été causé par l’entreprise de construction. En première instance, l’entrepreneur avait été condamné au paiement de dommages-intérêts. La défenderesse invoqua que la demanderesse n’avait subi qu’un dommage indirect non susceptible d’être dédommagé. La Cour d’Appel décida par contre que le dommage de la demanderesse avait été causé de façon immédiate par la rupture de la canalisation, car cela avait comme conséquence l’interruption de production. L’acte dommageable était à l’origine directe du dommage de la demanderesse. La Cour de Cassation confirma cette décision. "(...) Sur le moyen unique: Attendu que , selon l’arrêt infirmatif attaqué, une canalisation de gaz de la Compagnie française du méthane, alimentant l’usine de la société Allamigeon Frères et Lacroix, fut rompue par un bulldozer, au cours de travaux effectués par Lafarge, entrepreneur; qu’il en résulta un préjudice pour cette société, contrainte d’interrompre son activité; qu’elle a assigné Lafarge en réparation de ses dommages;Attendu qu’il est fait grief à la Cour d’Appel, qui a déclaré Lafarge responsable, de n’avoir pas tiré les conséquences juridiques de ses constatations, desquelles résultait un préjudice indirect ne pouvant donner lieu à réparation;Mais attendu qu’après avoir relevé que les faits ne faisaient l’objet d’aucune contestation et que l’action trouvait son fondement dans les dispositions des articles 1382 et 1384 du Code civil, l’arrêt énonce que le préjudice subi, par la Société Allemigeon Frères et Lacroix, apparaissait comme une conséquence directe de la rupture de la canalisation puisque ce préjudice avait entraîné l’interruption de l’activité de l’usine, qu’il s’agissait bien là d’un dommage en relation directe avec le fait dommageable;Attendu qu’en statuant comme elle l’a fait la Cour d’Appel a, sans encourir les critiques du pourvoi, donné une base légale à sa décision; par ces motifs: rejette le pourvoi. (...)"  Spartan Steel & Alloys Ltd. v. Martin & Co. (Contractors) Ltd., 22. 6. 1972, dans: [1973] 1 QB 27, [1972] 3 ALL E. R. 245L’entreprise du demandeur, une aciérie, qui est en activité 24 h sur 24, nécessite une alimentation en énergie permanente pour tenir constante la température dans les fondoirs. Les employés du défendeur avaient endommagé le câble électrique, à la suite de quoi il y avait eu une coupure de courant dans l’entreprise durant plusieurs heures. De ce fait, le métal la fonte avait perdu de sa valeur et n’avait pas pu être vendue avec bénéfice. De plus, quatre autres fontes n’avaient pas pu être réalisées. Le demandeur avait réclamé d’être indemnisé pour la perte de valeur du métal, ainsi que pour la perte du bénéfice pour les fontes qui n’avaient pas eu lieu. Le demandeur avait reconnu la faute de ses employés, mais il contesta le montant de cette obligation. Le tribunal décida que le défendeur avait à indemniser le demandeur pour l’endommagement du métal fondu dans le four, ainsi que pour la perte de bénéfice qui en résultait, mais pas pour la perte de bénéfice des quatre autres fontes qui n’avaient pas eu lieu.Les réflexions suivantes avaient été déterminantes :1. La doctrine des «parasitic damages» qui avait été citée par la défense ne devait pas être admise.2. Le risque d’une coupure de courant existe pour tout le monde, mais il est d’usage dans ce cas de travailler plus le lendemain, pour compenser la perte économique. C’est un usage dicté par la raison, et que la loi doit encourager.3. Si dans cette décision, le dommage économique avait été reconnu, cela aurait aussi été valable pour tous les conflits juridiques futurs. Mais étant donné le danger d’un abus, puisque le moyen de prouver la perte d’un bénéfice économique est douteux, les dommages économiques ne doivent pas être reconnus.4. La loi connaît déjà un droit à une indemnisation pour des dommages qui sont directement causés par un événement. Un droit à une indemnisation pour une perte de bénéfice, qui n’est pas liée directement avec l’événement, n’existe pas dans le droit anglais.  Lord Denning M.R."(...) I do not like this doctrine of »parasitic damage«. I do not like the very word »parasite«. A »parasite« is one who is a useless hanger-on sucking the substance out of others. »Parasitic« is the adjective derived from it. It is a term of abuse. It is an opprobrious epithet. The phrase »parasitic damage« conveys to my mind the idea of damages which ought not in justice to be awarded, but which somehow or other have been allowed to get through by hanging on to others. If such be the concept underlying the doctrine then the sooner it is got rid of the better. It has never been used in any case up till now. It has only appeared hitherto in the textbooks. I hope it will disappear from them after this case. (...) The more I think about these cases, the more difficult I find it to put each into its proper pigeon-hole. Sometimes I say: »There was no duty«. In others I say: »The damage was too remote«. So much so that I think the time has come to discard those tests which have proved so elusive. It seems to me better to consider the particular relationship in hand, and see whether or not, as a matter of policy, economic loss should be recoverable, or not. (...) The second consideration is the nature of the hazard, namely, the cutting of the supply of electricity. This is a hazard which we all run. (...) The supply is usually restored in a few hours, so the economic loss is not very large. Such a hazard is regarded by most people as a thing they must put up with - without seeking compensation from anyone. Some there are who install a stand-by system. Others seek refuge by taking out an insurance policy against breakdown in the supply. But most people are content to take the risk on themselves. When the supply is cut off they do not go running round to their solicitor. They do not try to find out whether it was anyone’s fault. They just put up with it. They try to make up the economic loss by doing more work next day. This is a healthy attitude which the law should encourage. The third consideration is this: if claims for economic loss were permitted for this particular hazard, there would be no end of claims. Some might be genuine, but many might be inflated, or even false. A machine might not have been in use anyway, but it would be easy to put it down to the cut in supply. It would be well-nigh impossible to check the claims. If there was economic loss on one day, did the claimant do his best to mitigate it by working harder next day? And so forth. (...)" 
bullet La formation du contrat entre absents dans les anciennes codifications jusqu’à la fin du 19ième siècle 
bullet L’acceptation de l‘offre
bullet La révocation de l‘acceptation
bullet La révocabilité et l’irrévocabilité de l’offre
bullet La réception tardive d’une déclaration d‘acceptation
bullet Le rejet de l’offre
bullet L’acceptation de l’offre sans déclaration expresse
bullet Le « Mail-box rule »
bullet La formation du contrat par téléscripteur

Mit der Nutzung dieses Internetangebots erkennen Sie unsere Nutzungsbedingungen an.

Forschungsstelle für Europäisches Zivilrecht  - Prof. Dr. F. Ranieri - Letzte Bearbeitung: 11.03.2010